Les jardins partagés : intergénérationnel, associatif, pédagogique et participatif

jardins partagés

Apparus à New York dans les années 70, les jardins partagés se sont développés en Europe dans les années 2000, dans les quartiers des villes mais aussi dans les villages. Cultiver ensemble des fruits, des légumes, des fleurs ou des plantes médicinales leur donne des vertus et des saveurs inattendues.

Pensés, conçus, gérés et cultivés collectivement par un groupe d’habitants regroupés en association, les jardins partagés se fondent sur des valeurs de convivialité, de solidarité, de lien entre les générations, les cultures et les catégories sociales. Par la mixité sociale, culturelle et générationnelle, ils permettent le renforcement des liens sociaux et la transmission de savoirs et de savoir-faire. Ils s’appuient sur le respect de l’environnement avec, par exemple, celui de la biodiversité et des cycles naturels de l’eau et des déchets. Enfin, ils supposent une gestion participative structurée en association. Ainsi, à l’étranger aussi, les différents groupes de Français du monde peuvent, s’ils le souhaitent, créer ou s’impliquer dans des jardins partagés déjà existants.

Pour créer un jardin partagé, il faut compter une bonne demi-douzaine de réunions préparatoires. Il s’agit d’identifier un terrain de 200 à 400 m2 et de faire la demande de mise en valeur à la mairie ou à son propriétaire. Il vaut mieux qu’il soit accessible et si possible proche de la majorité des personnes impliquées. Un petit local pour ranger les outils sur place est recommandé. Enfin, pour entretenir la mobilisation des jardiniers et des adhérents, il faut prévoir des animations, des apéritifs, des ateliers découvertes où, par exemple, les anciens peuvent apprendre aux plus jeunes et inversement. Suivant les pays et les villes, le délai d’autorisation de mise en valeur peut être plus ou moins long. Les jardins partagés sont ainsi des catalyseurs d’activités qui s’opèrent dans une logique d’intégration, de responsabilité citoyenne et de développement humain durable.

Kalliopi Ango Ela

photo : © Michèle Bloch  

Références :
www.wikipedia.org/wiki/Jardin_communautaire
www.arehn.asso.fr/dossiers/jardin_partage/#3c
www.jardins-partages.org/
www.rfi.fr/france/20131208-jardins-partages-paris
« Le Potager de mon grand-père » film de Denis Esposito, 2016

Cet article est à découvrir dans la rubrique « Environnement » de notre magazine disponible gratuitement en ligne.

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.