AEFE : un budget en péril, un avenir sombre

Le président de la République s’adressant aux conseillers consulaires réunis à Paris pour l’Assemblée des Français de l’étranger a confirmé la suppression de 33 M€ de la dotation budgétaire 2017 de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Cette « participation à l’effort de redressement économique de la France » serait récompensée par une stabilisation des dotations 2018 et 2019 au niveau de la dotation 2017 avant régulation.

En fait de stabilisation, nous savons bien que le budget 2018 sera intenable.
En effet, le budget 2017 ne pourra être réalisé que grâce à des mesures de trésorerie : les remontées financières  versées par les établissements avancées à fin 2017 (au lieu de début 2018),  les subventions aux établissements versées en 2018 (au lieu de fin 2017) .
Ces glissements de trésorerie ne résolvant en rien le manque de 33M€, le budget 2018 devra augmenter ses recettes, essentiellement les remontées financières des établissements, et diminuer ses dépenses en baissant sa masse salariale, donc en supprimant des postes de titulaires.
L’impact sur les frais de scolarité est inévitable, l’équilibre des établissements scolaires est menacé.

Nous contestons la brutalité de cette mesure, son annonce en milieu d’année alors que les engagements financiers sont pris.

Le réseau des établissements d’enseignement français à l’étranger fait depuis des années des efforts de gestion, lui en demander toujours plus revient à vouloir l’étouffer. Cette dernière annonce, ne peut se comprendre que par une  libéralisation rampante qui se fera au détriment des familles les moins aisées puisque les frais de scolarité vont augmenter de façon importante ce qui n’est pas le cas du budget des bourses.

Français de l'étranger

 

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *