Droits sociaux

La solidarité nationale ne s’arrête pas aux frontières. Les Français établis à l’étranger participent à la prospérité nationale par leur activité économique, essentielle au commerce extérieur. Par leurs activités professionnelles diverses, ils contribuent à la formation d’une image positive de la France à l’étranger. Nous agissons pour que soit étendue aux Français de l’étranger la garantie de la solidarité nationale parce que vivre à l’étranger est synonyme de risques mal assurés et de précarité pour beaucoup plus de nos compatriotes qu’on ne le croit en France.

En matière d’assurance maladie, nous travaillons à la modulation des cotisations à la Caisse des Français à l’étranger (CFE) en fonction des revenus réels des assurés et nous avons obtenu en 2002 la création de la troisième catégorie solidaire. Sept administrateurs de la CFE sont issus de notre association.
En matière d’aide sociale, nous agissons au sein des comités consulaires et au sein de la commission permanente (nationale) pour la répartition des crédits d’aide sociale du ministère des Affaires étrangères. Notre groupe à l’AFE, conseillers et sénateurs exerce une pression pour que ces crédits retrouvent le niveau nécessaire à l’efficacité de l’action sociale, qu’ils avaient jusqu’en 2002.

Il reste beaucoup à faire en matière de préparation des Français à l’étranger en vue de la retraite. Nous les informons sur les conventions bilatérales et le droit européen sur lesquels ils peuvent se fonder pour obtenir la liquidation de leurs pensions dans des conditions favorables.
La gestion de la dépendance des Français âgés à l’étranger est devenue une question cruciale dans les pays où l’on s’expatrie pour «  prendre sa retraite au soleil ».

Haut de page