Le réseau de l’enseignement français à l’étranger a-t-il les moyens de ses ambitions ?

La commission des finances du sénat a décidé de se saisir du financement de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE) suite à la coupe des 33 millions en juillet 2017 et aux conséquences sur son fonctionnement. Ce rapport d’information rendu par les sénateurs Rémi Féraud et Vincent Delahaye sera à ajouter aux deux rapports demandés aux administrations – Affaires étrangères et Education nationale.

Les deux rapporteurs du Sénat dénoncent le manque de transparence dans la gestion et les aides apportées aux établissements et la difficulté qu’ils ont eue à obtenir certaines données chiffrées. Ils dénoncent aussi l’absence de pilotage stratégique du réseau et le manque de mutualisation.

Rapport d’information n° 689 (2017-2018) de MM. Vincent DELAHAYE et Rémi FÉRAUD, fait au nom de la commission des finances sur le réseau de l’enseignement français à l’étranger, déposé le 25 juillet 2018.

Disponible au format PDF (1,3 Moctet)

Synthèse du rapport (154 Koctets)

Imprimer

Commentaires

  1. Au Lycée Français de Bogota la mensualité en maternelle s’élève à pas moins 600€, l’inscription 600€ par an. A ce prix, les élèves ne sont prix en charges qu’une demi journée de 7h30 a 12 ou 13h selon les jours de la semaine. Evidemment, il n’y a aucune prise en charge durant les vacances scolaires, et la mensualité reste la meme. Faute de pouvoir assurer une telle somme durant toute l’année, j’ai du annuler l’inscription de ma fille de 4 ans. Selon les services financiers du lycée le remboursement des 600€ d’inscription ne se fera SOUS AUCUN PRETEXTE.
    Je me demande quelle est a la part de l’etat qui subventionne les ecoles françaises a l’etranger, et surtout qui empoche les benefices degagés par celle-ci…. Cela ne m’etonne en rien qu’il n’y ait aucune transparence a ce sujet car l’ensiegnement payant et lucratif est un reves pour les oligarques qui nous gouvernent, et le systeme educatif Francais, l’ultime bastion de la grandeur de notre nation est le prochain grand chantier de demolition de l’etat. Ils en revent, une education payante et selective, l’université et le savoir reservés a ceux qui peuvent se l’offrir, tels les systemes educatifs anglo-saxons (USA, GB, …), ou il faut debourser 6000€ par an en maternelle….mais bien evidemment le tout subventionner par l’etat, avec des profs qui restent des fonctionnaires a bac +5 sous payés et sous estimés par l’etat. Dans un dirigé par une extreme droite corrompue au maximum comme la Colombie cela fait parti du decors, la France y est tres bien representée…

  2. Le financement de l’AEFE est en effet un sujet en souffrance. Mais quid du support des parents d’enfants à handicap ?
    Quid de la formation des maîtres des écoles pour accueillir ces enfants? Quid du budget afférent ?
    Étant jugés comme quantité statistiquement negligeables, nous restons mués. Merci France..
    Bruno

  3. Ce 3em rapport ne fait que sonner le glas du sevice public pour les Français de l’étranger déja bien mis à mal avec la fermeture de nombreux consulats. Citoyen de seconde zone, voir totalement oubliés( sauf ceux qui déclarent leurs impôts) on en en droit de s’interroger sur l’efficacité et(ou) la représentativité de nos élus. Voilà de quoi démotivé un peu plus l’envie de se rendre aux urnes pour nos jeunes compatriotes.

  4. AEFE est d’importance primordiale pour le maintien de notre langue dans le monde des affaires et pour transmettre nos valeurs.
    Le coût de la scolarité ici aux USA est simplement ridicule. À nous de faire les choix qui s’imposent, à nous de contrôler comment les fonds sont utilisés.
    Votre aide est appréciée

  5. Il y a bien longtemps je m’etais rendu au lycee francais pour inscrire mon fils aine a l’ecole francaise Charles de Gaule de South Kensington. Les employes etait non seulement incapable de me dire combien cela me couterait par enfant en primaire mais egalement il ne pouvait me garantir que je toucherais une subvention. J’ai fini par envoyer mon fils a l’ecole de l’ambassade de Russie (ma femme est Russe) ou les enfants ne sont pas plus de 15 par classe et la scolarite coute 250 pounds pour 1 enfant ou 200 pounds pour deux ou plus. J’ai 5 enfants et je ne peut certainement pas payer les prix exorbitants qui sont demandes en Grande Bretagne. Je ne suis ni banquier ni avocat et la plupart des 300.000 francais vivant ici ne le sont pas non plus.
    Qu’elle est belle cette France qui demande aux etrangers d’assimiller la culture francaise quand cette nation ne peux pas donner un enseignement aux enfants d’expatries francais, dans tous coins de la planete, a un cout abordable. Une honte!

