Notre magazine

Numéros précédents du magazine à télécharger (format pdf) : FDM 180 – Fdm 179 – Fdm 178 Fdm_177 – Fdm176Fdm175 –  Fdm 174 –  Fdm 173Fdm 172Fdm 171Fdm 170Fdm 169


FDM 181 : Liberté, égalité, fraternité et laïcité 

Lire le magazine

Edito du numéro 181 – Printemps 2015

Les crimes perpétrés à Paris les 7et 9 janvier 2014 ont conduit des millions de citoyens en France et dans le monde à se rassembler autour des valeurs républicaines de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité.

Certes, la France n’est pas le premier pays à avoir réalisé la séparation des églises et de l’Etat : les Etats-Unis d’Amérique ont fait de la séparation de la religion et de l’Etat un principe constitutionnel premier (constitution de 1791). Mais malgré ce principe d’une stricte séparation,  on retrouve une forte intégration des confessions dans la vie publique où la religion continue à jouer un rôle social considérable, soutenue par une vision religieuse de l’homme et de la société. En revanche, en France, la loi de séparation  (1905) a été portée par une vision non religieuse de l’homme et de la société, dans le prolongement des idées de la révolution française, affirmant la liberté du citoyen, notamment la liberté religieuse, l’égalité de traitement entre croyants et non-croyants, la fraternité entre tous, religieux ou pas.

La Laïcité à la française s’inscrit dans une longue période de sécularisation des individus et de la société commencée dès le 16ème siècle et accélérée  par des événements politiques et le progrès des idées, notamment l’émergence des idées républicaines et une adhésion au final majoritaire à ces dernières.  La conception  de la laïcité peut se résumer comme suit : l’Etat n’a aucune autorité en matière de foi mais garantit à tous la liberté de croyance et le libre exercice des cultes comme la liberté de ne pas croire,  traitant ainsi tous les citoyens également. Ainsi, née dans une période de consolidation de la République, la laïcité établit que l’amour de Dieu a pour premier siège le cœur de l’homme et que la liberté de conscience est un droit fondamental de l’homme.

Pour ce droit absolu, la bataille n’est jamais terminée. La liberté de conscience reste interdite ou partielle dans de nombreux endroits du monde. Sa défense et sa promotion requièrent toutes nos forces d’intelligence, d’humanisme, ainsi que de conviction et de détermination. La laïcité établit cette liberté majeure et, à ce titre, exige notre vigilance constante et un total engagement.

 Gérard Martin

Haut de page