Enquête sur les structures d’aide à l’emploi des Français de l’étranger

Lors de la session d’octobre 2017, l’Assemblée des Français de l’Etranger a approuvé l’élaboration d’une étude sur les initiatives locales d’aide à l’emploi. La Commission du commerce extérieur, développement durable, emploi et formation a élaboré un cahier des charges et a confié cette étude à Expat Communication pour connaître l’ensemble des dispositifs existants à l’étranger.

L’étude prévoyant une phase d’enquête préalable, vous trouverez ci-après un lien vers un questionnaire très court qui permettra à Expat Communication de répertorier ces structures et de les contacter pour identifier en détail les dispositifs existants et leurs champs d’action : cliquer ici

 Voici les objectifs de l’étude :
– Connaître l’ensemble des dispositifs existants en termes de soutien à l’emploi de nos compatriotes à l’étranger ;
– Valoriser, encourager, et fédérer les actuels dispositifs d’aides pour démultiplier leur efficacité ;
– Identifier de nouvelles solutions afin de susciter la mise en place d’initiatives là où le besoin existe ou émerge.

Votre collaboration par le biais de vos témoignages, de votre connaissance du terrain ainsi que vos idées et votre disponibilité seraient très appréciées.

Liens : 

 

Imprimer

Commentaires

  1. Bonjour,

    Je suis expatriée au Ghana depuis 10 ans, j y ai créé (toute seule) un gîte équestre loin de la capitale et donc de l’ambassade,toutes les tractations administratives avec l’ambassade nécessitent deux jours voire plus sur mes congés et bien souvent génèrent une grande déception (réseau en panne revenez demain ou autre gag dans le style quand j’ai pris rendez-vous 1 mois á l’avance en annonçant la couleur de mes besoins).
    Quand un ami hollandais entrepreneur au Ghana me parle des subventions qu’il reçoit du gouvernement des Pays-Bas (prise en charge des cotisations retraites de ses salariés par exemple) j’hallucine !!!
    Quand je demande á l’ambassade s il existe de l’aide pour les entrepreneurs français, on me dirige vers la CCI qui elle me rit au nez donc en 2 mots : demmerde-toi !
    Quand tu pars monter ton rêve au bout du monde, ne compte que sur toi-même et sur ton mouveau pays d’accueil pour y construire ton avenir. La France n’est plus mon alliée, seulement mon pays d’origine et une destination de vacances.

  2. Depuis 45 ans que je suis installée à l’étranger j’ai appris à ignorer toute aide de la France, quand j’ai voulu déposer une demande de bourse pour mon premier enfant pour l’école française du Caire, on m’a refusé les documents sous prétexte que les bourses étaient déjà distribuées pour plusieurs années. J’ai travaillé 2 années comme secrétaire puis une année comme enseignante dans cette même école avec un salaire local et sans cotisation sociale, je reçois en France une retraite de 94€ net par mois et ici je vis grâce aux économies que l’on a pu faire mon mari et moi , soit 320€ par mois. Maintenant j’ai un petit fils et ma fille s’inquiète pour sa scolarisation, j’aimerais tant qu’il entre dans une école agréée par la France, mais le coût est extravagant, entre 3 et 5000€ par an, ma fille est sans travail et mon gendre a un salaire inférieur à notre retraite! Comme beaucoup je demande l’éducation gratuite pour nos enfants, c’est primordial.

  3. Nous les français expatriés sommes le rayonnement de la France à l’étranger ! Belles palabres et cela fait très bien sur le papier ; on y croit presque ! Mais nous devons payer l’école de plus en plus cher, il faut vraiment être miséreux pour obtenir une bourse et je ne sais pas si je pourrai réinscrire mon fils au Lycée Français de Valence la prochaine année scolaire. Vous êtes à côté de la plaque. Nous ne vous demandons pas de nous aider à trouver du boulot mais à faire face à vos responsabilités : l’école gratuite pour les Français dans les lycées français à l’étranger !

