« Mon idée pour le français » : donnez votre avis

Afin de recueillir des idées et propositions destinées à soutenir la promotion et l’apprentissage de la langue française dans le monde, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Françoise Nyssen, ministre de la Culture, ont lancé, le 26 janvier 2018 au Quai d’Orsay, la plateforme de consultation citoyenne internationale « mon idée pour le français ».

L’organisation de cette consultation citoyenne a été confiée par le Président de la République à l‘Institut français, opérateur du ministère des Affaires étrangères. Objectifs : mobiliser les acteurs de la présence française à l’international et recueillir des propositions concrètes pour moderniser l’usage du français et promouvoir le plurilinguisme.

Faites entendre votre voix jusqu’au 20 mars 2018
La plateforme « mon idée pour le français » s’adresse tant aux citoyens français qu’aux étrangers francophones et/ou francophiles. Les contributions peuvent être déposées en ligne jusqu’au 20 mars, journée internationale de la Francophonie.
Au-delà du recueil de propositions, la plateforme vise à promouvoir la richesse de la communauté francophone internationale et mettre en lumière l’enjeu et le potentiel de la langue française et du plurilinguisme.

Les prochaines étapes
Cette consultation sera poursuivie au cours d’une conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme dans le monde organisée les 14 et 15 février qui réunira à Paris des personnalités et acteurs de la société civile et des jeunes citoyens de différentes nationalités engagés localement dans des démarches innovantes.
La synthèse des propositions déposées en ligne et des discussions tenues dans le cadre de la conférence permettra d’orienter et de consolider un plan d’ensemble pour le français et le plurilinguisme dans le monde que le président de la République souhaite voir adopter en 2018.

Source et information : ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

Imprimer

Commentaires

  1. Apprendre la langue française implique d’apprendre aussi la culture.
    Attirer de nouveaux apprenants implique, donc, d’avoir des financements dignes de ce nom afin de pouvoir organiser des événements culturels qui donnent envie aux nouveaux apprenants de poursuivre leur apprentissage de la langue et de la culture.
    Il faut redonner des moyens financiers sérieux aux Instituts, aux ambassades et aux Alliances Françaises afin que ces organismes soient à même de fonctionner de façon optimum.
    Avec moins de moyens financiers chaque année, les événements qu’il est possible d’organiser perdent de plus en plus d’intérêt et attirent de moins en moins de personnes. Et notamment parmi les primo-apprenants.

  2. Residant en espagne, je me rends compte qu une simplification de l ortographe est incontournable, on consacre beaucoup trop de temps a enseigner les difficultes de l ortographe au detriment des matieres scientifiques beaucoup plus importantes a notre epoque, nous ne sommes plus a l epoque de Montaigne,
    Ce qui a ete fait avec l ortographe en espagne pour la simplifier, n a pas traumatise les hyspanisants

    Une simplification de l ortographe est incontournable, trop d heures de perdues dans l enseignement de ses pieges, au detriment des matieres scientifiques
    Regardons ce qui a ete fait avec la langue espagnole, sans aucunement la deteriore et rendant son apprentissage d autant plus facile

  3. Louable mais un peu précipité, non ? Lancement le 28 janvier, dépôt propositions le 20 mars mais conférence « internationale » déjà mi-février, pour poursuivre …?

  4. Le premier point, qui permettrait de faire d’une pierre deux coups et de respecter enfin le préambule de la constitution de 46, qui fait partie du bloc constitutionnel français (La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État.)serait la gratuité de l’enseignement dans les Lycées français de l’étranger pour les enfants français……

  5. Tout à fait d’accord avec M. Ammour-Mayeur ! Les budgets sont en chute libre, les instituts arrivent à peine à financer leur projets. Les écoles françaises à l’étranger, qui font partie de l’AEFE, sont également concernées. Donc, la culture française rayonne de moins en moins… Et les gens perdent l’intérêt pour la langue.

  6. Je vis en Espagne depuis 2 ans, nous avons de la famille aux États-Unis et peu de gens sont attires par l apprentissage du français car il est trop difficile de pouvoir communiquer en français rapidement.
    Tres souvent les personnes que nous rencontrons nous demandent de leur parler en français car ils aiment la sonorité de la langue.
    Pourtant tous nous parlent en anglais alors que l anglais comporte plus de 70% de mots d’origine française.
    Notre langue est restée figée dans le 16ème siècle et ne correspond plus au besoin d’efficacité de notre époque.
    Que les vielles barbes laissent le pouvoir aux jeunes générations qui sont les plus qualifiées pour communiquer le plaisir de parler français

  7. Retraitée (72 ans), ex-prof de français, ex-navigatrice (14 ans sur voiliers),ex- IDE (diplôme préparé pour naviguer all around the world) je continue à promouvoir la langue française… Je vis en Espagne et ai animé 4 ans un atelier de conversation franco-espagnol ds une maison de la culture (province de Jaen). Ça n a pas coûté un ctime à la France. Et puis, j ai déménagé, en bord de mer. Inscrite à l université du coin,je pratique la langue française avec les étudiants interessés (et il y en a un paquet!!!) et en mm tmps, j amèliore mon espagnol!!!
    Ceci dit les prix d une scolarité a l alliance française (Sao Paulo, Panama city, Granada…etc) et surtout les cours particuliers me semblent prohibitifs en relation avec le pouvoir d achat des pays… La Havane me semble mieux s en tirer. Question de subvention? Je n y connais rien, mais ça m intrigue…

  8. Puisque en dépit de l’interdiction de Bruxelles la France continue à prélever la CSG aux non résidents en prétextant de façon éhontée que la csg paye maintenant pour les vieux et non plus pour la santé, je propose que la csg -au moins celle des non résidents- soit aussi affectée aux jeunes et finance l’éducation française à l’étranger entièrement.

    le français est en train de disparaitre dans le monde, et nombreux expatriés, français ou bi-nationaux n’ont pas les moyens d’accéder à l’école française et donc doivent abandonner le français pour l’anglais ou la langue du pays.

    Pourtant, quelqu’un qui est éduqué en français (école ou université) représente un énorme lien avec la France qui se traduira plus tard par des retombées culturelles ou économiques.

  9. Je ne vois pas l’intérêt de défendre à l’extérieur une langue qui est massacrée à l’intérieur de son propre pays. Le français n’est plus parlé correctement en France, dans l’indifférence totale des autorités depuis des décennies.
    Peut être faudrait il commencer par le commencement

  10. La langue française est très seigneuriale. Avec une grammaire très saine.
    Proposer avec d’autres pays, comme deuxième langue dans les études.

  11. Je vis à Québec depuis 45 ans et l’utilisation d’anglicismes par les médias français est un sujet permanent de franches rigolades.Le snobisme idiot de placer des mots anglais dans leurs émissions ou dans leurs articles( souvent à contre sens) doit être arrêté .Une police de la langue pour dénoncer publiquement les usages abusifs de l’anglais est peut être une idée ( Louis XIV l’ avait fait avec Mansard).L’Academie française devrait aussi intervenir pour contrer ce mouvement vulgaire qui appauvrit notre langue et la dénature.Esperer cela avec un président qui ne reconnaît pas la culture française est cependant un défi.

  12. Je suis expatrié en Thaïlande de puis près de 40 ans et marié avec une thaïlandaise. Nous avons 3 enfants dont 2 ont la double-nationalité. Le premier fils a pû aller en France chez mes parent pour avoir une éducation française, mais par manque de moyen, mes 2 autres n’ont pû qu’aller à l’école thaïlandaise et finir avec des diplômes universitaires (License & Master). Par contre ils parlent et comprennent le français correctement mais ne le lisent et ne l’écrivent pas.
    Ce n’est pas normal que des enfants nés à l’étranger avec la double-nationalité n’ont pas le droit à des cours de français gratuits (alliance française, etc…); alors que les étrangers arrivant en France peuvent avoir jusqu’à 400 heures de cours de français gratuitement.
    Il y a une injustice flagrante.

  13. Oui, il faut rétablir les moyens de la présence culturelle à l’étranger, qui se délite.
    Oui, les enfants français à l’étranger doivent eux aussi bénéficier de l’enseignement gratuit, primaire et secondaire.
    Et ce ne sont pas les sciences qui structurent et soudent une société, c’est bien la langue, les mots qui leur permettent de se dire.
    Réduire la langue comme c’es le cas depuis 20 ou 30 ans, « simplifier » les mots, leur orthographe, c’est nous couper de nos racines, nous priver du sens des mots en ignorant leur histoire, et même renforcer nos divisions. Pourquoi oublions-nous à ce point la richesse essentielle que nous est de partager du sens entre Français, Italiens, Espagnols, Roumains, par exemple, ou entre les mêmes et les Grecs, dont la langue multimillénaire continue d’habiter et de donner sens, outre la médecine et la philosophie, à tant de nos mots de tous les jours. Ceci est vrai pour une grande part de l »Europe, et je suppose qu’on peut faire un constat semblable sur les continents asiatique et africain. La langue, le verbe, est le mode d’expression spécifique aux humains, leur lieu de partage privilégié.
    Dans un monde qui semble par moment vouloir courir à son propre chaos par la division, l’exacerbation des différences, préservons à tout prix ces richesses propres à des groupes humains non pour creuser ces séparations mais au contraire pour, à travers un usage conscient des racines et des sens communs, nous rapprocher de l’essentiel et nous ré-unir.

