Les conseillers du commerce extérieur de la France

Mappemonde

4500 : c’est le nombre de conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF). Plus de la moitié réside dans 150 pays à travers le monde, alors que les autres sont répartis dans les régions françaises. Comment sont-ils choisis ? qui sont-ils ? que font-ils ?

Le corps des CCEF a été créé en 1898, suite à la défaite de Napoléon III contre l’Allemagne, et alors que la France souhaite se replier sur elle-même, les pouvoirs publics créent l’Office national du commerce extérieur auquel sont rattachés les CCEF, avec pour mission de renforcer la place de la France à l’international. Aujourd’hui encore, la mission de ces hommes et de ces femmes est de mettre leur savoir-faire et leur expérience au service de la présence française dans le monde.[1] Il s’agit de dirigeants d’entreprise et d’experts de l’international, qui s’attachent à favoriser l’internationalisation d’entreprises françaises, que celles-ci se trouvent sur le territoire national ou à l’étranger. Peuvent également être nommés CCEF les dirigeants et les cadres des organisations professionnelles et d’associations, ainsi que les universitaires, dont la compétence est reconnue dans le domaine des relations économiques internationales. La mission est bénévole, d’une durée de trois ans renouvelable une seule fois dorénavant.

Quelles sont les conditions pour devenir CCEF ?

Au-delà des compétences professionnelles et de la connaissance du terrain, il faut être de nationalité française (ou de la nationalité d’un autre État membre de l’Union européenne); être âgé de moins de 65 ans à la date de la première nomination ; jouir de ses droits civils et civiques et justifier de 5 années au moins d’activités et de pratiques dans le domaine de l’économie internationale.

Quelles sont les démarches ?

Il faut prendre contact avec les services de la Direction générale du Trésor si l’entreprise est basée en France métropolitaine ou avec le chef du Service économique de l’ambassade de France du pays de résidence si l’activité se trouve à l’étranger. La demande est examinée par une commission consultative, puis proposée au Ministre chargé du commerce extérieur. Les CCEF sont ensuite nommés par décret du Premier ministre, pour une durée de trois ans. Une fois la nomination publiée au Journal officiel, ils adhérent au Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France (association loi de 1901) qui constitue le cadre dans lequel les actions sont menées.

Quelles sont leurs missions ?

Ils exercent au quotidien des actions concrètes en partenariat avec les acteurs publics et privés ayant un rôle dans la promotion et l’appui à l’internationalisation des entreprises françaises. Leurs missions de service public s’articulent autour de 4 axes : le conseil aux pouvoirs publics ; l’appui aux entreprises, PME et l’attractivité des territoires ; la formation des jeunes à l’international et la promotion de l’attractivité de la France et son rayonnement international.

Les CCEF interviennent, en apportant leur soutien à travers un système de parrainage, auprès d’entreprises nécessitant un accompagnement opérationnel, souhaitant se développer à l’international ou rencontrant des difficultés à l’export ou pour déterminer la faisabilité d’un projet d’internationalisation. Ils peuvent orienter vers les bons interlocuteurs, partager leur expertise, dénouer un problème, contacter les acteurs institutionnels publics et privés de la région, etc.

Ils sont essentiels dans la promotion du Volontariat international en entreprise (V.I.E) qui permet aux jeunes d’effectuer des missions dans des entreprises françaises à l’étranger.

Où se trouvent-ils à l’étranger ?

Ils sont répartis en 8 grandes régions :

  • L’Afrique et l’Océan indien (Afrique subsaharienne, Océan indien)
  • L’Amérique latine et les Caraïbes
  • L’Amérique du nord (9 comités des États-Unis : USA Nord-Est, USA Boston-Nouvelle Angleterre, USA Centre Ouest, USA Washington, USA Floride Caraïbes, USA Sud, USA Sud-Est, USA Ouest-Nord, USA Ouest-Sud) et le Canada
  • L’Asie Pacifique (Asie du Nord, Asie du Sud-Est, Asie Pacifique, Monde indien et Monde chinois)
  • L’Eurasie (pays de la CEI + Géorgie, Russie, Kazakhstan, Ukraine, Biélorussie, Géorgie et Turkménistan)
  • L’Europe (28 pays de l’UE ainsi que la Norvège, la Suisse et les Balkans (Serbie, Bosnie, Albanie…) + un comité Union européenne basé à Bruxelles, composé de représentants d’entreprises françaises auprès de l’UE et de spécialistes en affaires européennes.
  • Le sud de la Méditerranée et le Moyen-Orient (Maghreb, Proche et Moyen-Orient)
  • La France

L’égalité femmes-hommes

Les dirigeants d’entreprise étant majoritairement des hommes, ils sont mécaniquement plus nombreux parmi les CCEF. Alain Bentejac, actuel Président des CCE, qui succède à une lignée de présidents hommes, tente de féminiser le réseau, comme le demande l’administration par des incitations en attendant les propositions du groupe de travail mené par la CCEF Anne Pointet.

[1] Les conseillers du commerce extérieur de la France sont régis par le décret no 2010-663 du 17 juin 2010.

 

Imprimer

Commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article.

    Juste 2 précisions : les CCE sont bien nommés pour 3 ans renouvelables, mais sans conditions de nombre limite de renouvellement comme cela est marqué dans l’article. D’autre part, le Décret de 2010 régissant l’Institution a été modifié par un Décret de 2013, puis un Décret de juin 2021.

    Xavier PIÉRARD, Secrétaire Général des CCE

  2. Quelles démarches pour devenir CCFE?
    Mme Martine Rebecchini
    Conseillère Consulaire à Agadir.

  3. Étant un ancien CCEF moi même je dirais que notre pays n’a jamais été très reconnaissant et généreux pour ses représentants et à l’aide qu’ils apportent au pays. A mon époque la durée du mandat était illimitée et la nomination se faisait sur propositio des conseilles commerciaux d’ambassade. La seule cotisation coûtait 800 euros par an (il y a plus de 20 ans) et beaucoup devaient la payer de leur poche. Outil particulièrement intéressant pour le pays pour son rayonnement c’était un doublons avec les chambres de commerce et autres multiples organisations dont nous avons le secret. Belle idée mais au départ, vidée de sa substance au cours de son existence.

  4. Bonjour, je suis français a mon compte expatriés en Tanzanie depuis 2016,je suis également propriétaire. Afin d,élargir mon activité professionnelle, j,ai cherché un petit financement de 15.000 euros, impossible?!! Auriez vous une alternative où même une adresse? Cordialement stéphane Aufschneider, merci

  5. Super,
    Je viens de créer mon entreprise en France d’import et export, de la France vers les Comores,
    Avec son siège social à Fresnes 94260.
    Je souhaite vendre les matériaux de construction et d’aménagement fabriqués en France aux îles Comores et de ventre les Épices comoriennes en France. Avec la création et la mise en place de projets de développement urbain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.