  6. En Ecosse, ce n’est que grace a des parents benevoles par le biais de Charities que notre langue maternelle continue a etre enseignee aux enfants. Les subventions europeennes sont bien rares et le soutien de la France pour le maintien de notre langue ainsi que notre culture est loin d’etre suffisant (tout du moins s’il existe). Un grand merci aux parents qui s’investissent et font un enorme travail.

  7. rapport d audit extremement interessant.
    Il est surprenant cependant de ne pas y voir figurer les subventions du kultusministerium allemand versees pour chacun des enfants ne se rendant pas dans un etablissement public allemand. Les parents d eleves de l etablissement de Francfort ont veille a la reconnaissance de l etablissement du primaire mais aussi du college a Francfort en tant que erstzschule en esperant stabiliser les frais d ecolage…qui a notre grand regret continuent a augmenter et s elevent desormais a environ 500 EUR par enfant. Ces subventions ne restent pas dans leur integralite au sein de l etablissement de francfort;
    Compression de postes, suppression d options linguistiques, classes a fort effectifs mais aussi fluctuation dans la strategie pursuivie liee a une direction renouvelant son mandat tous les 3 a 4 ans ; tels sont donc les enjeux auquels font face les parents desormais depuis quelques annees malgre les contributions financieres des parents et de l etat allemand.

    Nous eloignons nous des droits definis par Jules Ferry? A quand cette equite qui fait pourtant partie integrante de notre patrimoine culturel?

  8. Parent d enfants scolarises a Francfort

    Rapport d audit tres interessant, il est surprenant cependant de ne pas y voir figurer les subventions du kultusministerium allemand versees pour chacun des enfants ne se rendant pas dans un etablissement public allemand Les parents d eleves ont effectivement veilles a la reconnaissance de l etablissement du primaire mais aussi du college en tant que erstzschule en esperant stabiliser les frais d ecolage…qui a notre grand regret continuent a augmenter et s elevent desormais a environ 500 EUR par mois et enfant. Ces subventions ne restent pas dans leur integralite au sein de l etablissement de Francfort;
    Compression de postes, suppression d options linguistiques, classes a fort effectifs (30 en classe de terminal) mais aussi fluctuation dans la strategie pursuivie liee a une direction renouvelant son mandat tous les 3 a 4 ans ; tels sont les enjeux auquels font face les parents desormais depuis quelques annees.
    Nous eloignons nous des droits definis par Jules Ferry? A quand cette equite, base de notre patrimoine culturel?

  9. Je viens de consulter les etats financiers du Lycée Français de Bogota et n’y apparaissent nulle part les 2 à 3 milions d’euros de subventions touchées du MEN. PAr ailleurs n’ayant pas eu les moyens d’y inscrire ma fille l’établissement refuse de me rembourser l’inscription (600€). ..

    Personnellement je me suis toujours demandé combien de benefice pouvait degager ce Lycée. Si on compte 2700€ de subventions par eleve et environ 7000€ de frais de scolarité, nous approchons des 10.000€ annuels pour un eleve en maternelle.
    Jules Ferry doit se retourner dans sa tombe…

    L’AEFE pourait me transmettre le contact de MM. Vincent DELAHAYE et Rémi FÉRAUD afin de leur transmettre mes informations a ce sujet?

  10. A ceux qui se demandent ou vont les subventions de l »etat, regardez dans les dernieres pages du rapports, la repartition par pays. TREs interessant surtout si l’on compare avec le cout de la vie dans chaque pays et les sommes payés par les parents dans certain etablissements. Faites vos propres calculs. En Colombie le Lycée Francais Louis PAsteur de Bogota touche finalement presque 10.000 par eleve et par an… et ceci n’inclu pas les bourses.
    Un bon business!

