Chroniques du confinement : Paris, le ciel par dessus le toit…

Confinement, 8ème jour…

Le ciel est, par-dessus le toit,

Si bleu, si calme !

Le ciel est bleu, oui, je le vois un peu par-dessus le toit, mais surtout reflété dans le panneau-miroir que j’ai installé sur le rebord de la fenêtre afin d’éclairer un peu, avec une efficacité limitée, le studio parisien, très sombre, dans lequel, comme des millions et des millions d’autres à travers le monde, je suis « confiné » depuis huit jours

La cloche, dans le ciel qu’on voit,

Doucement tinte …

C’est vrai, j’entends les cloches des églises, ce qui n’arrive jamais habituellement

Un oiseau sur l’arbre qu’on voit,

Chante sa plainte.

Je ne vois pas d’arbre, et comme oiseaux, je n’entends que le roucoulement des pigeons qui, malheureusement, ont toujours l’air en pleine forme, et échappent apparemment au virus…

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là

Simple et tranquille.

Cette paisible rumeur-là vient de la ville.

Aucune rumeur de la ville là où je suis, dans un appartement donnant sur une cour intérieure. Et quand je sors, le silence dans les rues, quelques passants, l’air soucieux, protégés ou non par un masque. Je pense à ces images de villes en guerre, Sarajevo par exemple, avec ces gens profitant d’une accalmie pour sortir et acheter l’essentiel, craignant d’être fauchés par les balles de snipers invisibles. Là, le sniper est invisible, lui aussi, mais on n’entendra pas les balles, on ne les sentira pas si elles nous frappent …

Qu’as-tu fait, ô toi que voilà

Pleurant sans cesse,

Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,

De ta jeunesse ?

Je ne pleure pas sans cesse, mais comme d’autres, j’imagine, le temps de réfléchir à ce qu’on a fait, ce qu’on fera quand tout sera fini, qu’on pourra ressortir, revivre ! Je ne crois pas au « tout ne sera pas comme avant », du moins collectivement, compte tenu de ce qu’est la nature humaine et sa propension à oublier très vite, mais à titre individuel, peut-être.

Nous ne sommes pas incarcérés comme Verlaine, nous sommes simplement « confinés ». La différence aussi, c’est que nous ne savons pas quand se finira notre peine ! Mais allez, il faut garder le moral …

Philippe Moreau

Paris, 24 mars 2020

Imprimer

Commentaires

  1. Pendant le temps de la pandémie et des mesures dites » plus » (comme Espagne et surtout Allemagne) ou moins (comme la France tjrs aussi lente et laxiste) ,
    – je suis non résidente en ESpagne et si je choisis ce pays , est ce qu’actuellement je peux aller en FRance pr un motif médical (non urgent) , donc l’Espagne me laissera t’elle sortir et le mm jour rentrer ?
    – si j »ai choisis la France, puis je entrer en ESpagne ds ma maison secondaire et ressortir qd je veux ?
    – si je suis résidente espagnole, mais ayant tjrs une adresse française , puis je sortir facilement pr un RV médical (car + facile d’accès qu’en Espagne qui ns impose les RV chez un spécialiste ds le public) comme un simple renouvellement de médicaments ou une consultation classique non urgente ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.