Adoption internationale

La démarche d’adoption reste d’autant plus difficile et onéreuse que le nombre d’enfants privés de famille et adoptables par des Français diminue dans le monde. Les pays émergents, autrefois principaux pays d’origine des enfants, ont maintenant une classe moyenne grâce à laquelle l’adoption se réalise dans le cadre national.

Les interlocuteurs du Français établi à l’étranger qui adopte sont la Mission de l’adoption internationale (MAI) du ministère des Affaires étrangères, et l’Agence Française de l’Adoption.

Etant donnée la diversité des législations applicables, selon que le pays d’origine de l’enfant est, ou non, signataire de la Convention de La Haye de 1993 et selon la législation du pays de résidence des Français, la consultation de la MAI doit être un préalable à toute démarche d’adoption.

L’adoption est, comme toutes les formes de parentalité, une aventure. Mieux vaut pour s’y engager et y engager un enfant, s’assurer au minimum d’un encadrement législatif, contraignant certes, mais protecteur

Télécharger le Guide pratique adoption internationale

 

 

Haut de page