Résultat du questionnaire de Français du monde-adfe à destination des PME et micro-entreprises installées à l’étranger

Des entrepreneurs français installés à l’étranger face à la crise de la COVID-19 :
questionnaire de Français du monde-adfe à destination des PME et micro-entreprises installées à l’étranger.

Face aux témoignages de difficultés économiques rencontrées par un grand nombre de ses adhérents depuis fin mars 2020, l’association Français du monde-adfe a souhaité, dès les premières semaines de la crise liée à la Covid-19, faire un premier état des lieux en lançant une enquête spécifique – auprès de ses membres et de l’ensemble des Français de l’étranger – en direction des entrepreneurs, responsables de PME et de micro-entreprises implantées hors de France.

Un questionnaire ciblé a été élaboré puis mis en ligne entre mai et juin 2020. Plus de deux cents réponses appuyées de témoignages ont été recueillies sur la période, auprès d’artisans, de commerçants, d’auto-entrepreneurs, des patrons de PME et de micro-entreprises implantés dans plus de soixante pays.

L’analyse de ces retours du terrain nous permet de mieux connaitre les difficultés auxquelles sont confrontés nos entrepreneurs, dont plus de 70%, dans cette enquête, sont installés à l’étranger depuis plus de 5 ans (40,9% entre 5 à 15 ans et 29,1% depuis plus de 15 ans). Elle nous permet aussi de réfléchir aux propositions et outils adaptés pouvant être mis sur pied pendant la crise afin de répondre aux situations d’urgence.

Les entrepreneurs qui ont répondu à notre enquête ont été fortement impactés par la crise de la Covid-19. Ils restent résilients, mais dans une situation d’incertitude : si 92,6% d’entre eux soulignent une baisse de leurs activités, plus de la moitié (57,6%) n’envisagent pas de rentrer en France suite à la crise. Le contexte actuel crée toutefois de l’incertitude puisque 35% des entrepreneurs ayant répondu à l’enquête restent incertains quant à l’avenir de leur entreprise, ne sachant pas encore s’ils rentreront en France.

Si elles ne sont issues que de la catégorie spécifique des entrepreneurs français établis hors de France, ces premières tendances n’en offrent pas moins un contraste saisissant avec les résultats de l’enquête menée un an avant la crise par Français du monde-adfe dans son « Baromètre des Français de l’étranger » : en 2019, seuls 15% des Français de l’étranger ayant répondu à l’enquête envisageaient « à terme » un retour dans leur pays.

En majorité implantés dans des pays non européens, ces entrepreneurs témoignent de leur isolement et ne bénéficient, la plupart du temps, d’aucune aide. 68% d’entre eux déclarent en effet ne pas être en contact avec les services économiques français (Business France, ambassade, chambres de commerces et d’industrie …) et 85,7% d’entre eux ne bénéficient pas d’un programme d’aide dans leur pays d’accueil.

L’analyse des 203 témoignages issus de cette enquête met en lumière la grande diversité des contraintes rencontrées par les entrepreneurs, la disparité de leurs situations mais aussi, le plus souvent, la gravité du contexte auquel ils sont confrontés :  à l’image de cet entrepreneur français du secteur du tourisme, basé en Afrique, qui a épuisé l’ensemble de ses fonds propres, ne bénéficie d’aucune aide dans son pays d’accueil et se trouve au bord du dépôt de bilan ; de ce fondateur d’une société de conseil au Brésil impacté par une réduction drastique de son activité et qui puise sur ses réserves personnelles pour payer loyer et charges ; ou encore de cet entrepreneur qui a monté une école d’art en Chine il y a 8 ans, qui a dû cesser son activité sur ordre du gouvernement et n’a jamais pu rouvrir. N’ayant bénéficié d’aucune aide ou soutien, il envisage de rentrer en France avec ses enfants, pays qu’il a quitté il y a 14 ans et où tout serait à reconstruire.

La crise que traversent les entrepreneurs français implantés à l’étranger se manifeste par un grand nombre de situations tendues, de remises en cause de projets d’entreprises et de projets de vie. Elle met aussi en péril le maillage patiemment mis en place que représente l’équipe France de l’export. On ne sauvegardera pas ce dispositif sans apporter un soutien à ces intervenants français de droit local, qui sont parfois membres des groupes French Tech. Il est temps d’associer les entrepreneurs français de l’étranger aux dispositifs de solidarité nationale mis en place en France et de faire jouer les solidarités sur le terrain pour les aider à passer le cap et à se tourner vers l’avenir. La création d’un fond de solidarité à destination des micro-entreprises françaises à l’étranger serait à encourager.