  14. Féminiser la langue car elle a été masculinisée par les académiciens au XIXème et XXème siècle et c’est discriminant pour la majorité des personnes vivant sur la planètes Terre, j’ai nommé, les femmes.

  15. Simplifier, Simplifier, Simplifier!
    Exceptions ridicules, regles trop compliquées qui font abandonner beaucoup d’etudiants etrangers et qui n’apportent rien à notre langue.
    Pourquoi cette volonté de figer l’ecrit d’une langue alors qu’elle evolue tous les jours oralement???
    Simplifier, Simplifier, Simplifier pour sauver le Français!
    L’orthographe c’est la science des Anes

  16. On commence par faire sauter le budget et les postes, puis on enchaine en demandant aux concernés de faire le boulot de recherche et reflexion pour nous (ce qui est une bonne chose dans l’absolu si ce n’était pas si ironique)… Au passage on s’assure bien que la francophonie en prenne un coup dans l’aile en augmentant encore les tarifs pour les français de l’étranger. Je crois qu’on est bien.

  17. Proposer des cours de français à l´étranger ADAPTÉS pour les enfants de parents français qui sont bilingues mais ne savent pas écrire. Mes neveux sont à l´Alliance française de Barcelone, ils sont bilingues 11 et 13 ans et s´ennuie énormément parce qu´ils ont commencé par  » Je m´appelle, J´habite » etc.
    Cela inciterait et motiverait beaucoup plus à prendre des cours.

  18. La langue française est véhiculée par les peuples. En quoi ce serait à l’Etat de la moderniser. La chargée de mission concernant la Francophonie fraichement nommée par Emmanuel Macron, Leila Slimani propose de ‘déringardiser » la langue française [ça commence bien] et met l’accent pour que la langue française soit aussi « la langue de l’entreprise » … On mesure ici l’indigence des propositions, ce qui ne donne guère envie de participer au massacre collectif.

  19. Faire appliquer une méthode beaucoup plus ludique pour l‘apprentissage du français avec des exercices faisant répéter les éléments: les différents sons, les mots, etc etc
    Exiger que l‘alphabet soit enseigné, base de toute prononciation !

    Je donne des cours de soutien en Allemagne dans 3 langues et même constat: les élèves n‘ont jamais vu l‘alphabet et ne connaissent donc pas les différences.

    Ensuite, les exercices sont de la répétition mais j‘interagis aussi de manière à ce que la session ne devienne pas ennuyeuse.

    Simplifier l‘orthographe serait une bêtise, simplifier le vocabulaire l‘est aussi.

  20. 1.- Améliorer l´enseignement du français en France. Je pense que le niveau d´ortographe des nouvelles générations a beaucoup baissé par rapport au niveau de ma génération (J´ai 61 ans).

    2.- Aider financièrement les familles, françaises ou binationales en particulier :
    – pour scolariser leurs enfants dans les écoles et lycées français de l´étranger.
    ou bien
    – pour suivre des cours de français dans des écoles homologuées (Alliance Française par exemple).

    Je suis française et je réside à Barcelone depuis 36 ans. Mes enfants sont nés en Espagne et ont les deux nationalités et ils souhaiteraient que le moment venu leurs propres enfants puissent étudier à l´Ecole Française de Barcelone.

  21. Dans chaque pays il y a des Consulats et Ambassades FR et des expatriés/ées qui s’inscrivent.
    Au moment de l’inscription demander à ces FR si ils acceptent d’être « correspondant du Consulat «
    Donc création d’une charte de correspondants/ et animation par les Consulats respectives de ces correspondants qui s’engagent par écrit à fournir des renseignements là où ils habitent via tél ou e-mail .
    Exemple : « j’habite en France et je veux partir visiter le Delta du Mékong au Viet Nam « Je me mets en relation avec le Consulat/Ambassade en question qui lui va regarder dans sa liste du Club des Correspondants si une personne accepte d’être contacté et donner les rensegnements etc….
    A charge au Consulat de vérifier et de valider ( feedbac etc…)
    Une sorte de  » table d’hôtes » d’autrefois

  22. Totalement d’accord avec Maurice Renoux à propos du mauvais usage du français à la télévision, ds les journaux, donc ds les domaines les plus en vue du public. Cette manie ridicule d’utiliser des expressions (mal) traduites de l’anglais, cette autre manie née de la négligence de ne pouvoir prononcer correctement les noms propres étrangers … Rio de « DJaneiro » ? Janeiro en aucune langue ne se prononce avec le « j » de Jeep, de Jack (Kennedy), etc … Fal »ça-O », « Sa-o Polo » ?? Avant de prétendre à propager notre langue, balayons devant notre porte. Heureusement que les étrangers continuent d’être attirés par les « vieilles barbes » de la culture française, leur talent, leur luminosité.

  23. Je vis en Espagne (Costa del Sol) depuis seize ans. J’enseignais l’anglais en secondaire et le français langue étrangère à l’université de Lille. Mes deux petits-fils parlent parfaitement français mais ont besoin de l’écrire davantage et rien n’existe pour les aider en dehors de notre famille. Les britanniques vivant sur la côte ont leurs écoles, magasins, restaurants et même théâtres car ils prennent soin de ne pas perdre leur langue et leur culture et leurs enfants peuvent accéder à l’université au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Nous avons seulement le lycée français de Málaga, à environ 100km de chez nous. La représentation officielle de le France est bafouée. Il y a 15 ans nous pouvions obtenir passeports et cartes d’identité au Consulat de Málaga. Un bureau minable avec à la porte un garde incapable de parler français. Puis ce bureau a été éliminé et dès lors nous devions nous rendre à Séville (330km) pour nos demarches administratives après avoir pris rendez-vous par téléphone auprès d’une personne nous parlant espagnol ou un français basique si nous exigions un contact en français… De mal en pis, désormais nous devons nous rendre à Madrid pour tout renouvellement de nos documents ! (à environ 600km)… Enfin, les français adultes qui sont installés ici bafouent eux-mêmes leur langue. Je peux donner l’exemple d’une boulangerie française où le panneau indiquant leurs produits regorge de fautes d’orthographe basique du genre :  » petit pains », ou « toillettes » .. De même une organisation francophone locale organise une fête le 14 avec des chanteurs anglais dans un restaurant italien ou espagnol…. Ils publient des articles traduits de l’espagnol par Google, ce qui donne un charabia honteux… Et partout les traductions font dresser les cheveux sur la tête. Personne ne demande l’aide de traducteurs ou de français éduqués… Voici notre bilan local.

  24. Rendre obligatoires la LV2 ainsi qu’une épreuve de LV2 au Bac dans tous les pays européens en privilégiant la langue française, notamment en Espagne.

  25. Que TV5 monde ,Asie, en ce qui me concerne ne programme que des émissions, films et autres documentaires en Français : que « acoustic » par exemple ne propose que des artistes chantant en Français .

  26. je trouve incroyable le fait de demander de simplifier la grammaire et l’orthographe du français! mais bon, là n’est pas le sujet. je suis à Turin depuis 26 ans et en dehors de l’Alliance française, il n’existe plus rien afin de faire découvrir ou approfondir la culture et l’ histoire française. Même le Consulat a été fermé!
    Pour motiver l’apprentissage du français, il me semble bon de commencer par donner une bonne motivation et un objectif en plus du respect/échange pour la culture de l’autre, l’anglais est le premier dans les classifications et nous en connaissons la cause. Donc pourquoi apprendre le français aujourd’hui. commençons par cette question pour comprendre comment travailler sur la promotion du plurilinguisme? Servez-vous déjà du moyen de communication, les astuces des plus jeunes, évidement avec leur participation. C’est déjà un moyen pour les attirer.

  27. Première constatation de ces différents commentaires qui jugent notre langue: les fautes d’orthographes dans tous les textes ,ce qui est loin de l’ honorer .Sa langue natale doit d’abord être une fierté , c’est l’héritage d’un passé qu’il faut respecter pour le léguer au futur
    Ayant vécu et travaillé dans de nombreux pays ( Maroc , Turquie , Egypte , Maurice ,Sénégal, Vanitu ,Tunisie ,Polynésie Française, Australie ) je n’ai pu que constater les prix exorbitants pratiqués pour l’ enseignements du français qu’il soit sous contrôle des ambassades ou écoles privées; même pour un cadre ( nommé ) travaillant sur place , alors pour un autochtone même très aisé, cela devient un luxe
    Ne pas oublier qu’un expatrié, s’il reste sur place va bénéficier d’un bon salaire, mais qui restera dans le contexte des prix locaux ; c’est ainsi que beaucoup ne peuvent même pas continuer à cotiser à leur sécurité sociale, ce qui s’affichera par des mois , des trimestres de non cotisation pour leur retraite.
    A savoir aussi que dans les départements ( les DOM ) il y a environ 15 à 17% d’illettrés
    Si personne ne soulève l’écriture ( si on peut parler d’écriture de tous ces échanges de messagerie et de ces nouveaux mots de racines inconnues) , cela veut tout simplement dire que l’on plie devant la jeunesse , la facilité , un abandon d’une richesse comme l’abandon de l’éducation , ou plus personne ne se rend responsable et ne se sent concerné, mais on l’on va par facilité incriminé le gouvernement .
    Des échanges entre scolaires seraient bénéfiques ( voyages , échanges culturels entre les représentants de la francophonie , échanges entre les différents centres d’éducation du français dans tous les pays par l’internet , la vidéo , concours , jumelages inter-scolaires , forum , expositions , théâtres et interprétations etc… ) ;
    ne pas oublier d’intégrer les adultes.

