Nationalité

La présentation et la transmission de sa nationalité est devenue une inquiétude et une lourde difficulté administrative pour les Français établis à l’étranger depuis 1986 et surtout à partir de 1993. Les gouvernements de droite ont depuis lors fait de la nationalité et de l’ « identité française » un enjeu politicien dans l’espoir de reconquérir l’électorat xénophobe acquis aux thèses du Front national. Les Français à l’étranger ont été parmi les grandes victimes de cette dérive : tracasseries, exigences indues de certificat de nationalité française, dossiers de demande de ce certificat de plus en plus difficiles à constituer, délais de production atteignant fréquemment plusieurs années.

L’association Français du monde-adfe est en première ligne sur la défense des principes républicains, posés dès 1889, sur le droit de la nationalité, sur le droit à la plurinationalité et sur la défense des Français victimes d’abus administratifs dans ce domaine.

L’association reste fermement attachée aux principes républicains : la nationalité française se transmet par filiation et par double droit du sol. La nationalité française ne peut être perdue. Seul le citoyen détenteur d’une autre nationalité peut demander à y renoncer. Les enfants nés avec plusieurs nationalités n’ont pas à choisir entre la nationalité française et les autres à leur majorité.

Télécharger le Guide pratique nationalité.
Lire notre article sur l’abandon de la nationalité française.

Haut de page