  4. quand on vie a l,etranger n,importe lequel la loi du pays ou je suis actuellement,
    spcifie bien que les emplois du pays sont reserve aux locaux en priorite, donc a 80%
    le reste sont pour les expts, s,est comme ca en thailand, et a cause de ce statut
    les etrangers retournent dans leur pays d,origine

  5. C est vrai qu’ une meilleure organisation des structures pourraient aider les français de l étranger.. À mon avis il serait grand temps que les choses changent et que l on arrête de penser aux expat qu’ doux moments des élections cherif dakar

  6. Martial, moi aussi je suis en Italie depuis 20 ans car en France, après les études, je n’ai pas eu d’autre choix que de partir à l’étranger pour avoir un travail. Je suis dans le secteur du tourisme et encore aujourd’hui je suis précaire: on préfère me laisser un mois sans contrat plutot que de me faire signer un contrat à durée indéterminée, meme si je suis nécessaire toute l’année… bien sur il ne vaut mieux pas parler des congés, inexistants… J’habite dans le Nord de l’Italie et moi aussi, liée à mes racines et à ma langue, j’aurais aimé que ma fille puisse fréquenter une école bilingue. Ou’ sont-elles??? A Vérone peut-etre et à quel cout?? Au collège, elle a eu quelques leçons de français mais à quoi cela sert-il?? c’est ce que me disaient certains parents italiens!! Je comprends ma meilleure amie française qui, après de nombreuses années vécues ici, est repartie en France avec ses enfants qui fréquentent une école bilingue gratuite accueilleant des enfants de toute nationalité.

  7. bonjour
    moi je suis retraite et je vis au ghana
    alors je ne vais pas parler d emploi mais de justice !
    ma retraite est de 338 euros par mois ….
    si je vivais en france 6 mois sur 12 j aurais droit a un complement d environ 580 euros …… mais comme je n y vais que rarement….. avec 338 euros pour payer le billet d avion a 7oo euros minmum…
    je nmn ai pas droit a ce complement 1
    le france veut nous couver , mais elle n est meme pas capable de respecter la constitution ! egalite de tous les citoyens ……. !!!!1

  8. Bonjour moi je m’appelle Sahera. Je suis française et mes enfants sont français.je suis maman seule avec deux enfants à charge mais je n’ai aucune rente pour subvenir aux besoins de mes enfants.j’ai vécu 23 ans en France. J’ai cotisé depuis mon jeune âge de 18 ans à 41 ans en France en travaillant comme femme de ménage,serveuse au bar,garde malade,garde d’enfants, vendeuse,caissière, manutention, en faisant une création d’entreprise comme travailleur indépendante,et avoir eu trois enfants en France. Je me suis retrouvé seule, je suis retourné au pays à cause de ma maladie.je suis asthmatique, j’ai la tension des yeux, j’ai de l’hypotension artérielle, j’ai de l’hernie discale et problème cervicale,j’ai de l’arthrose et des douleurs atroces aux pieds.
    Ici a Maurice quand je suis retourné j’ai mis mon fils dans une école française et comme j’avais un peu d’économie j’ai payé une partie de la scolarité de mon fils âgé de 12 ans en attendant la réponse de la bourse que j’avais sollicité pour lui sans oublier les livres ,tous les matérielles scolaires, les uniformes et le transport mais j’ai été avertie par courrier que ma demande a été rejetée. Du coup j’ai tout perdu et j’ai du mettre mon fils dans un collège mauricien et en étant obligé d’emprunter de l’argent à gauche et à droite pour tous lui racheter.
    C’est ce que je pense pour quoi il n’y en a pas une association pour nous aider financièrement mensuellement dans nos parcours quotidiens à l’ile Maurice.il y a que quand cest proche de l’élection qu’on nous écrive pour avoir seulement nos votes.j’ai même pensé à mettre fin de ma vie.
    Mais d’où sont toutes les promesses qu’on nous fait à nous. Une fois l’élection terminé nous n’existons plus et nous serons de l’histoire ancienne.
    S’il vous plait faites quelques choses pour nous les français et ne nous laissez pas tomber et pensez à nos qui seront de vôtres dans les futures.
    Je fais appelle à votre service aidez moi s’il vous plait. Je suis dans l’incapacité de trouver de l’argent pour continuer à vivre.
    Répondez moi au plus vite que possible s’il vous plait. Mon adresse e-mail c’est saradyna@hotmail.com et un numéro de téléphone avec lequel vous pourrez me joindre c’est le 59844162. Merci beaucoup. Au revoir.

  9. C’expatrier c’est fait le choix de devoir se débrouiller avec les ressources du pays d’accueil mais il n’est pas moins que l’on reste français et que nous avons toujours une attache administrative/ financier.

    Je suis tout à fait d’accord avec Fred (commentaire du 30/01/2018). C’est un scandale de devoir prendre un jour de congé pour refaire un passeport. J’habite à Groningen au nord des Pays-Bas. Il me faut voyager 3h, payer 30 euro de transport, prendre un RDV au consulat qui n’est ouvert que de 09:30 jusqu’à 12:30. Tout cela pour revenir récupérer mon passeport avec une faute sur mon prénom et une photo de passeport mal coupe. Un minimum, s’il vous plait. C’est un scandale ! Il n’y a aucun effort de fait pour faciliter la vie administrative des français a l’étranger. Bien que ce soit un choix de s’expatrier, je ne comprends pas les beaux discours fait pars des élues qui ne tiennent pas leur promesse.

    Je n’attends plus rien du tout de la France pour nous expatriés. Cela ne m’empêchera pas de faire mon devoir de citoyenne et de voter. Je suis simplement déçue et navrée que nos ne mots ne touchent PERSONNE (pas même les représentants français aux Pays-Bas).

  10. Bien d’accord avec Harvey, on se debrouille et s’integre le mieux possible a l’etranger. Ce n’est pas toujours facile evidement, aux USA depuis 20 ans il y a des hauts et des bas et franchement sans vraiment compter sur une aide de la France, a part quelques formalites admistratives. Par contre je pense quand meme que la possibilite d’acceder aux systeme Francais de soins pour ceux qui le souhaitent doit etre facilite ainsi qu’une aide la recherche d’emplois apres 50 ans (eh oui le probleme d’emplois des seniors semble universel) seraient les bienvenus. Bon, c’est pas interdit de rever un peu !

  11. Je lance un appel , nous les français de l’étranger on a besoin d’avoir des emplois au niveau de la France. Il faudrait créer des emplois pour nous.

  12. Salut compatriote:
    Je suis française par filiation et j’habite à Caracas, au Venezuela, où je suis née le 26 janvier 1948. La situation dans ce pays est précaire. Un bon travail m’aiderait à résoudre ma crise économique. J’ai un diplôme en lettres. Par exemple, je pense que cela pourrait être utile à l’ambassade de France ou au consulat à Caracas. Je maîtrise l’espagnol avec excellence. La maîtrise de ma langue française, bien que maternelle, est fondamentale. J’aimerais aussi recevoir de l’aide pour apprendre le français correctement. Mais à Caracas les prix de l’Alliance française est très cher pour notre économie faible.
    J’apprécie votre aide.
    Lucien Artiguas
    Numic: 00160911

  13. Je rejoins absolument les propos de Harvey Michel. Partir à l’étranger, c’est comme repartir de zéro. On n’est pas attendu dans le pays d’accueil, et Français ou pas, on n’est pas favorisé par rapport aux nationaux. Alors oui, c’est difficile, il faut soi-même faire toutes les démarches, il faut s’adapter aux coutumes et aux mœurs locales (eh oui, les autres pays ne ressemblent pas à la France), et souvent, on n’a droit à aucune aide du pays d’accueil.

    Cela fait 3 ans que je ne vis plus en France, et je me débrouille avec ce que j’ai et ce qui est à ma disposition. Je n’attends plus rien du tout de la France, je ne vote plus aux élections françaises, et je trouve que cette étude, a priori, n’apportera pas de plus-value pour les Français de l’étranger. La France qui couve ses concitoyens, ça va bien 5 minutes, mais à un moment donné, il faut prendre ses responsabilités, et assumer que partir travailler à l’étranger peut être très contraignant au début.

  14. Et bien je pense comme Harvey Michel. Ce que l’on a, même si ce n’est pas top, c’est déjà pas mal. Pour ma part, la bourse scolaire couvre l’intégralité des frais de scolarité de ma fille, soit 2600€…

  15. Je suis d’accord avec Fred en ce qui concerne les lycées français. Quand j’ai voulu inscrire mon fils au collège, la proviseure du LFI à Dublin m’a clairement fait comprendre que mon gamin n’était pas une priorité. Il semblait bien plus important d’accueillir les enfants de Français qui venaient s’installer en Irlande seulement pour deux ou trois ans (contrats avec grosses entreprises comme Google ou autres…) Mais les pauvres bougres comme moi qui vivent dans le pays depuis plus de 20 ans n’offrent apparemment aucun intérêt. Nous faisons partie des meubles et ne sommes effectivement utiles qu’au moment des élections. J’ai eu beau parler « bilinguisme » et « multiculturalisme » et rappeler que nous habitons à deux pas de l’établissement scolaire en question, Madame la Proviseure m’a regardée froidement et m’a rétorqué que mon fils étant « irlandais », il pouvait tout à fait aller dans une école irlandaise. Circulez, y’a rien à voir… J’ai bien songé à porter plainte auprès de l’ambassade, mais mon petit doigt me dit que j’aurais perdu mon temps…Morale de l’histoire : vu l’attitude de Madame la Proviseure, il vaut sans doute mieux que mon fils aille dans une école irlandaise…

  16. 27 ans de vie professionnelle dans le nord de l Espagne. Recherche de possibles entreprises travaillant entre la France, l Espagne et le Maroc. Experience dans le secteur tourisme et export. Ou me dirige?
    Merci

  17. Je suis entiérement d’ accord avec le témoignage de Fred, en plus, pour certaines études faites en Espagne et pouvoir les valider il faut être espagnol, ceci est arrivé a mon fils aîné en Espagne depuis l’ âge de 6 ans. 20 ans aprés il a dû demander la nationalité espagnole pour pouvoir travailler dans le domaine maritime.

  18. La France ferait mieux d’essayer de garder les emplois et les salariés en France ainsi que la formation en France, plutôt que d’organiser avec la Commission du commerce extérieur, développement durable, emploi et formation, d’élaborer un cahier des charges , et confier cette étude à Expat Communication pour connaître l’ensemble des dispositifs existants à l’étranger. Ceux qui veulent s’expatrier n’ont qu’a faire comme tout le monde.. Ce débrouiller..!! Le jeux de ce gouvernement avec l’aide de l’ADF, et d’affaiblir au maximum les emplois de France, faire diminuer les chiffres du chômage et vendre les plus belle Compagnies Françaises a l’étranger, comme a la Chine Populaire entre autre..
    Merci a ce gouvernement juste pour les riches..!! A dégager..

  19. La France n’ a pas été capable de me trouver du travail dans mon propre pays, être blanc et vivre l’ enfer depuis sa naissance , battu , volé , sans aide des autorités , et la ils vous nous faire croire que en étant au Canada et trilingue ( Anglais , Espagnole et , Hélas français parlé) .Ils vont faire mieux pour moi ? En dix ans je me suis dém…. tout seul au Canada .J’ ai jamais eu d’ aide de la France pour quoi que ce soit . Qu’ elle aille se faire F….. . Je suis devenue Canadien depuis 11 ans et je vis heureux et dans la paix la tranquillité le bonheur et la sécurité financière et bardé de diplômes Canadiens . France = Racaille dans les rues , racaille au gouvernement , non merci , pas pour moi . Que ceux qui se ressemblent s’ assemblent.Vive le Canada , vive Trudeau , vive la liberté .

  20. Je vis au pays bas depuis une 20 d’années j aimerais suivre une formation de prof de français mais voilà financièrement ce n es pas possible de payer la formation .J aimerai savoir si il est possible d avoir une aide pour sa ?

  21. Michel Harvey je suis tout à fait d’accord, d’ailleurs on se débrouille très bien sans la France, par contre je trouve honteux qu’ils prétendent nous aider alors que dans la pratique ce n’est que de la palabrerie pour dorer leur blason, et justifier des places de fonctionnaires basés à l’étranger..!