  28. Encore faut-il que les Français eux-mêmes et leur président soient fiers de leur langue, de son histoire, de son rayonnement et de son avenir. Et cet avenir ne peut être assuré que si les chercheurs, les étudiants, les patrons, les cadres et tous les travailleurs croient que compétence, efficacité et innovation peuvent très bien se décliner en français. Autrement dit, le français n’est pas que langue de culture; c’est surtout une langue de communication, de travail et de mobilité sociale. Si les Français en sont convaincus, le reste du monde suivra et le rayonnement de leur langue sera sur la bonne voie. Et ce, sans chauvinisme, sans renoncer à l’apprentissage d’autres langues notamment de l’anglais, mais sans bilinguisation à tout crin…

  29. L’étrangeté d’une langue ne fait-elle pas partie de sa beauté? Pourquoi vouloir simplifier pour soi-disant apprendre mieux? Par la musique, par le chant, par le théâtre, la langue est habillée dans toute son oralité ( c’est donc cela qu’il faut encourager) Et quand on passe à l’écrit, que de belles lettres à écrire en jonglant avec les mots…

  30. Il faut absolument commencer par défendre la langue dans nos familles à l’étranger. Il est tellement facile de se laisser aller et de mélanger la langue du pays avec le Français et ne plus le parler correctement car il perd son caractère de langue véhiculaire. Aux Pays-Bas où j’habite l’accès à la culture Française est de plus en plus limité: annulation des chaînes francophones à la télé, inexistence de lieux physiques pour les rencontres entre Français (il y a un centre Espagnol mais pas Français, je ne parle même pas des Alliances !), les prix ridiculement élevés des écoles même pour les enfants de familles Franco-Françaises, à ce qui s’ajoute la presque-disparition des bourses… la liste n’en finit pas et je parle là d’un pays extrêmement cosmopolite ! Les gens qui sont vraiment motivés prennent l’initiative mais à niveau local par la création de meetups, d’interactions sur le ‘forom’, pratiquement rien de ce qui devrait se faire pour la promotion QUOTIDIENNE du Français n’a d’origine officielle. Qu’est-ce que la grammaire ou l’écriture de langue elle-même vient faire dans cette affaire ? Soyons sérieux, avez-vous jamais essayé d’apprendre une langue telle que l’Allemand, l’Arabe littéraire, le Néerlandais ou tiens, même l’Anglais en tant que Français ? Ce n’est pas de philologie qu’il sagit ici ! La motivation PREMIÈRE pour l’apprentissage d’une langue se trouve dans la promotion culturelle, artistique et sociale des activités et des individus liés par cette langue, dans son utilisation régulière et correcte et pas dans sa simplification ou plus largement son évolution.

  31. Luxembourg

    Il faudrait donner plus de moyens aux ambassades, instituts culturels… afin d’organiser plus de manifestations culturelles et de redonner le goût de la langue française aux jeunes générations.
    Un autre problème aujourd’hui concerne les rediffusions des émissions télévisées françaises (replay) qui ne sont jamais disponibles à l’étranger. Je me heurte régulièrement à ce message si frustrant surtout lorsqu’ on habite à 30 km de la frontière française : «  ce programme n’ est pas accessible depuis votre zone géographique ». Vive l’Europe!
    Je suis enseignante de FLE et cette mine de documents authentiques nous est interdite alors qu ‘elle serait si précieuse pour apprendre la langue et faire découvrir la culture française….

  32. Commençons par la France, pour être à la mode, on place souvent un mot Anglais, dans nos phrases.
    Les enfants Français à l’étranger, devraient avoir la gratuité scolaire (certains disent pour le même prix, je mets mon enfant dans une école Anglophone), beaucoup disent qu’apprendre la langue Française est très difficile, je pense que toutes les langues Latines sont compliquées, lorsqu’un Espagnol ou Italien vous dit notre langue s’écrit comme elle se parle, FAUX.
    Nous devons commencer à rafraîchir le Français, dans nos anciennes colonies, mais dans ces pays le peuple n’a pas les moyens de se payer des cours, simplifier l’apprentissage et envoyer des professeurs dans le monde. Le Français redeviendra la langue pratiquée, dans toutes les grandes familles du monde, du 19e siècle. Mais pour cela il faut être généreux, n’oublions pas il y a des Français qui vivent à l’étranger.

  33. Bonjour. L enseignement du francais doit respecter ses bases grammaticales et ortographe tout en divulgant notre culture. En plus c est une facon de rentrer dans les marchés internationaux en créant de liens… ceci a été oublié et les budgets pour l enseignement sont chaque fois mineur en mettant en danger notre culture meme… l enseignement en France diminue de qualité de plus en plus en formant des jeunes médiocres…

  34. Quelques accions simples et pragmatiques:
    1. Langue : simplification par élimination des trop nombreuses irrégularités et exceptions (plus poussée que la réforme actuelle) & éventuellement une révision des ambiguïtés de pronotiation (ex. « elles changent » à terminaison muette mais « changement » prononcé; « je fais », « je faisais » lu « fesais »…). Assez facile à faire dans la logique, difficile tant que la grammaire pour la faire rentrer dans une meilleure logiquement.
    2. Promo et présence de la langue: mais il y a déjà le merveilleux outil du cinéma français, qu’il faudrait aider et pousser un peu partout et surtout dans le net et distributeurs de contenus type Netflix surtout dans les pays non francophones!
    3. Jeunes à l’étranger: promouvoir des organisations qui animent la vie locale à l’étranger par organisaiton d’activités style colos en France ou pays francophone, pour donner la motivaiton aux jeunes, ou bien gastronomiques pour des plus sénior.

  35. Le français est compliqué et je pense qu’il devrait être simplifié. Ayant appris un excellent français (j’ai 72 ans), j’ai travaillé très fort et appris des règles qui simplifiaient la manière de se rappeler. Je serais incapable d’apprendre le français tel qu’enseigné depuis des années (d’où les fautes nombreuses… qui me font dresser les cheveux sur la tête). En compensation, et vu que les jeunes ont beaucoup plus de matières à apprendre et à contrôler maintenant, je ne pense pas qu’il y ait assez d’heures d’enseignement pour que le français prenne autant de temps que dans les années 1950, 60, 70. Les puristes sont contre, mais ils ont un cerveau qui a pu ingurgiter tout ce qu’ils ont appris, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

  36. Bonjour !
    Retraitée, je vis depuis deux ans au Québec. Je suis très attachée à la langue française et contribue, à ma modeste mesure, en aidant de jeunes étrangers arrivant au pays (Chinois la plupart du temps) à maîtriser notre belle langue qui est la première langue officielle au Québec. J’aimerais faire plus, mais pas toujours facile ! Demander des crédits, des moyens et critiquer ne fait pas avancer les choses, mais si chaque Français vivant à l’étranger se donnait l’objectif de faciliter l’accès à la langue française pour une personne au moins, cela ferait déjà toute une différence.
    Quant à la simplification de la langue, suggère-t-on la simplification de l’anglais, du russe, du chinois ? Notre langue a ses aspérités et ses douceurs, et on l’aime pour ça … tout comme on aime quelqu’un pour ses qualités et souvent aussi pour ses défauts qui nous séduisent ! Montons à son niveau au lieu de la descendre à notre niveau de médiocrité … (J’me sens un peu moralisatrice !!!???)

  37. OK avec Mathieu !

    Commencez déjà par ne pas considérer le français comme un produit commercial quelconque, n’en déplaise aux tenants de l’américano-mondialisation, des gauchos bras ouverts et autres militants de la décadence.

    Qui a des idées pour le français ?
    – Les petits snobinards de caniveau incapables de s’abstenir de glisser un mot anglais « parce que ça fait bien » et croyant que cette basse perfidie linguistique masquera leur méconnaissance crasse de la langue de Molière ? Que cette misère cérébrale commence donc par apprendre sa langue !
    – Les adeptes de la simplification du français ? Ces simples souhaiteraient sans doute réduire notre écriture à une simple interprétation phonétique ? Autant s’exprimer en créole… Si vous n’êtes pas assez doués pour écrire et parler notre langue, n’en dégoutez pas les autres ! Jean Marc Millet ose écrire que « L’orthographe c’est la science des Anes »… Pathétique, car plus on tend vers l’état du bourricot et plus on commet de fautes… N’est-ce pas Jean-Marc qui se passe allégrement de l’accent circonflexe sur Âne ?
    – Les collabos adeptes de la repentance chronique et qui ont renoncé à imposer le français comme unique langue sur le territoire national ? La politique de la carpette n’a jamais payé. Vous cumulerez ce que vous aurez cherché, à savoir les bienfaits de la défaite et ceux du déshonneur.
    – Les cocus de la sémantique ? Ils renoncent systématiquement. Au Québec une assemblée de francophones se mettra à baragouiner dans le dialecte de Jack l’Éventreur au prétexte qu’il y a un seul rosbif dans l’assistance… Ne soyez donc pas perméable !
    – Tous les autres destructeurs de la langue. Qu’ils sachent que le français n’est pas un hamburger ! La culture n’est pas un produit. Le français est la langue qui a guillotiné un roi. La ripoublique qui marche en boitant soumet les peuples à la finance et la déculturation est un pilier de sa stratégie de démolition ! L’humain n’est pas un veau. Relisez Noam Chomsky et ses dix techniques de manipulation des masses, résistez, contestez, relevez la tête, indignez-vous !
    Avant de vouloir apprendre le français aux autres, commençons par le respecter en le pratiquant bien chez nous !

