Maladie à virus Zika – mise à jour

virus Zika

Il y a actuellement une importante propagation du virus Zika en Amérique centrale et du Sud et au Mexique. La maladie se transmet par les piqûres de moustiques. Le risque d’épidémies en Europe est minime.

La fièvre Zika est considéré comme une maladie bénigne – les symptômes peuvent comprendre de la fièvre, des douleurs articulaires, une conjonctivite et des éruptions cutanées. Près de trois personnes infectées sur quatre n’auront pas de symptômes du tout. Certains peuvent présenter des complications de type neurologique tels que des syndromes de Guillain-Barré. Les femmes enceintes, se rendant dans les zones touchées, peuvent, si elles sont infectées, transmettre le virus au fœtus. Il est aussi décrit certains cas très rares de transmission sexuelle. Il est donc recommandé aux hommes, ayant été dans les zones touchées et ayant une partenaire enceinte, d’utiliser des préservatifs le premier mois après leur retour. Si la contamination au virus Zika est confirmée en laboratoire, il est recommandé d’utiliser un préservatif pendant 6 mois après la disparition de tout symptôme.

Évaluation des risques

Les autorités brésiliennes ont notifié l’incidence accrue en 2015 de nouveaux-nés atteints de microcéphalie au cours de l’épidémie. La microcéphalie désigne toute  les formes de croissance anormalement faible de la boîte crânienne et du cerveau. Les autorités françaises avaient également fait état d’une augmentation de l’incidence des malformations congénitales neurologiques après le déclenchement d’une épidémie en Polynésie en 2013-2014. Beaucoup de mères qui ont donné naissance à des enfants atteints de microcéphalie en Polynésie n’avaient pas de symptômes de la maladie Zika mais les tests sanguins ont montré que certaines avaient été infectées.
Le virus Zika peut être détecté dans le liquide amniotique de plusieurs enfants atteints de microcéphalie. Un lien de causalité entre l’infection au virus Zika et des dommages au fœtus n’a pas été encore prouvé, mais une forte suspicion existe.

Le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies (ECDC) a récemment publié une nouvelle mise à jour. Il détermine qu’il y a de plus en plus de connaissances qui suggèrent un lien probable entre la maladie à virus Zika et les dommages neurologiques au fœtus.

Recommandations pour les femmes enceintes

Il est recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse et ayant le projet de se rendre dans des zones où sévit le Zika, d’envisager un report de leur projet de voyage, ou, en tout cas de consulter un médecin avant le départ pour être informées sur les complications pouvant survenir lors d’une infection par le virus Zika.

Les femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse qui ont séjourné dans les zones touchées sont encouragées à consulter un médecin ou une sage-femme à leur retour afin de planifier leur suivi.

Conseils pour les professionnels de la santé lors du suivi des femmes enceintes après le retour

Il est recommandé que les femmes enceintes ayant séjourné dans les zones touchées soient surveillées par les services de santé après leur retour. Cela vaut indépendamment du fait que les femmes enceintes aient eu des symptômes de la maladie ou non. Les expériences du Brésil suggèrent que les infections asymptomatiques sont courantes, et qu’une association possible avec le développement de microcéphalie ne dépend pas de la présence de symptômes.

Stéphane Mukkaden 

Pour aller plus loin :

Infection à virus Zika, une épidémie qui inquiète

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.