Maroc : Dans le jardin de l’Ogre de Leïla Slimani

Le jardin de l’ogre – Leïla Slimani

Editions Gallimard – Collection Folio

http://www.folio-lesite.fr/Catalogue/Folio/Folio/Dans-le-jardin-de-l-ogre

 

Adèle a la trentaine et mène une vie apparemment sage entre son mari chirurgien, attentionné et mauvais amant, son petit garçon de trois ans et un métier de journaliste qui ne lui plait plus. Mais les apparences sont trompeuses… Adèle possède un téléphone blanc, indispensable à sa deuxième vie, sa vie cachée ; désespérément esclave de ses pulsions, elle multiplie les aventures, les coups d’un soir voire d’une heure, et … les mensonges à son mari. Sexe, mensonge, le sordide n’est jamais loin.

Récit d’une addiction dévorante, d’une quête insatiable et inassouvie du plaisir, d’une spirale autodestructrice impressionnante, ce livre n’est pas un livre sulfureux ni un livre érotique, mais au contraire un livre d’amour…  Car Adèle aime sa famille, la paix qu’elle y trouve, elle s’y ressource mais s’y ennuie aussi ; elle aime follement son fils… qui la gêne dans sa double vie. Elle aime son mari, rassurant, aveuglé par son amour platonique ou presque pour sa femme… qui en souffre.

Amours régulièrement mis en échec  par son addiction au sexe, doublée d’anorexie… Adèle est faible et pleine de contradiction, aux abois aussi à tout moment, incapable de résister, oscillant entre bonnes résolutions et culpabilité et surtout, en souffrance permanente.

Ecrit dans une langue directe, frontale même, quasi cinématographique, avec des mots crus et justes et des chapitres courts qui donnent à l’ensemble un rythme haletant, ce récit intense d’une autodestruction programmée est aussi  un saisissant portrait de femme, tout en nuances qui s’achève de façon étonnante et touchante.

Car dit l’auteure : « L’amour, ça n’est que de la patience. Une patience dévote, forcenée, tyrannique. Une patience déraisonnablement optimiste. »

Un livre fort, émouvant, qui bouscule et nous renvoie à nos propres zones d’ombre.

 

L’addiction sexuelle féminine est presque partout un tabou, la rédaction par une Franco-Marocaine d’un roman sur ce sujet a surpris les critiques et peut choquer dans les sociétés arabo-musulmanes ; Leïla Slimani, qui a pris le parti justement de ne pas juger son héroïne, en était consciente et le succès de son livre l’a surprise.

 

Leïla Slimani est une journaliste et écrivaine franco-marocaine, née en 1981 à Rabat. Après des études littéraires et de sciences politiques, elle travaille comme journaliste à L’express, puis à Jeune Afrique qu’elle quitte en 2012 pour se consacrer à sa carrière littéraire.

Premier roman paru en 2014 aux éditions Gallimard, le Jardin de l’ogre a attiré l’attention de la critique par son sujet et son écriture, et fut sélectionné pour le Prix Flore 2014. Mais c’est pour son second livre, Chanson douce, qu’elle reçoit le Prix Goncourt en 2016.

Elle siège aujourd’hui au Conseil permanent de l’Organisation Internationale de la Francophonie en tant que représentante personnelle du président Macron et est présidente du Livre Inter 2018.

 

Marie-Pascale Avignon-Vernet

 

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.