Tele-psy : la psychologie de l’expatriation

Expatriation et psychologie : des questions, des réponses

L’expatriation, expérience unique et enrichissante, n’en demeure pas moins une épreuve pour l’expatrié[1] et sa famille, non seulement en raison de la nécessité de s’adapter à un nouvel environnement, mais aussi par le travail psychologique individuel qu’elle demande.

En effet, les travaux effectués depuis plus de 30 ans dans le domaine de la psychologie de l’expatriation mettent en avant des étapes spécifiques, bien connues des spécialistes. La première phase, celle du premier contact, de la découverte, est la plupart du temps bien vécue par l’expatrié, qui a souvent choisi cette nouvelle vie, ce nouvel environnement. Mais dès cette phase peuvent apparaître les premières difficultés chez le conjoint ou les enfants, dont les motivations à s’expatrier ne sont probablement pas les mêmes que l’expatrié lui-même. Il est bien souvent difficile de s’exprimer librement auprès de son conjoint ou de ses parents, difficile de prendre le risque d’altérer le bel enthousiasme affiché…

Les difficultés pour l’expatrié peuvent apparaître lors de la deuxième étape, qui peut être marquée par une forme de désillusion, confirmant des craintes ressenties dès le premier jour, au moment du départ, des hésitations, des interrogations. Le décalage entre l’expatriation imaginée et la réalité du quotidien peut conduire à l’apparition de symptômes peu spécifiques : troubles du sommeil, ruminations anxieuses, questionnement existentiel, consommation excessive d’alcool. La situation peut s’inverser : le conjoint cherche à rassurer, admet la réalité de l’expatriation, les enfants s’adaptent plus facilement, et c’est l’expatrié lui-même qui ne peut s’exprimer librement, pris dans la logique initiale du changement. Il faut être efficace, assumer sa décision, développer son réseau, trouver des solutions aux multiples problèmes matériels des premières semaines, voire des premiers mois d’expatriation, et ne pas se plaindre en plus, personne ne pourrait le comprendre ! Vous l’avez choisi, vous y êtes, vous vous devez d’être un expatrié heureux ! Votre vie matérielle est – bien souvent – confortable, alors que demandez-vous de plus ? Pas facile, face à tout ce qui est véhiculé par l’imaginaire collectif, de laisser la place pour exprimer ses inquiétudes.

Face aux difficultés, il ne faut pas rester seul. On l’a vu, le conjoint n’est pas toujours la bonne personne à qui se confier, les amis sont loin ou ne comprennent pas. Se confier à un professionnel, formé à la psychologie de l’expatriation, peut permettre en quelques séances de lever des doutes, supprimer des inquiétudes et aborder sereinement l’avenir.

C’est dans cet esprit que s’est créé le réseau de psychologues tele-psy, autour des difficultés que nous rencontrons tous en expatriation. Plusieurs psychologues du réseau sont eux-mêmes d’anciens expatriés, et tous on été formés spécifiquement. La plateforme qu’ils utilisent pour leurs vidéo-consultations, téléchargeable sur la plupart des ordinateurs équipés d’un micro et d’une caméra, est sécurisée et utilisée par ailleurs pour des applications médicales, en totale conformité avec le décret de loi Français sur la télémédecine. Vous pouvez consulter en toute confidentialité, sur une connexion sécurisée, y compris dans les pays pratiquant une surveillance sur internet : www.tele-psy.com

Dr Bernard Astruc, directeur médical

Des soins de proximité pour ceux qui vivent loin.




[1] Expatrié désigne dans ce texte indifféremment un homme ou une femme, ayant effectué une mobilité pour des raisons la plupart du temps professionnelles, seul, en couple ou en famille

Haut de page