Aide sociale

Les aides sociales s’exercent dans le cadre des CCPAS (comités consulaires pour la protection et l’action sociale).

Les CCPAS examinent les propositions d’attribution de secours réguliers ou occasionnels à nos compatriotes en grande difficulté.

Les budgets sont répartis en deux grandes enveloppes distinctes :

  1. L’aide aux personnes : elle prend les formes suivantes (voir paragraphe plus bas pour les détails)
  • Des allocations  mensuelles versées à des compatriotes à faibles revenus, âgés de plus de 65 ans ou handicapés (taux d’incapacité supérieur à 80 % pour les adultes et à 50 % pour les enfants) ;
  • des aides mensuelles à des enfants en détresse
  • des soutien aux compatriotes en difficulté temporaire (résidents, Français de passage, ou détenus).
  1. Le soutien aux organismes locaux d’entraide et de solidarité :

Le budget permet de soutenir financièrement les initiatives des organisations/associations de bienfaisance locale qui sont souvent le partenaire et le relais de l’Etat dans la gestion quotidienne des familles en difficulté. La fonction complémentaire de ces associations est très importante puisqu’elle permet de palier l’urgence à laquelle ne peut pas répondre l’administration centrale (et les CCPAS).

L’aide aux personnes

D’une manière plus précise, il existe plusieurs catégories d’aides sociales auxquelles peuvent prétendre les Français établis hors de France :

  • Allocation de Solidarité :
    Le demandeur doit disposer de revenus inférieurs au taux de base fixé en fonction de la réalité du pays de résidence par le ministère des affaires étrangères MAEDI

Il doit être âgé d’au moins 65 ans, ou de 60 ans en cas d’inaptitude au travail certifiée par le médecin référent du Consulat.

  • Allocation Adulte Handicapé (AAH) :
    Pour pouvoir prétendre à ce soutien, le demandeur doit disposer de revenus inférieurs au taux de base fixé par consulat, et être âgé d’au moins 20 ans.
    Le demandeur devra aussi être titulaire d’une carte d’invalidité française en cours de validité attestant d’un taux d’incapacité égal ou supérieur à 80%.
  • Allocation Enfant Handicapé (AEH) :
    Cette allocation se destine uniquement aux enfants âgés de moins de 20 ans. Il n’y a pas de condition de ressources.
    Le demandeur doit être titulaire d’une carte d’invalidité française en cours de validité attestant d’un taux d’incapacité égal ou supérieur à 50%.
  • Allocation à durée déterminée (A.D.D.) :
    Cette allocation ne pourra être accordée qu’à titre exceptionnel et occasionnel. Elle doit permettre de favoriser le retour à l’intégration sociale et professionnelle du demandeur.
    Le montant des allocations ne pourra pas dépasser le taux de base des allocations. Il évoluera en fonction de différents critères comme les ressources et la composition du foyer.

Secours occasionnels (SO) 
Cette allocation est destinée essentiellement aux Français de passage en grande difficulté financière. Elle doit permettre de résoudre les situations d’urgence de manière ponctuelle.
Les secours occasionnels peuvent prendre la forme de dons ou de prêts sans intérêts, dont les modalités de remboursement sont définies par le Consulat. Ils ne sont qu’exceptionnellement renouvelables.

=> Renseignez-vous auprès de votre consulat

=> Les sections Français du monde-ADFE et les conseillers consulaires pourront vous répondre sur ces thématiques liés à la solidarité et à l’accompagnement de nos compatriotes en difficultés. N’hésitez pas à prendre contact avec eux pour plus d’informations.

 

 

Imprimer