Notre magazine

Notre magazine est édité à 10 000 exemplaires et distribué à nos adhérents mais aussi dans le réseau des ambassades et consulats.

Numéros précédents du magazine à télécharger (format pdf) : Fdm 184Fdm 183  Fdm 182 – Fdm 181 – Fdm 180 – Fdm 179 – Fdm 178 Fdm 177 – Fdm176Fdm175 –  Fdm 174 –  Fdm 173Fdm 172Fdm 171Fdm 170Fdm 169


FDM 184 : La France, terre d’accueil ? 

La question des réfugiés est de plus en plus exploitée politiquement : le fait que deux des terroristes ayant perpétré les attentats à Paris en novembre sont venus par la route migratoire contribue à renforcer la frilosité, voire l’hostilité des politiques.

Aussi est-il nécessaire de rappeler que les réfugiés ne quittent pas leur pays pour chercher l’aventure : ils partent en raison de la terreur, de la violence, de la pauvreté qui frappent leur pays au point de leur faire risquer leur sécurité et leur vie pour trouver un refuge où se poser et connaître une vie moins dure, plus sûre pour eux-mêmes  et pour leur famille. Ils ne sont ni des masses, ni des hordes mais des êtres humains qui doivent bénéficier du respect des droits humains.

Face à cette tragédie, il faut une mobilisation individuelle et collective pour les accueillir et leur venir en aide. Les politiques et les instances internationales n’ont pas agi pour traiter à la source les problèmes qu’entraîne cette crise humanitaire, alors qu’elle doit être abordée comme un ensemble de problèmes à résoudre afin que les personnes déplacées puissent un jour retourner chez elles et vivre dans la dignité. « je  suis pas animeau » (sic) : cet écrit d’un réfugié sur une pancarte dit tout le malheur et le désespoir qui doivent nous révulser.

Aujourd’hui, on se plaît à parler d’économie globale ; alors « quid » de l’humanité ? Elle aussi est globale, notamment quand elle fabrique à bas coût les objets que nous achetons en Occident, mais elle perd sa globalité dès lors qu’une partie d’entre elle cherche refuge pour échapper à des conditions de vie épouvantables. Nous ne pouvons accepter que le monde soit un lieu unique tant qu’il est profitable mais que des murs s’élèvent dès qu’il ne l’est plus.

Pour toutes les raisons qui précèdent, il nous revient à tous d’agir pour combattre les causes du drame migratoire et, tant qu’il perdure, peser pour parvenir à une politique d’accueil digne des valeurs de solidarité et de fraternité qui sont aussi des fondements de la démocratie. Français du monde-adfe a vocation à porter le message, à le répandre et à contribuer à sa traduction en actes.

Lire le magazine

Haut de page