  11. Des enseignants titulaires très bienpayés, du personnel administratif surpayé (des salaires qui atteignent des sommets: 10 000 euros pour un proviseur, 7000 euros pour un directeur d’école, 6000 euros pour un conseiller pédagogique, et j’en passe sur les directeur financier, CPE dont les salaires sont exactement du même genre.
    Les frais de scolarité pour les français sont énormes alors que la scolarité est gratuite selon notre constitution et nos enfants n’ont souvent pas le choix car ne peuvent aller dans un établissement local (Egypte par ex où soit les frais sont plus élevés ou la qualité trop médiocre). De plus les classes sont fréquentées par des élèves dont les parents sont fortunés et les frais du lycée français sont beaucoup moins élevés que d’autres écoles (école américaine, British school, etc…). Ce sont donc vers les lycées français que ces familles se tournent. Ces familles pourraient payer le double de ce qu’on leur demande et cela permettrait de mieux gérer le budget de l’AEFE.
    Les enseignants titulaires ont des primes pour leurs enfants scolarisés à l’étranger. Ces primes (plusieurs centaines d’euros) sont prolongées bien après le départ de l’enfant du Lycée Français (jusqu’à leur 21 ans parait-il).
    Question: Pourquoi ces dépenses, ces salaires de 10000, 7000, 6000 euros pour le personnel administratif, ces salaires qui avoisinent les 4000 euros pour des enseignants titulaires? Bien-sûr il y a des pays où la vie est très chère, mais en Egypte par exemple, en Indonésie, ces salaires représentent des fortunes. Et puis pourquoi un proviseur, un directeur d’école toucherait autant qu’un patron d’une grande entreprise française qui lui doit des comptes à son entreprises, qui travaillle 12 h/jour? Il faut savoir que ces personnels ne sont pas évalués, ont des horaires qui frisent l’indécence et tout cela sur le dos du contribuable français. C’est une véritable honte.
    Au cours d’une réunion, Je regardais le proviseur, le directeur financier, les deux directeurs d’école et la conseillère pédagogique. Tout ce petit monde prenait la parole pour ne rien dire, car cela avit été dit l’année précédente sans qu’il n’y ait eu aucun changment. Je m’amusais à chercher quel était la somme de leurs salaires:
    Environ 37000 euros par mois = 444 000 euros par an!!!!!!!
    Combien de lycée français dans le monde?
    Et je ne compte pas les primes touchés par les enseignants: laissons cette partie du staff qui est la seule à vraiment travailler et c’est une belle revanche si on voit ce qu’ils touchent en France. Leur salaire est acceptable, ce sont les primes qui ne le ont pas.
    Ce sont au total des millions d’euros qui porraient être économisés si on revoyait le salaire de ces personnels administratifs. Un directeur d’école qui toucherait 4000 euros en Egypte est tout à fait honorable, de plus il vit sous les cocotiers.
    Pour réflexion quant à: où va et comment est utilisé l’argent des contribuables.

  12. Frais de scolarité du Lycee Français Georges Pompidou de Dubai ,pas moins de 10 000 Euro par an !!! Cherchez l’erreur !!!
    Financement très opaque !!

  13. En Ukraine nous sommes 450 élèves suivant le tableau remis par l aèfe nous sommes 2100 élèves ? Et l aefe nous aide pour plus de 3 000 000 millions d euros alors que la bourse a était accorder pour la somme de 50 000 euros sa sent la magouille à qui profite cette argent

  14. Martial P votre commentaire est incohérent. La France demande aux immigrés sur son sol d’assimiler la langue française mais vous voudriez que ses émigrés et leurs enfants n’assimilent pas eux la langue du pays oû ils se sont établis ? Il est logique qu’un émigré français à l’étranger s’intègre dans le pays où il vit, ce n’est donc pas à la France de payer les études des enfants d’émigrés…

  15. Bonjour,
    Au lycée Alexandre Dumas d’Alger, on ne peut pas recruter de professeurs français localement. Alors, ce sont beaucoup des professeurs algériens, car les budgets sont trop serrés pour avoir plus de statuts résidents. Aucun soucis, si ce n’est que le recrutement est parait-il difficile. Dans notre cas, il faut supporter pour la deuxième année consécutive (pas de chance) un professeur avec lequel tous les parents et élèves ont eu des problèmes. La direction ne nous soutient pas, on s’entend même dire que si cela ne nous convient pas, nous ne sommes pas obligés de mettre nos enfants dans cette école (argument incroyable que j’ai entendu dans les trois établissements français à l’étranger que nous avons fréquentés).
    Pas de cours au mois de juin à cause du Bac, mais on paye plein pot la scolarité et la cantine.
    C’est un défilé de professeurs en stage, mais aucune planification au niveau des parents, peu de remplacements et aucun retour par rapport au stage effectué.
    Quant aux tarifs, il faut pouvoir ou pas. Le Consulat applique les barèmes en vigueur pour les bourses. Dans mon cas, je n’ai pas travaillé depuis le 25 septembre 2017, mais je n’y ai pas le droit cette année, car « trop perçu » en 2017, même si je vis de mes économies avec mon enfant depuis une année. L’an prochain, je pourrai demander une bourse, même si je me remets maintenant à travailler avec un fort salaire. Cela incite à ne pas être éthique et à demander la bourse, même si l’on en n’a plus besoin !
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.