La crise énergétique : une menace durable pour l’UE

Alternatives Economiques n°313

Si la crise économique dure en Europe, une autre crise, moins visible, touche de plein fouet le vieux continent : la crise énergétique. L’Europe a vu ses ressources fossiles faiblir d’année en année et est désormais de plus en plus dépendante de l’extérieur. Aujourd’hui 54 % de l’énergie consommée dans l’Union Européenne est importée. 83,5 % du pétrole et 64 % du gaz consommés sont également fabriqués hors d’Europe.

Cette dépendance a deux conséquences majeures. D’une part, elle aggrave la crise économique de la zone euro : les prix de l’énergie ont augmenté de 20 % depuis fin 2009 ce qui affaiblit davantage le pouvoir d’achat des européens déjà très réduit. D’autre part, elle rend l’UE complètement tributaire du bon vouloir de ses voisins. Par exemple, la Russie en 2009, alors en conflit avec l’Ukraine, n’a pas hésité à arrêter ses livraisons de gaz vers l’Europe faisant émettre l’hypothèse d’une rupture d’approvisionnement.

En Europe seul le Danemark produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. La trajectoire suivie par ce «petit» pays est atypique et pourrait servir de modèle à toute l’UE : en 1970 le Danemark dépendait à 99 % des importations d’énergie, aujourd’hui il est le seul pays de l’Union à être exportateur. De quoi faire des envieux. Pour connaître une telle évolution, le Danemark a mis en place une politique très volontariste et développé des énergies renouvelables  -les éoliens- devraient fournir 50 % de l’électricité danoise d’ici à 2020.

Mise à part l’exception danoise, la dépendance de l’UE devrait encore s’accentuer dans les années à venir et  pourrait menacer gravement l’économie européenne déjà très malade. Les chiffres sont impitoyables : en 2011 l’UE a importé pour 488 milliards d’énergie soit l’équivalent du coût de 17 millions d’emplois.

Pour lutter contre cette dépendance, de plus en plus coûteuse, l’UE doit effectuer une transition énergétique à l’image de celle qu’a connue le Danemark. Pour cela, il faudra déjà que les pays européens parviennent à leur objectif : atteindre 20 % d’énergie renouvelable en 2020.

Cet article est un condensé du dossier paru dans Alternatives Economiques, numéro 313, mai 2012.

En partenariat avec Alternatives Economiques.

 

Imprimer