Le réveillon en équateur

Partir vivre dans un autre pays, c’est aller à la rencontre d’une autre culture, d’un Autre différent, différent dans sa manière d’être, de parler, de concevoir le temps qui passe, la vie, la spiritualité… Pour découvrir différentes facettes de la vie des Français de l’étranger dans toute sa richesse et sa diversité, nous lançons cette nouvelle rubrique « Ma vie ailleurs ».

Le Réveillon de fin d´année en Equateur se révèle être une journée riche en petits dangers successifs ! En plus du dîner entre famille et amis, il est impératif d’acheter (le neuf est incontournable) une culotte ou un slip jaune à porter ce jour-là, afin de s´assurer de recevoir de l´argent pour l´année à venir. Pas de prise de risque mais il est évidemment exclu de penser célébrer le Nouvel An en blanc ! Si en plus d´être riche, vous souhaitez voyager, vous devez faire le tour du pâté de maison en courant une valise à la main. Autrement dit, vous devrez choisir entre la perspective de faire le tour du monde et celle de passer le Réveillon en survêtement et basket au risque de finir votre circuit aux urgences pour cheville foulée !

Sur le chemin, vous croiserez de nombreux jeunes hommes déguisés en « veuves », veuves carnavalesques qui pleurent la disparition de l´« Año viejo » (vieille année), à qui il faut donner quelques monnaies. Le péril  est d´ordre esthétique car en guise de remerciement vous aurez droit à une petite danse sur le capot de la voiture réalisée par un solide gaillard engoncé dans la mini-jupe de sa petite sœur.

A minuit, reste l´épreuve des grains de raisin, tradition espagnole qui consiste à ingurgiter 12 grains au son des douze coups de minuit. Celle ou celui qui y parvient aura l´assurance d´une année prometteuse. En général, au quatrième grain, vous avez les yeux exorbités et larmoyants, la gorge serrée et êtes dans l´impossibilité d´avaler ne serait-ce qu´un peu d´air. A éviter absolument : regarder les autres dans la même situation, car le fou rire est garanti et vous expulserez le tout sur la première tenue de gala à votre portée. Conclusion : pas de chance en début d´année et une note de pressing assurée !

Voilà, hautement pittoresque, le Réveillon équatorien est un véritable moment de partage dans une ambiance conviviale et à l’optimisme annuellement renouvelé !

Florence Baillon

crédits photo : Douglas Armijos, « Monigotes », Agencia de Noticia Andes.

Lire les autres épisodes de la chronique :

Ma vie ailleurs # 1 – Nou tout se Ayiti
Ma vie ailleurs # 2 – Vienne, la ville qui danse
Ma vie ailleurs # 3 – Labes ? Koulchi labes ?
Ma vie ailleurs # 4 – spécificité norvégienne

 

 

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.