    Je vis à l’étranger et parle la langue locale. Il ne me viendrait pas à l’idée d’aller vivre dans un pays dont je ne parle pas la langue.

    Il y aurait encore beaucoup à dire sur la question, mais…

  38. Une première observation: je lis les commentaires ci-dessus,ils comportent tous au moins une faute d’orthographe c’est dire effectivement que le français se «  délite ».
    Professeur de français à la retraite,j’ai enseigné ma langue avec bonheur et satisfaction sur trois continents,elle a toujours été considérée comme une langue de prestige et de grande culture,oui elle est difficile et demande plus d’efforts que l’anglais c’est pourquoi il faut la préserver notamment dans l’hexagone où l’emploi de l’anglais,mal utilisé et surtout mal prononcé ,occupe de plus en plus une place insupportable.

  39. Un moyen efficace pour apprendre une langue étrangère dont l’anglais par exemple serait déjà de promouvoir l’anglais à la télévision française, en passant des films et autres programmes en versions originales, sous-titrés en français, et pas synchronisés. Par la même occasion on apprend le français et l’orthographe française. Personnellement j’ai amélioré ma connaissance du danois et de l’anglais en regardant la télévision danoise, et en même temps j’entends parler ma langue maternelle (le français) ce qui est appréciable quand on vit hors de France. Il faudrait naturellement qu’il y ait plus d’émissions ciblées, intéressantes et divertissantes sur une ou deux chaînes françaises. Cela complémenterait les cours de langue etc. Il faudrait aussi qu’il y ait un vrai soutien du Gouvernement français pour la promotion et la sauvegarde de la langue, à commencer par nos dirigeants.

  40. Peut-être pourrions nous commencer par inciter les étrangers vivant en France à parler notre langue. Je vis dans une région où les Anglais sont
    très nombreux et pratiquement aucun ne fait l’effort d’apprendre le Français.
    J’ai habité les Etats Unis pendant 4 ans et la 1ère chose que j’ai faite a été
    de retourner à l’école (à 58 ans) pour apprendre l’anglais.
    Il me semblerait normal de parler la langue du pays où l’on vit pour une
    bonne intégration.

  41. Le massacre du Français par les Français semble inéluctable.
    Les consternantes modes de langage, souvent inutilement lourdes, à faux ou contre-sens, se diffusent par ignorance, mimétisme, pour faire moderne ou savant, attisées par les médias, les « élites » et l’enthousiasme majoritaire, au mépris de l’éducation.
    L’argent et l’autoritarisme n’y pourront rien…

  42. Bonjour,
    expatrié en Allemagne depuis une douzaine d’année je constate à quel point l’accès à la culture dématérialisée est ridicule au sein de l’union européenne. Je n’ai plus accès à une grande partie des musiques française par abonnement à un service de musique en ligne pour raisons géographiques (et, je paye l’abonnement, donc les droits comme les autres!). Le choix des livres audio en français est bloqué pour raison géographique, et pour les films aussi. Dans une société où nos enfants accèdent au savoir surtout par du contenu numérique c’est à pleurer. Pourquoi/comment les gens devraient t’il apprendre une langue pour profiter de sa culture si elle n’est pas accessible? Pour le tourisme? Tout le monde baragouine déjà l’anglais dans le monde entier… même en France.
    Comme il est facile de lire sur le forum, les gens expatriés/francophones sont prêts à jouer un rôle et ne sont pas des français de seconde zone, le monde entier est LA zone!

  43. 1-Plus d’échanges entre lycéens lycéennes ou étudiant/e/s d’un pays à l’autre
    2-Des classes qui communiquent par internet, skype…,  »  » (avec beaucoup de chants)
    3- Lire des livres de littérature (si riche) à la radio, dans différents pays, en français
    4-Prendre garde à féminiser toujours la langue, c’est-à- dire toujours inclusive (peut servir aussi de modèle à d’autres pays)
    5- Les échanges entre différents pays sont porteurs de paix dans le monde, insister sur cet aspect, lors des échanges.

  44. Vivant au Pérou depuis 20 ans, je fais 3 constats:
    – Les aides pour les français à l’étranger sont insuffisantes. La bourse est de plus en plus restrictive et de nombreux parents ne peuvent pas assumer le coût trop élevé du lycée français, devant envoyer leurs enfants dans des écoles privées anglaises moins onéreuses.
    – La bourse vaut uniquement pour les français résidant dans la capitale, pour tout le reste du pays, les alliances françaises sont la seule solution, trop chères pour beaucoup. Beaucoup d’enfants nés au Pérou ou habitant depuis très jeune ici, ne parle pas ou pratiquement pas le français.
    – Il est vrai que la langue de Molière est de plus en plus bafouée, il suffit simplement de voir les messages des Français sur Facebook, c’est l’horreur… Il y a un problème d’enseignement en France.

  45. Une simplification de l’orthographe ne dénaturerait pas le français, elle est préférable à la prolifération des anglicismes ou du vocabulaire provenant des cités (autrement dit zones sensibles ou zones de non-droit).
    Il devrait exister dans toutes les capitales étrangères des écoles françaises gratuites pour les enfants d’expatriés ainsi que pour des locaux ayant de bonnes bases en français, recrutés sur examen en fonction des places disponibles.
    La francophonie doit revenu à sa tâche première, l’apprentissage du français à l’étranger, au lieu de s’intéresser à des questions qui sortent de son champ d’activité tels que les droits de l’homme, le féminisme, les minorités sexuelles ou l’immigration.

  46. Tiens tiens !
    Une bonne occasion de donner mon point de vue.
    Je regarde presque toujours TV5, les émissions françaises ou au moins francophones, et je suis de plus en plus désespéré d’entendre de l’anglais qui envahi de plus en plus la langue française. Bien sûr je sais que les langues s’enrichissent de mots étrangers, quand ce sont des mots arabe ça me fait moins mal car je suis pied noir du Maroc, mais après plus de cinquante ans au Québec à lutter contre les anglicismes et tout ce que je peux faire pour aider le Québec à rester français, vous l’administration française manquez complètement de colonne vertébrale.
    Un simple exemple au Québec on dit «fin de semaine» pas plus long que weekend, mais on en profite mieux parce que c’est en français.
    Je n’ai pas répertorié tous les mots que les animateurs tel Laurent Ruquier qui parle de burn a-out (burn out) avec un accent de Bab el oued ou autre, pourrait dire surmenage tout simplement, ou rétroaction au lieu de backup etc.
    Dans les studios de télé j’ai vu «on air» et d’autres copie collé du genre. Et aussi des émissions «in live» en direct.
    Bref, je ne veux pas faire un éditorial, simplement que le gouvernement qui fait des lois devrait en faire pour INTERDIRE l’usage des langues étrangères quant il y a un mot français qui existe déjà avec souvent une meilleure harmonie.
    Je souhaiterais en dire beaucoup plus, ce n’est qu’un aperçu de ma frustration.

  47. Renforcer le réseau AEFE au lieu de laisser le gouvernement démanteler les lycées français de l’etranger en supprimant des postes d’enseiggnays Résidents pour les remplacer par des personnels locaux non formés. L’enseignement st un métier

  48. Résidant dans le Tyrol autrichien depuis plus de vingt-cinq ans maintenant, j’ai vu se réduire comme peau de chagrin, non seulement les moyens destinés au rayonnement de notre langue et de notre culture dans ce pays (allant de la suppression pure et simple de l’Institut Culturel d’Innsbruck à la vente au Qatar, malgré la levée de boucliers de la communauté française et francophile d’Autriche, puis la pétition soutenue par un nombre important de Français de l’étranger et le réalisateur autrichien Michael Haneke, double Palme d’or à Cannes, du palais historique qui abritait celui de Vienne), mais également les moyens mis en œuvre par le pays de Mozart lui-même dans son système éducatif en faveur de l’enseignement de notre idiome (qui est progressivement en train de disparaître au profit de celui de nos cousines latines) et la place particulière qu’il y avait toujours occupé depuis des siècles.
    Que notre orthographe soit complexe n’a jamais entravé, ni son apprentissage en France (comme l’a montré la célèbre dictée de Mérimée à laquelle l’ambassadeur d’Autriche à l’époque n’aurait fait que trois fautes, tandis que notre empereur en aurait fait soixante-quinze …) ou à l’étranger, seule langue à être enseignée depuis des décennies sur les cinq continents aux côtés de l’anglais, ni sa maîtrise pour le moins remarquable qu’en avaient nos grands-parents et nos arrière-grands-parents, qui n’avaient même pas, pour la plupart, de certificat d’études (il faut dire qu’à l’époque, la République ne transigeait pas avec sa langue, avec le soutien, en particulier, de ses hussards noirs qu’étaient les instituteurs).
    Tant que nos plus hautes autorités républicaines, nos sportifs de plus haut niveau et nos plus grands journalistes, scientifiques et intellectuels (mais y en a t-il encore ?) ne cesseront de capituler face à la puissance de feu déployée par l’anglo-américain (quand ils ne s’expriment pas directement dans cette langue au lieu de le faire dans la langue du pays qu’ils sont censés incarner et qui leur a permis d’arriver là où ils sont, se faisant ainsi, comme l’a très bien montré le linguiste polyglotte Claude Hagège, le relais des idées dominantes de ces nations étrangères véhiculées consciemment ou inconsciemment), tant que les règles les plus élémentaires de notre grammaire et de notre orthographe seront bafouées au nom de « l’égalité », de la « simplicité » ou du « progrès » et tant que nombre de nos compatriotes eux-mêmes continueront de considérer ces règles ancestrales comme « vieillottes », « patriarcales » et non adaptées à la « modernité », je ne vois pas trop comment il serait possible de redonner de la force, de la vigueur et un nouveau souffle de vie, non pas à la Francophonie en général (qui se porte très bien grâce à nos anciennes colonies et à leur natalité galopante), mais au pays qui a vu naître et donner au monde tant d’incomparables génies littéraires et scientifiques.