  22. Mon idée pour l’emploi? Travailler en amont pour sortir d’un système souvent mafieux… et le mot est juste. Je vis en Italie depuis 20 ans. Envoyé par mon ancienne société qui après un chantage à l’emploi m’a demandé de signer un contrat local. A la première occasion, ils m’ont laissé à la rue. Une scoop qui en France prone l’intégration mais qui ne savant que faire de ses bénéfices achète société sur société et licencie car ne sait que faire des salariés. Aucune aide de la part ni du consulat, ni de la chambre française de commerce à Milan. Aucune structure de mise en réseau. Ils n’aident que ceux qu’ils connaissent.
    Alors effectivement je rejoins certains commentaires: personne ne nous a obligé à aller vivre à l’étranger. A l’époque avec un bac + 5 en Normandie, je ne trouvais rien. 2 ans de chomage. On me propose alors un emploi, mais à 1200km de chez moi. Je dis oui. Une part de responsabilité est donc à trouver dans un système français incapable de proposer un plein emploi.
    Je ne suis pas venu en Italie pour le plaisir et la dolce vita, mais pour bosser.
    12 ans dans cette société à bosser dur.
    Une des choses qui pourrait etre mise en place est une super agence pour l’emploi dans chaque pays. Cette agence aurait pour mission de recenser les entreprises françaises et leurs besoins en perosnnel. Puis de diffuser ces offres auprès des inscrits à la recherche d’emploi.
    Le gros avantage est celui de la langue, à capacités égales avec un local évidemment.
    Les VIE fonctionnent. Pour éliminer des centaines de jeunes demandeurs d’emploi des statisitques du chomage, on trouve des solutions.
    Trouvons-en aussi pour permettre aux expatriés de rester dans leur pays d’acceuil.

  23. Bonjour,
    je recherche activement un emploi vers Alger et ses alentours. Je parle français , anglais, et arabe Pouvez-vous m’aider ou me guider?
    je suis ingénieur en mécanique , je travail dans le milieu de l’automobile depuis 12 Ans (chaîne d’approvisionnement , magasins et distribution).

    Merci d’avance pour votre aide.

  24. Bonne action de votre part sur tous au veuve qui n’ont pas l’âge pour avoir la réversion de posions de leur défunts que faire Merci de votre aide

  25. Bonjour, je cherche un travail après la mort de mon mari j’ai aucune rente j’étais secrétaire aide comptable

  26. Bonjour

    Apres un certain nombre d annees a l etranger J ai suivi ma femme en expatriation. Les consequences sont assez negatives. Un homme qui est “homme de” au lieu de “je suis la femme de” est assez mal vue par les recruteurs potentiels et socialement il est difficile de s integrer aupres des dirigeants locaux français qui sont sympathiques mais ne vous aiderons pas concretement. De plus ayant plus de 50 ans vous n avez pas accés aux emplois pour les jeunes de types call center, service client, back office..ou les salaires sont bas mais qui auraient suffit a m occuper et qui recrute et exploite a tour de bras en Rep Tcheque… (salaire de 800-1300 euros, bonjour la retraite en cas de retour en France. reste a monter sa propre entreprise mais sur une expatriation de 3 ans c est utopique et pas rentable. hormis le digital ou l immateriel je me retrouve dans une impasse. Et pourtant j ai un MBA, Anglais, Français, Espagnol trilingue plus B2 Allemand, experience de business devlopment, project management, avec un deroulement de carriere forcement non lineaire… l age est de plus en plus un facteur d austracisation meme a l etranger…et ce n est pas la France qui vous aidera meme si vous avez donné de votre temps comme benevole dans une association (Ecole AEFE…). Bref il faudrait surtout que les DRH des entreprises Française prévoient si possible une co integration du conjoint, mais la je reve et en Europe le contrat local devient la norme et les avantages disparaissent. Du coup pour une entreprise comme airbus il n y a plus de candidat au depart pour aller a Hambourg par exemple ce qui a pour effet de stopper les echanges entre allemand et francais sans compter la sortie de l aefe de l ecole sur place et la casi fermeture du consulat ( alors que Hamburg est economiquement plus dynamique que Berlin, un non sens…). Bref beaucoup a faire, et oui la plupart se debrouille sur place…

  27. Tout cela est très symptomatique de l’expatrié ! Travailler à l’étranger implique qu’on s’intègre à un territoire étranger, à savoir une (a minima) langue nouvelle, un contexte économique, des institutions, des besoins de compétences… Notre expérience démarre par l’appréhension de ce nouvel environnement et personne ne peut le faire à notre place. L’unique relais dont on pourrait avoir besoin, à la rigueur, c’est de vulgarisation de l’environnement institutionnel pour nous guider dans nos premiers pas.
    Donc en gros je rejoins Harvey Michel en tous points. Sinon pourquoi partir vivre à l’étranger ?

