Etudes supérieures : priorité aux candidats bacheliers de l’étranger dans la limite de 10% maximum des capacités d’accueil des universités

En réponse à la question de la Sénatrice Hélène Conway Mouret qui l’interrogeait sur la poursuite d’études supérieures des élèves issus des établissements français de l’étranger, le Secrétaire d’état à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon, a répondu :

« Afin d’éviter aux candidats au baccalauréat de l’étranger ces contraintes géographiques, la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP) et l’AEFE ont décidé, dès la création du dispositif Admission Post-Bac, que ces candidats sont réputés résider dans l’académie dans laquelle ils souhaitent entreprendre des études supérieures et bénéficient de la même priorité d’accès dans les universités de celle-ci que les candidats qui y résident, sans que l’académie de rattachement du baccalauréat ne soit prise en compte.

Cette dérogation à la réglementation  permet ainsi aux candidats bacheliers de l’étranger de bénéficier de la priorité quelle que soit l’académie siège de l’université sur laquelle ils se portent candidat.

La concentration des choix des candidats de l’AEFE sur quelques formations de licences dans deux ou trois universités a conduit la DGESIP, en accord avec l’Agence, à assouplir cette règle en limitant le nombre de candidats bacheliers de l ‘étranger admis en première année de licence à 10% maximum des capacités d’accueil des universités.

Cette procédure permet de concilier deux objectifs  primordiaux pour le ministère : faciliter l’accès des candidats de l’AEFE aux universités françaises tout en garantissant une place aux candidats de proximité résidant dans l’académie du siège de l’université dans laquelle ils souhaitent s’inscrire. »

 

Imprimer

Commentaires

  1. Où se trouvent svp es réponss aux questions posées?
    Aucun intérêt si pas de réponse.

  2. Bonsoir, j’ai presque la même question que celle posée par madame Valerie , néanmoins ma question concerne le cas d’un Français qui a obtenu un bac Algérien, car en réalité durant l’année universitaire 2015/2016 aucune contrainte à ça n’est a signaler du fait que ma fille a été inscrite le plus normalement du monde après avoir suivi la procédure admission post-bac mais durant cette année certaines universités ont refusé l’inscription et pour cause nos bi-nationaux avait un bac Algérien!!! prière nous éclaircir ces interrogations et merci

  3. Et concernant les ressortissants français résidant à l’étranger ayant un Bac étranger ( américain en l’occurence), quelle est la possibilité pour ces étudiants de poursuivre leurs études dans une université française en première année de licence. A priori ils doivent s’inscrire sur APB mais c’est l’université qui décide mais sous quels critères?? Suivent ils le même circuit que les étudiants en possession d’un Bac français? Beaucoup d’interrogation subsistent. Merci à celui ou celle qui pourra et saura y répondre. Moi je n’y suis pas parvenue.

Les commentaires sont fermés