  49. Il faut augmenter les échanges scolaires internationaux. On sait que les langues acquissent avant 6 ans pour l’enfant font partie de sa structure linguistique pour le reste de sa vie. Il faut accueillir bien plus d’étudiants internationaux. Faciliter ces échanges et mieux les accueillir aux seins des universités. Si on intègre plus facilement les internationaux dans le réseau de la francophonie, ils deviendront nos plus fervent émissaires de retour dans leurs pays. 270 millions de francophones, ce n’est pas assez. Les ambassades doivent aider les pays qui les accueillent à monter des programmes d’apprentissages du français.

  50. Déjà , apprendre nous même à parler différemment , avec un étranger qui fait des efforts pour parler notre langue . Parler plus lentement , plus clairement , couper entre chaque mot . Ne pas faire de double sens , ni d’employer de mots compliqués .
    Encourager la personne en la complimentant sur son Français .

  51. Commencer impérativement à revoir nos supports pédagogiques de FLE, très franco français ou franco européens, impossible à utiliser à l’étranger. Que nos représentants (ambassadeurs ou consuls) tiennent leurs discours en langue française et dans la langue du pays au lieu de parler uniquement en anglais lors d’une manifestation organisée par le Centre culturel français, comme au Nigéria par exemple, donner des moyens aux centre culturels qui ne peuvent lutter contre l’hégémonisme des centres américains. On devrait tout simplement commencer par dynamiser la représentation de la France et valoriser ses bénévoles expats ou diplômés.

  52. je ne peux qu’aller dans le sens de Claude, de Philippe, de Bernard et bien d’autres qui comme beaucoup d’entre nous vivant à l’etranger, recevant Tv5 et conversant avec des Francophones non Français, peuvent temoigner chaque jour de la dérive hexagonale…. Non la langue Française n’est pas mourante à l’exterieur du territoire… Oui la langue est pratiquée merveilleusement par beaucoup de citoyens sud-Americains, nord-Americains, au moyen orient , en asie (chine) et surtout en Afrique… Elle n’y est pas massacrée comme elle l’est en France par de plus en plus de Français qui ne sont plus « capables » d’assurer un niveau correct en orthographe et en grammaire avec comme leitmotiv on ne peut plus hypocrite: le fait qu’aujourd’hui la simplification est de rigueur, appuyés dans ce sens par des pouvoirs politiques et culturels pétris de clientelisme et de peu de courage, l’academie quant à elle, adoubant des noms, des expressions et des mots.. qui sont tellement teintés d’exotisme peri-urbain qu’ils en deviennent ridicules et irrespectueux des efforts consentis par des non-Franco-Francophones pour aprendre et paratiquer une des plus langues au monde… Voilà l’état d’esprit d’un Français qui loin de sa terre natale, observe les dérives de celle-ci et l’etonnement poli du reste du monde qui ne reconnait plus ses valeurs….

  53. Ne simplifions pas la langue française pour tenter d’attirer de nouveaux francophiles. C’est la richesse des nuances de notre langue qui lui donne son attrait et toute sa valeur, tant poétique, diplomatique que dans la vie quotidienne.

  54. 1) Pour les puristes, retournons au vieux français? Il y a définitevement des règles d’orthographe et de grammaire ridicules (trop d’heures passées par des moines à rendre la langue la plus compliquée possible). Comment se fait-il que je doive toujours utiliser mon Besherelle et mon Larousse avant de pouvoir envoyer une lettre (ce que je fais très rarement in anglais)?;
    2) Les lanques évoluent constamment et adoptent des mots étrangers. Oui, j’ai remarqué que les français prononcent mal les mots anglais (Apple = « à Paul » et non « à pèle ». L’enseignement des langues en France reste insuffisant;
    3) J’ai vécu presque 30 ans au Québec et le résultat de leur « police de la langue » est que les gens parlent mal le français et l’anglais. Les Français ont tapé sur les doigts des enfants qui parlaient leur langue afin d’éradiquer ces langues (avec succès). Heureusement, de nos jours, ce n’est plus possible. Et une langue que l’on impose de force n’est pas une langue aimée;
    4) C’est le succès économique et culturel qui rend une langue attirante.

  55. Il me semble que depuis que l’enseignement du latin est moins répandu, on parle plus mal et écrit plus mal le français ; c’est comme si le français avait fragilisé sa colonne vertébrale et perdu son essence. Ne parlons pas de l’orthographe déformé à cause des abréviations et nouvelles habitudes de l’utilisation des  » textos » (« cé bo », au lieu de c’est beau, etc…) qui fait dire au monde que le français est une langue compliquée et difficile ; quel charme reconnu par le monde, que celui des poètes et écrivains français qui ont façonné notre culture……
    J’ose dire aussi, en tant que femme, que je regrette qu’on rechigne sur le fait que «le masculin l’emporte sur le féminin«….Moi, je dis « Dieu merci » c’est la nature qui parle et ça ne m’enlève rien de ma dignité….ça me rassure et m’équilibre ! Au Québec aussi ces dames un peu enragées (excusez-moi) se plaisent à écrire par exemple « professeure » ou « docteure….pour moi, non merci !
    je reste avec JOIE dans la beauté traditionnelle….

    Merci pour cette consultation…

  56. Nous habitons en THAILANDE ,mon épouse THAILANDAISE ,mon fils double nationalité ,et mi-même FRANCAIS
    ENSEIGNEMENT : 3 villes PEUVENT avoir des bourses ,mais réservée à ceux qui ont les moyens
    Il existent des villes ;avec des écoles ou universités ,ou on enseigne le FRANCAIS ,par des FRANCAIS ET PAS DE BOURSE ,POURTANT ON EST EN PLEIN DANS LA FRANCOPHONIE , car tous les enfants THAI ont accés
    DONNER + DE MOYENS AUX AMBASSADES : Arrêter de faire des fêtes réservées ,vin nouveau ex etc….
    ETRE PRES DES RESIDENTS/ PAS DE SOUHAITS DE NOUVEAU AN / CHANGEMENT DE CONSUL qui c’est?? VISITE EN ORGANISANT PLUSIEURS SITES / PAR CONTRE UNE VISITE EST PREVUE TOUS LES MOIS DANS UNE CERTAINE VILLE etc…
    PEUT-ETRE REDUIRE LES AVANTAGES AUX AMBASSADES/CONSULATS = économie et être + prés des résidents?? pas sûr
    Merci MR LIDUREAU on est en phase
    ALORS QUEL CHEMIN PRENDRE A PARTIR DE PARIS

  57. Les autres langues sont-elle simplifiées ?

    Le chinois ou le japonais le sont-elles, par exemple, ces langues qui ont l’air très compliqués. A l’allure ou l’on va on parlera bientôt tous le globish ou l’anglais pour les nuls.

    Est-ce qu’on simplifie les maths, ou l’informatique ? Et puis les correcteurs orthographiques nous aide beaucoup ces jours-ci.

  58. Il faudrait un effort massif de diffusion des cours de langue sur l’Internet : sur YouTube ou d’autres canaux similaires, ou peut être hébergés sur le site du ministère de la culture, ou peut-être aussi sur le Cloud (par exemple Amazon AWS CloudFront) afin de rapprocher, géographiquement, les cours des utilisateurs.
    Il faudrait offrir une gamme complète de cours couvrant tous les niveaux (par exemple un minimum de 80 séances d’une demi-heure chacune pour couvrir un niveau, et des niveaux de 1 à 5, 6 ou même 10).
    Aussi, il faudrait offrir un test de niveau, pour aider les utilisateurs à choisir leur niveau.
    Il y a bien plus de 2 milliards d’utilisateurs de FaceBook, peut-être 3% parmi eux (60 millions) apprendraient le français, si des cours leurs sont fait faciles d’accès.
    Que l’orthographe ou la grammaire soient compliquées et nécessitent une modernisation et simplification (chose qui pourrait ne jamais avoir lieu), n’empêche pas de diffuser la langue en mettant en avant l’apprentissage de la conversation et sans focaliser sur ses difficultés. L’objectif est de L’apprendre d’abord, et de la perfectionner par la suite. Pour cela, il faudrait la rendre accessible aux internautes : au bout d’un simple clic.
    Ce faisant, il ne faudrait pas s’étonner qu’en quelques semaines vous avez 30 millions de chinois en train d’apprendre la langue de Molière.
    Je pense que c’est possible, les couts ne devraient pas être faramineux. La question reste si le ministère de la culture (en collaboration avec d’autres) a la volonté politique et la vision pour passer à l’action.

  59. Pourquoi dans un échange entre scolaires français et italiens l’an dernier une jeune française n’a pas parlé avec sa correspondante maroquaine qui habite en Italie ( elles se sont retrouvées en Italie puis en France)

  60. j´habite en Suède depuis 40 ans . Pour apprendre les langues il faut enfin que les gens
    accédent aux chaines de l´Europe – Payer une seule taxe pour la télévison mais pour voir tous les pays européens et toutes les langues .