  28. Harvey Michel :
    il y a d’autres raisons que « refaire sa vie » lorsque l’on part pour l’Étranger (demandez aux réfugiés d’Afrique du Nord). Quant au « Do it Yourself » dont vous faites allusion, cela fait longtemps que la plupart des Français le pratiquent, même dans l’hexagone. Cela ne veut pas dire que ca doit être la règle.
    Si cela peut permettre une prise de conscience des pouvoirs publics pour aider des expatriés à s’ installer, travailler et s’épanouir ;  c’est tout bénéfice pour la culture française. Si seulement tout le monde pouvait rêver en couleur… ;-)

  29. Je vis au Nord des Pays-Bas et les structures françaises sont quasi inexistantes, parce qu’elles sont toutes regroupées (voir saturées) dans la partie sud du Pays.

    De mon point de vue, ce n’est pas de cette manière que le français pourra s’épanouir dans cette région qui apparemment n’intéresse pas beaucoup les pouvoirs publics. Pourtant, elle le fut jusque dans les années 70′.
    Ce n’est pas faute d’avoir essayé.

    J’ai pourtant pris contact avec les différentes instances existantes dans le sud du pays, apparemment bien rôdées pour ce genre d’exercice, mais les solutions apportées ne sont que d’ordre financières ; alors qu’il aurait fallu également des aides structurelles (humains, fonciers, organisations, coopération de l’Etat concernant ses données démographiques…) en plus des aides financières.

    En bref (et suite à ma propre expérience), les objectifs dont vous parlez ne sont pas nouveaux, mais les méthodes pour y parvenir sont obsolètes. Elles ne créent que des statistiques, mais pas de solutions concrètes. Elles identifient des problèmes, mais sont incapables de mettre en place des solutions durablement (Organisation d’un plan d’action : logistiques, regroupement immobilier et humain…).

  30. Bonjour
    Je suis tout à fait d’accord avec le témoignage précédent de Fred. Je trouve cela honteux.
    Rien ne se simplifie bien au contraire…

  31. Euh, je pense que lorsqu’on s’installe à l’étranger pour y refaire une vie, on se démmerde…Je suis au Canada depuis 20 ans, et à part au début l’OMI qui m’a permis d’avoir des ordis pour faire mes cv, ben voilà quoi. Démmerde yourself. Les gens qui voudraient vivre à l’étranger mais continuer à avoir la France qui les guide, couve et protège…Ben vous r^vez en couleur.

  32. Aide à l’emploi des Francais à l’étranger ??
    C’est une blague non ?
    Les Francais à l’étranger sommes les oubliés de la République.. que dis-je oubliés non, plutôt délibérément ignorés.
    On ne peut même pas mettre nos enfants dans les lycées Francais qui sont hors de prix et l’aide misérable que la France nous donne ne règle rien au problème.

    Maintenant pour refaire un passeport Francais il faut prendre un jour de congés et aller à Madrid avec tous les frais que cela occasionne.. sous couvert du passeport biométrique qui en fait n’est qu’un bout de verre branché en USB pour prendre les empreintes digitales.. comme si cet objet ne pouvait être présent dans toutes les délégations des grandes villes d’espagne..

    Une honte… on se moque de nous et ne nous sollicite qu’au moment des élections..

  33. Bonjour
    j’ai envie de préparer une formation dans le domaine des équipements sensibles
    tel que la vidéotélésurveillance et autres en France, je suis âgé de 22 ans je suis français actuellement j’ai une entreprise en Algérie dans le même domaine, pouvez-vous m’aider ou me guider a apprendre mieux ce métier par une formation en France
    Email moussachebani@hotmail.fr Tel + 213 – 07 73 29 19 32 merçi
    cordialement

  34. Bonjour,

    Je suis expatrié depuis 10 ans. Aujourd’hui je démissionne de mon entreprise qui se trouve aux Pays Bas pour dédier mon temps à ce qui me passionne. L’energie Solaire et les micro réseaux. De grandes entreprises sont présente à l’etranger pourtant notre visibilité ( nous les expatriés) reste très faible au près de ses structures, petites ou grandes d’ailleurs.
    La seul plate-forme accessible aux grands publics cadres est l’Apec mais très peu d’initiatives pour l’emploi à l’etranger Y sont possibles.

    Comment pensez vous répondre à ses besoins?

    Cordialement
    Mankour

  35. Bonjour je recherche activement un emploi vers barcelone et ses alentours. Je parle catalan espagnol anglais, et ainsi il est vraiment difficile de trouver un emploi.Pouvez-vous m’aider ou me guider?

Les commentaires sont fermés