Résultats-questionnaire-aux-entrepreneurs

Communiqué questionnaire aux entrepreneurs_pdf 

Gaëlle Barré, Jean-Philippe Grange

Imprimer

Commentaires

  1. Il est bon de coonaitre votre existence mais ce fait ne paye point les factures du restaurant a Bogota qui appartenait a mon frere aine recemment decede et lequel j’ai pris en main et a qui je me force a maintenir le legat malgre mon age et ma sante en equilibre. Aucune aide reelle du gouvernement colombien.

  2. Je n ai pas reçu de questionnaire, je ne comprends pas pourquoi puisque je suis inscrite à l ambassade française depuis des années! Au Portugal, nous n avons eu aucune aide, aucune baisse de loyer, …rien. Aux vues de la faible reprise économique en Algarve (manque indiscutable de la clientele étrangère, et des anglais en particulier), j ai mis mon magasin en vente, un parmi beaucoup d autres, et rien ne semble bouger à l heure d aujourd’hui. Je n ai plus la capacité financière de supporter les coûts car dès octobre, la saison d hiver recommence. Je mettrais donc la clé sous la porte, en ayant tout perdu…20 ans pour rien

  3. Même situation, je suis installé au Sénégal depuis 30 ans, photographe mon CA de cette année est de 275 000 Fcfa, je suis heureusement logé gratuitement depuis la crise covid, mais a 59 ans je voie mal les années qu’il me reste. j’ai contacté le consulat qui m’a envoyé un formulaire a remplir pas de RDV juste renvoyer par email sans avoir aucune certitude pour une aide, alors que cela serait la première fois que je « quémande » quelque chose

  4. Mon probleme si retour en France aucunes aides ou retraite comment faire? qu elles sont les aides medicales pour les francais qui n ont pas contribue a la secutrite sociale. Nee en France mais partie depuis l age de 21 ans. je n existe pas en France.
    Comment faire pour retourner a 64 ans? jamais eu d aide pour mon micro business etabli depuis 20 ans en Afrique du Sud.

  5. Carole Guyon a écrit « Nous sommes les oubliés du gouvernement français ».
    Non, pas précisément. Nos impôts vont augmenter, nous n’avons pas les mêmes droits que les Français en France quant à la résidence principale, quand il faut trouver une variable d’ajustement pour « équilibrer » les comptes, on sait nous trouver.
    Nous n’existons que quand il s’agit de nous soutirer un peu plus d’argent.

  6. Francais oublies a l’ etranger mais pourtant grace a nous , beaucoup d’ argent circule mais aucune aide nous est attribuee . A quoi servent tous ces soit-disant « representants » des francais a l’ etranger etc.. eux bien-sur , retribues bien grassement et cela grace a nous .
    Marie-Anne

  7. Bien d’accord avec ces commentaires. Nous sommes les oubliés du gouvernement français…
    Si on veut rentrer en France, pour certains c’est pire que de rester dans le pays d’adoption.
    Pourtant, certains on travailler en France avant de expatriés…
    Dans l’avenir, va-t-il y avoir quelque chose de prévu pour les cas désespérés ?

  8. Bonjour, je vis au Sénégal, une entreprise de loisirs, excursions en quad pour visiter la brousse africaine, depuis le 20 mars 2020, une PME existante depuis 2004, aucune aide, des dettes, il serait indispensable que l’on nous octroie des fonds pour tenir, à 58 ans, pas de retraite, nous français nous sommes désemparés face à cette tragique situation.

  9. Aucune info suceptible de nous aider, je ne dois compter sur sur moi même, pas la peine de polluer la toile avec du.bla bla….

  10. Il faut etendre d urgence les PGE aux entrepreneurs français en particulier dans le tourisme. Aucune banque ne veut prendre le risque de faire des prêts de trésorerie, aucun droit ou peu dans bcp de pays ou les aides sont pour les nationaux ……l Etat distribue des milliards dans l hexagone mais les Francais de l etranger restent des citoyens de 3eme zone….on ne demande pas la charité, juste la possibilité de sauver nos entreprises ( j ai 120 employés dont 10 expats français…..)

  11. J ai participe aussi a cette enquête .

    Un idée solidaire serait aussi de voir comment l état Français pourrait aider le retour d un expat entrepreneur ayant dû déposer son bilan suite au Covid . C’est mon cas ….

    A ma connaissance il n y a pas d’aide … au retour en France ; Car qui dit dépôt de bilan = dire tout perdre .

    J ai contacter les services sociaux du village envisagé en France pour me réinstaller , mais c’est compliqué et aucune aide financière de subsistance en attendant les minima sociaux en France : et oui je vais devoir quémander le RSA a 62 ans pour compléter une retraite minable …

    Mais bon …les politiques …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.