  61. J’habite dans une région du monde ou le Lycée Français coute $25,000 / an (Californie). Les offres d’enseignement du français par l’Alliance Françaises ou les réseaux FLAM sont inadaptées et insuffisantes. Il faut améliorer l’accès à l’enseignement du français pour les Français de l’étranger en augmentant les bourses dans les régions ou le cout de la vie est extrêmement élevé.

  62. Il est indispensable que pour défendre la langue française elle le soit d’abord en France. Or sur toutes les chaines de télévision, radios, commerce etc. les expressions anglaise par snobisme ou illettrisme sont employées. My TF1, The Voice, The Wall, coach of . Market. etc.etc.
    Au Québec nos cousins ont depuis longtemps légiférés en la matière. loi 101. qui défend au mieux la langue française, et son application dans le quotidien. Dans un pays ou l’anglais est majoritaire.
    La langue française doit être d’abord être sauvé en France.

  63. Le français est en pleinedécadence en France, c’est vrai: même les acteurs(jeunes) ne savent plus articuler (ou alors, les ingénieurs du son ont beaucoup perdu de leur excellence). Le clavier n’aide pas à l’orthographe, il n’est que de voir les commentaires ici déposés! Et personne ne semble avoir le temps de se relire et de se corriger: quelle horreur! Une réforme de plus pour l’orthographe? Non, un meilleur enseignement de cette mémoire de la langue, un enseignement plus systématisé et INCORPORÉ de notre phonétique si particulièrement riche (quel(le) professeur(e) de FLE ou de FLM enseigne l’API à ses apprenants, à part moi et qqs collègues de FLE??? Notre prof de français, latin (et…maths à l’occasion) en 6è nous a promis une orthographe parfaite pour la fin de l’année et l’a obtenue avec un pourcentage élevé (en Belgique!). C’était un excellent pédagogue qui savait motiver et expliquer et, évidemment, le latin (et le grec) nous ont bien aidé(e)s, Grévisse aussi… Le français est compliqué? Quelle langue ne l’est pas? Vivre en société est compliqué!Ça demande des moyens?Oui, mais pas forcément coûteux et d’ailleurs, il y a tant d’argent dans ce monde, il n’y a qu’à le prendre où il est: chez les riches! Et pour le reste, développer son imagination créative et son altruisme, c’est à ça que doit servir l’éducation, non? Fomenter les voyages chez les jeunes, la familiarité des enfants avec la diversité des langues: enfant, je tournais le bouton de la radio qui parlait dans toutes les langues de l’Europe pendant des heures; maintenant toutes celles du monde sont sur Internet! Jamais nous n’avions eu tant de moyens…mais les gens écrivent de +en+ mal: inexcusable manque de valeurs!

  64. Bonjour,
    Tout a été dit je crois quand je lis les réponses des gens.
    Personnellement, j’ajouterai une remarque.
    A l’étranger, la plupart du temps, la seule option pour apprendre le français en dehors des collèges et lycées c’est de prendre des cours à l’Alliance française. Le problème est que cette dernière est financièrement trop onéreuse et élistique.
    Pourquoi ne pas créer sur internet des cours en visioconférence qui seraient diffusés en direct avec des professeurs agrées ?
    Les devoirs seraient envoyés par mail pour correction. Français, j’habite au Brésil. Beaucoup de brésiliens de ma génération (j’ai 63 ans) et des jeunes me disent que l’anglais est beaucoup moins onéreux à apprendre que le français.
    De plus, médiatiquement, le français est pratiquement inexistant à l’étranger. La seule chaine de télévision française à être diffusée dans les réseaux Tv est « TV5 monde » qui est payante, alors que les chaînes anglophones sont gratuites !
    En outre, il faut augmenter les budgets culturels des ambassades, des consulats et des CONSULATS HONORAIRES pour qu’ils puissent partout et régulièrement organiser des journées de la francophonie à travers le monde. Pourquoi pas instituer une journée « France » comme il existe une journée de la « Musique » ?
    Cordialement,
    Jean Luc MONTANT

  65. Il faut absolument changer l’orthographe. Avoir des lettres doubles et d’ autres qui ne sont pas prononce’es, des mots qui ont deux, trois ou quatre accents… caracte’rise une langue ancienne, puis, bien difficile surtout pour les e’trange’s.

  66. Je suis binational franco algérien, la langue française est l’une des langues les plus difficiles au monde si ce n’est pas la plus difficile, vous savez en Algérie nos vielles et vieux au niveau des grandes villes conversent avec cette langue sans aucune difficulté, par contre pour l’écrire ils n’y arrivent pas, son orthographe étant très difficile, je pense qu’en simplifiant l’orthographe( ortografe), elle serait plus attractive, n’en déplaise aux vieux défenseurs (jaloux) qui ne veulent pas ceder le monopole de cette belle langue.
    Exemple de simplification d’une langue: la langue turque elle s’écrie comme elle se prononce

  67. Japon

    La France a commis l’erreur suicidaire de réduire sa présence diplomatique et culturelle dans le monde. Dans le même temps, l’Allemagne a fait exactement l’inverse, preuve qu’il s’agit de choix budgétaires et non de manque de moyens.

    Plus personne ne sait se qui ce passe culturellement en France aujourd’hui. Les plus « récents » succès mondiaux, Taxi ou Amélie, ont plus de quinze ans. Depuis, c’est le trou noir. Les seuls Japonais intéressés par la culture française sont généralement des retraités pour qui la France est le pays de Delon ou Aznavour.

    La Corée du Sud en comparaison – un pays moins peuplé que la France et avec moins de moyens – a fortement investi dans la culture. Le résultat aujourd’hui: le monde entier se régale de musique, de films et de feuilletons coréens. Ils ont même réussi à percer dans un marché culturel réputé imprenable: les États-Unis. Et en conséquence, de nombreux jeunes dans le monde veulent apprendre le coréen.

    Concernant l’enseignement du français pour les enfants vivant à l’étranger: j’ai décidé de mettre ma fille à l’école britannique de Tokyo, parce que l’ambiance au lycée français est déplorable. Les professeurs sont, dans l’ensemble, sérieux et compétents, mais l’administration gère l’établissement sans enthousiasme ni vision, et ne semble pas fondamentalement comprendre les besoins d’un lycée international à l’étranger, ni saisir les opportunités de son environnement particulier.

    Il ne s’agit pas de ma seule expérience; environ 15% des élèves de l’école britannique de Tokyo sont francophones, et ce malgré l’existence d’un lycée français deux fois moins cher. Cela en dit long sur l’attrait de l’éducation nationale.

  68. Promouvoir le français et en développer son usage, c’est biensùr (mon clavier italien ne dispose pas de l’accent circonflexe !!!) le parler et le faire entendre !!! donc rendre son enseignement gratuit pour tous les Français de l’étranger et leurs enfants, renforcer la présence des media francophones (presse, audio-visuels, internet, …) et en faciliter l’accès, travailler en réseau, mobiliser les compétences et les passions de chacun en créant des jumelages entre CCI, associations sportives, clubs d’entreprise, voire Rotary/Lyons… susciter la créativité de « blagueurs » en ligne (plus que de bloggers on line !), de chanteurs et d’artistes francophones (plus que saxophones) pour redonner force et vigueur à la langue de Voltaire. En deux mots certes savoir-faire, mais aussi et surtout faire savoir!

