Olivier Becht, nouveau ministre chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger

Olivier Brecht

Depuis le 4 juillet 2022, Olivier Becht fait partie du nouveau gouvernement, en tant que ministre chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger. Il dépend de Catherine Colonna, la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères. Il succède à Jean-Baptiste Lemoyne, anciennement ministre délégué au tourisme, à la francophonie, aux Français de l’étranger et aux PME

Né en 1976 à Strasbourg, Olivier Becht a réalisé ses études supérieures à Sciences-Po Paris où il se spécialise en service public, obtenu un DEA en finances publiques et fiscalité puis incorporé l’ENA dans la même promotion que le président de la République. Il intègre ensuite la magistrature administrative au Tribunal administratif de Nancy.

Olivier Becht exerce aussi depuis septembre 2008 les fonctions de maître de conférences de droit, de géopolitique et de finances publiques à l’Université de Haute Alsace.

Élu maire de Rixheim dans le Haut-Rhin en 2008, président délégué de Mulhouse Alsace Agglomération en 2010 et vice-président du conseil départemental du Haut-Rhin, chargé des questions économiques et de droit local. Il conserve cette fonction en 2017, date à laquelle il démissionne après avoir été élu député.de la cinquième circonscription du Haut-Rhin.

En 2017, Olivier Becht est élu membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Il y représente la France en qualité de vice-président de la délégation française à l’Assemblée parlementaire.

En 2019, il est élu vice-président de la Commission pour l’élection des juges à la Cour européenne des droits de l’homme où il siège depuis 2017.

Passionné de culture japonaise, Olivier Becht devient en 2017 président du Centre européen d’études japonaises en Alsace (CEEJA) et de l’Agence Alsace Japon (AJA). Il est également vice-président du groupe d’amitié France-Japon à l’Assemblée nationale et membre du bureau du centre Europe-Japon pour la coopération industrielle placée auprès de la Commission européenne. Il suit des dossiers comme des implantations d’entreprises japonaises en Europe, la création d’un centre européen d’art japonais Takumi, la création d’une bibliothèque japonaise en Europe, la création d’un hôtel d’entreprises pour start-up japonaises ou encore le projet d’un musée européen du Manga.


Source :

Voir aussi :

Imprimer