  69. Déjà, en 1947 (« Esquisse d’une histoire de la langue anglaise » – 268 p. – , chez IAC – Lyon), Fernand Mossé – EPHE, Sorbonne -, écrit: « Alors que le français est resté stationnaire, l’anglais (…) est aujourd’hui [1947, bis repetita] une langue mondiale, langue maternelle de 200 millions d’individus (…), lue, parlée et apprise par des millions d’autres. » Ce, en dépit (p. 236) du grand « écart entre [sa] pronociation et [son] orthographe. » « Simplifiez! », réclamait déjà le transcendentaliste américain H.D. Thoreau (1817-1862). Certes… En ce qui concerne le français – pour ses apprenants étrangers -, la simplification de la grammaire (surtout la conjugaison des verbes aux temps complexes du passé) serait sans doute la bienvenue (le « moyen anglais » l’a fait – cf. Mossé, pp. 142-149). Mais l’orthographe (et non « * l’ortograf ») – littéralement « écriture correcte », en grec -, certainement non. Les Britanniques écrivent « through »; les Américains « thru », mais ce ne sont là que broutilles, sans « fâcheries ». F. Mossé précise (pp. 236-237): « Mais déjà on peut dire [de l’anglais] ce que Goethe, il y a 125 ans [196 ans, en 2018!], disait du français, qu’en sachant cette langue, on peut voyagerpartout sans avoir besoin d’un interprète. » Il est intéressant de noter que F.Mossé (pp. 64-65) souligne qu’en Angleterre, le français a été langue juridique jusqu’en 1731; langue de communication, jusqu’en 1362, et langue d’enseignement, jusqu’en 1385. Ce qui explique que – depuis le Normand Guillaume le Conquérant (victoire de Hastings, 1066 – soit trois siècles plus tôt), 60% du vocabulaire anglais est d’origine française. Mossé consacre d’ailleurs les pages 85 à 102 de son « Esquisse » à « l’influence du français », avec force exemples à l’appui. Ce qui démontre que l’anglais a su tout absorber, malaxer, digérer – donc transformer à son profit… et même garder l’original français: en atteste les deux devises de Grande Bretagne: « Dieu et mon droit » et « Honni soit qui mal y pense »… Comment, dès lors, rendre convaincante la langue française? En l’enseignant, à partir de ces ingrédients « appêtissants » et motivants, quasi culinaires – ce qu’on appelle « les transparences ». En tenant compte du fait que – comme le souligne F. Mossé -, « sans les victoires [sur les Vikings] d’Alfred [ St. Alfred le Grand, rois de Wessex, puis des Anglosaxons, de 871 à 899], on peut se demander si l’Angleterre tout entière ne serait pas devenue scandinave, alors l’anglais aurait peut-être disparu. » À méditer.
    Ancien Attaché de coopération linguistique et éducative (Suède, Brésil, Norvège, Portugal), je suis co-auteur de nombreux ouvrages audio-visuels (méthodes, manuels de français langue étrangère (FLE), chez CLE International (1984-2005). Je suis persuadé qu’aujourd’hui, il faut SYSTÉMATIQUEMENT concevoir des ,méthodes d’apprentissage du FLE (langue et culture) fondées sur ce « jeu des transparences », depuis la « nourrice » française, avec l’anglais comme référence et « fiance » (pour paraphraser Verlaine). Se servir donc de l’anglais « langue mondiale » (dixit derechef F. Mossé) et internationale, pour y adjoindre confraternellement le français. Ce, avec l’attitude et la pratique exemplaires de nos cousins québécois qui, eux, savent absorber et produire (par ex. « courriel » – mot magique et pourtant d’une évidence… patente, face au « français « : « mèl » – sic). Se défaire donc résolument de l’attitude « Français-de-France » du « copié-collé » anglicisant… mal écrit et surtout mal prononcé… bref: le vieux « baragouin » (« bara »: pain; gwin: vin, du breton… de France), attitude au mieux – si l’on peut dire – « dépendante »; au pire, arrogante – donc suicidaire. En cela, le salut (bouée de sauvetage?) de la France continentale, quelque peu sclérosée, est la « francophonie »: la langue française vécue et parlée (avec tous ses « accents ») et écrite, hors de France. En effet, le « Commonwealth » et les États-Unis pratiquent l’anglais (« English »); le Brésil et les « Palops » (pays de langue officielle portugaise) pratiquent le portugais (« português »); toute l’Amérique latine (sauf le Brésil), l’espagnol (« español »): trois langues dont le nombre de locuteurs dépasse, pour chacune, de loin, celui des « Francophones ». Il n’est pas trop tard pour agir, à partir des programes éducatifs européens et, à l’étranger, de Centres culturels à visage et mesure humains (et pas d’ « Instituts » pompeux et rébarbatifs-dissuasifs, ancrés dans les « capitales » étrangères).
    J-M. Cartier, Lisbonne

  70. Pour la langue française et le plurilinguisme dans le monde, OUI. MAIS IL FAUDRAIT ANALYSER LES POLITIQUES LINGUISTIQUES, ÉCONOMIQUES ET CULTURELLES actuelles dans tous les pays où la francophonie est présente, que ce soit par l’usage de la langue française comme langue maternelle officielle, seconde, diplomatique, ou autre, ou comme langue étrangère enseignée dans les institutions publiques et privées. Mais il est nécessaire, sans doute, de corriger les anciennes erreurs qui persistent… surtout en ce qui concerne l’enseignement du français à l’étranger, et c’est pourquoi je suis d’accord avec les commentaires et les propositions que fait Monsieur François Rousseau ci-dessus [« … les prix exorbitants pratiqués pour l’ enseignement du français qu’il soit sous contrôle des ambassades ou écoles privées; même pour un cadre ( nommé ) travaillant sur place , alors pour un autochtone même très aisé, cela devient un luxe »]. Madame Bosquet aussi a raison de soutenir que la langue française « [… a toujours été considérée comme une langue de prestige et de grande culture, oui elle est difficile et demande plus d’efforts que l’anglais c’est pourquoi il faut la préserver…] » Mais, n’oublions pas que le français est aussi langue de la modernité, une langue qui sait s’adapter aux besoins linguistiques des francophones, notamment en ce qui concerne les nouvelles sciences et technologies de pointe, sans nuire à sa syntaxe, ni à son lexique.
    Je considère que les suggestions de Marie-France Maurin sont très objectives et valables [« 1-Plus d’échanges entre lycéens lycéennes ou étudiant/e/s d’un pays à l’autre
    2-Des classes qui communiquent par internet, skype…, » » (avec beaucoup de chants)
    3- Lire des livres de littérature (si riche) à la radio, dans différents pays, en français
    4-Prendre garde à féminiser toujours la langue, c’est-à- dire toujours inclusive (peut servir aussi de modèle à d’autres pays)
    5- Les échanges entre différents pays sont porteurs de paix dans le monde, insister sur cet aspect, lors des échanges. »].
    Pour conclure, soyons indulgents avec les fautes de frappe ou les éventuelles erreurs linguistiques en français que font les étudiants et les collègues, car l’erreur est humaine et personne n’est parfait, du moins dans le monde où nous vivons.

  71. Gratuité pour l’ ex-président et dans les résidences royales et palais à Marrakech avec le personnel au complet mais notre petit-fils français de père français résidant au Maroc et élève d’ une école française doit payer sa scolarité, merci la République des copains et des coquins !!

  72. Cela fait 45 ans que je reside a l’etranger surtout dans les Ameriques maintenant en Espagne. Cela fait 45 ans que j’entend « votre pays est tres beau , mais les Francais desagreables . comment voulez vous inspirer si la France n’est pas « cool »? Les trois dernieres fois que je suis passe par l’aeroport de Paris il y avait greve d’Air France, beaucoup de professionels qui doivent passer par l’Europe pour leurs vols evitent passer par Paris . Nous avons une mauvaise image a l’etranger, domage.
    Je suggere que des campagnes de publicite sur la culture , le paysage etc.. soient faites localement a l’etranger, mais avec un style « cool » plus jeune.
    La Colombie avait fait une campagne avec beaucoup de succes pour attirer le tourisme malgres ses problemes de securite Cela commencait par: Si vous venez en Colombie vous prenez un risque…….de vous faire des amis ..etc Cétait different, provocateur, cela inspirait la curiosite, le desir la force principale de la vie.

  73. Modestement, je suggère «Un mot par jour». Un site web qui proposerait et diffuserait un mot nouveau chaque jour.
    L’idée est copiée d’un site américain (wordsmith) qui expédie chaque jour, dans deux cents pays, un mot original, insolite, intéressant. L’auteur complète avec une brève explication du sens, de l’usage et de l’étymologie. Le message s’accompagne d’un exemple d’emploi récent le plus souvent trouvé dans un journal. Enfin, une citation, sans rapport avec le mot du jour, ajoute une note philosophique, humoristique ou morale au message. Le succès est réel.
    Les lecteurs participent et envoient commentaires et critiques.
    Personnellement, je suis heureux d’ouvrir ma journée avec le mot du jour (même en anglais), je le lis avidement, parfois je prends des notes.
    On m’a dit que des tentatives équivalentes sont apparues çà et là en français. Comme tout ce qui repose sur de simples bonnes volontés, elles sont demeurées éphémères.
    À mon avis, avec quelques moyens, il ne serait pas difficile d’impliquer des personnes et des organismes compétents pour réaliser et entretenir un équivalent francophone.
    L’idée est concrète, légère, avec le potentiel de rassembler beaucoup d’amoureux du français, francophones et francophiles, autour d’un simple mot quotidien.

  74. Que voilà une belle idée! Il est plus que temps que nous puissions nous relier à notre langue et faire en sorte qu’elle reprenne sa place dans le concert des nations. Pourvu que les conclusions et les suggestions qui découleront de cette consultation et de l’action du gouvernement n’aillent pas encore une fois ajouter un pavé de plus en enfer comme cela a été déjà le cas sous plusieurs présidents. Des paroles et de beaux discours restés sans suite!

    –« Faites que les français soient aussi francophones que nous ». Mr. Abdou diouf, alors secrétaire général de la Francophonie, s’adressait ainsi à un de nos présidents.
    La langue est l’émanation d’une culture, la nôtre en l’occurrence, une culture qui s’est construite au cours des siècles et qui en une génération a perdu de son lustre et de son attractivité avec la complicité des médias et des responsables de différents secteurs de l’activité nationale. Notre langue mérite mieux par devoir envers notre histoire et par devoir envers les peuples qui parlent notre langue ayant partagé avec nous un certain moment de leur cheminement.

    –Les français doivent se réapproprier leur langue et en être fiers sans être chauvins.
    Redonner sa place au français dans le coeur de nos concitoyens devrait être la 1ère priorité. Donc renforcer l’enseignement de notre langue en la reconnectant à sa littérature et sa civilisation. Je crois que les français n’ont plus en estime leur langue..( ringarde!!) L’anglo-américain est « cool! ». La mode

    –Obtenir la participation des médias et de nos intellectuels est un impératif. On s’ y gargarise de mots anglais à longueur de journée alors que leur équivalent français existe. Oui on y lèvera les yeux au ciel… Mais il faut les gagner à cette cause. Leur influence est grande. Y en a-t-il qui auraient informé le public de ce plan pour le français à part TV5 et France24??
    Par ailleurs ils ne relaient presque jamais les nouvelles concernant la Francophonie et son action sinon à la rubrique des chiens écrasés.Elle n’existe pratiquement pas pour eux par contre on fait étonnamment état des réunions du Commonwealth. Ironique non!!!

    –Obtenir la participation des femmes et des hommes d’affaires, des femmes et des hommes de sciences et des autres sphères d’activité. Ils devraient la plupart du temps s’exprimer en français en public comme le font nos voisins chaque fois que c’est possible. D’autre part, se donner des raisons sociales et noms d’entreprise en anglais ne fait pas vendre mieux et plus. Il vaut mieux des noms français et rajouter une bonne dose d’audace et de goût du risque. C’est ce qui a fait le succès de l’Amérique qu’on cherche à imiter. Les allemands et nos autres voisins n’ont pas besoin de cela pour nous damer le pion tout le temps.

    –Obtenir la participation de nos représentants officiels dans les instances internationales afin qu’ils s’expriment en français comme le font les allemands et les européens dans leur propre langue. Et évidemment, obtenir la participation et l’implication de nos gouvernants et de notre président en s’exprimant officiellement toujours en français dans les instances internationales.
    L’ exemple ne vient-il pas d’en haut?
    Que penser de ce qu’une personnalité politique a affirmé un jour:  » L’anglais nous a envahi, nous ne pouvons plus le considérer comme une langue étrangère!!!  » N’est-ce pas le comble? L’invasion de l’anglais est une véritable épidémie qui sévit grâce à la passivité des français de tous bords. On ne discerne même pas d’anciens vocables français tombés en désuétude qui nous reviennent de l’anglais. Challenge en est un exemple. On le prononce à l’anglaise , pourquoi??

    –Que notre gouvernement s’implique à fond dans l’ Organisation Internationale de la Francophonie et d’oublier nos complexes d’anciens colonisateurs. La Francophonie n’est-elle pas née du souhait exprimé par des hommes d’état africains ( messieurs L. Senghor, H. Bourguiba )?? C’est un potentiel que la France ne devrait pas ignorer mais en traitant d’égal à égal avec les autres membres de l’ organisation. Nous avons beaucoup à apprendre des autres. De plus, quel beau potentiel pour influer ensemble sur les questions mondiales dans toutes sortes d’organisations, politiques, économiques culturelles et sportives!. Nous pourrions y devenir une force et y amener un « penser autrement ». L’Organisation de la Francophonie pourrait également avoir une grande influence dans la promotion et la propagation du français dans le monde en créant des universités de type Érasmus qui rapprocheraient des jeunes de diverses origines. Le numérique en français devrait avoir un rôle à jouer.

    –Nous devons avoir la modestie d’apprendre de ce qui se fait ailleurs sur le plan de l’actualisation du français et pourquoi pas d’ y collaborer . À cet égard apprenons de l’ Office de la langue française du Québec à créer rapidement et de manière pragmatique des adaptations françaises tout à fait louables alors qu’en France on met des années ou des mois pour pondre des mots irréalistes, ex. module multifonctionnel pour le téléphone intelligent ou cellulaire, mais c’est trop simple n’est-ce pas? Nous sommes prisonniers de notre cartésianisme qui nous fait manquer de souplesse et d’adaptabilité. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?
    Quelques exemple du Québec ..courriel au lieu de mail, infolettre à la place de newsletter, baladodiffusion (balado) au lieu de podcast, clavarder pour chatter, fausses rumeurs pour fakenews, en reprise pour replay
    en ligne pour on line, pirate pour hacker etc…
    Ceci dit, pourquoiFashion week, victim blaming, remake, cover news, the voice,le talk,on air,le dispatching,le shadow cabinet. une appli de fitness, le buzzer, cover news, tie break, hardware, s’est crashé, master, low cost .
    Quelques exemples, parmi beaucoup d’autre, qui n’ont aucune raison d’être alors que leur équivalent français aussi précis existe

    –Nos relations avec les étrangers qui aiment parler notre langue..Les français sont souvent maladroits avec ceux-là quand ils essaient de communiquer avec nous dans notre langue, parfois très bien et parfois avec des lacunes. Cessons de les reprendre, de les corriger et de passer à l’anglais alors que leur désir est justement de s’adresser à nous en français. Il faudrait sensibiliser nos concitoyens à ce problème ( et à notre accueil ) et à ne pas couper l’herbe sous le pied de nos visiteurs. Mais aussi obtenir la collaboration de nos publicistes qui placardent l’aéroport de Roissy de toutes sortes de publicités et de slogans anglais. Comme porte d’entrée en France et pour notre langue on ne peut pas faire pire!

    –Sur le plan international. La présence française culturelle dans le monde doit être renforcée d’abord dans les pays ( certains ne sont que des figurants ) qui ont adhéré à l’Organisation de la Francophonie et où l’enseignement du français est insignifiant ou qu’on l’ait abandonné au profit de l’anglais parfois par la faute des gouvernements français qui se retirent ou qui agissent peu et avec la lenteur administrative que l’on connait.
    Le français doit être promu également comme langue de relations économiques avec les pays de cette organisation. Culture et économie ont souvent des liens invisibles mais profitables.

    –Ailleurs dans le monde multiplions les centres culturels français, ( qui ne soient pas des sinécures pour des favoris du gouvernement ), dotés de moyens conséquents et efficaces capables de rejoindre le plus grand nombre et retrouvons l’attractivité que nous avions naguère. Pour les aider, stimulons une créativité culturelle et artistique française originale de qualité.
    Offrons au monde une image de la France moderne et créative qui ne se croit pas obligée de s’inféoder à ce qui est américain pour réussir. La France doit rester elle-même et authentique pour attirer alors qu’aujourd’hui on fait de mauvaises copies anglo-saxonnes en pratiquant passivement du copier/coller dans toutes les sphères. Pourquoi aller en France si c’est pour retrouver les pâles copies de l’Amérique qui jalonnent nos rues.

    –D’autre part, certains étrangers viennent étudier en France en anglais dans certains instituts ou grandes écoles ( Sciences Po, Commerce etc..). Voit-on cela chez nos partenaires européens? Pourquoi alors, ces étudiants feraient-ils l’effort d’étudier le Français qu’ils pourraient rapporter dans leur bagage en retournant dans leur pays et garder par la suite une relation avec la France qui les avaient accueillis? Certains cours qui concernent la culture et la civilisation anglo-américaine ou tout simplement qui visent un perfectionnement de l’anglais peuvent bien sûr se donner dans cette langue mais l’ essentiel ? Je ne le crois pas. Cela n’exclut pas par ailleurs que nous soyons plurilingues mais avec priorité au français. Si ces étudiants étrangers souhaitent étudier en anglais, pourquoi, à part quelques exceptions, choisiraient-ils la France plutôt que l’Angleterre ou l’Amérique? Notre système éducatf était recherché et avait, autrefois, sa place dans le peloton de tête alors qu’aujourd’hui…..à la cinquantième place mondiale.

    –Évidemment les moyens financiers conséquents devraient être mis au service de cette ambition de la propagation du français et de sa perpétuation sur les cinq continents et ne pas continuer sur la pente descendante sur laquelle elle se trouve en ce moment. C’est un investissement à long terme. Si nous parlions affaires cela voudrait dire que les francophones potentiels se tourneraient vers les pays de la francophonie plus naturellement qu’ailleurs au moment de voyager et dans leurs échanges commerciaux…

    Toujours est-il qu’il ne faudra pas faire les choses à moitié. Une action de ce genre se doit d’être ambitieuse avec des moyens à la hauteur de cette ambition.

  75. « Le coeur de la langue de Molière battra dans quelques années en Afrique » disait Michaelle Jean secrétaire générale de la Francophonie…..toutes les évaluations montrent que les élèves sont beaucoup plus performants en langue Française lorsqu’ils sont bien établis dans leur langue…..maintenir cet équilibre …le renforcer est une des conditions pour la promotion et la stabilité du français sur ce continent.

  76. Bonjour à tous,

    Pourquoi pas une loi 101 comme à Québec ? Cela permettrait d’éviter les errements les visibles, comme les enseignes commerciales ‘Carrefour Market’, ou autres ‘Leclerc Drive’ …

    Ps – la loi 101 oblige à l’emploi du Français.

  77. Vous faites beaucoup d’efforts pour promouvoir la francophonie et la langue française et nous vous en remercions. Beaucoup de responsables devraient s’inspirer de vos internautes (notamment Canadiens). Nous ne pouvons en effet plus comprendre le besoin des élites françaises « d’ânonner » anglais à longueur de journaux télévisés, de pages magazines ou d’entrevues. Avez-vous si honte de votre langue? Avez-vous perdu tout panache et toute imagination? Pourquoi ne pas vendre en français ce que vous fabriquez si bien en France? Vendez votre cinéma, vos chansons, vos avions, vos automobiles, votre luxe ou vos Champagnes « en français »! Vos clients achètent aussi un peu de cet esprit… Oubliez les agences et les réclames qui par soucis d’économies ne font plus qu’une campagne mondiale en anglais. Oubliez les jeunes ringards, les diplômés de « Grandes Ecoles» (et les fonctionnaires de Bruxelles) qui ont décrété que ça devait se dire en anglais… Autrefois ce fut en latin que ces élites prétendaient répandre leur science! Prenez conscience du résultat… Merci de faire suivre à vos Responsables s’il en est encore temps!
    Doms Roussel. Allemagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.