8 mars, Journée internationale des droits des femmes

Parmi les dates du calendrier qui offrent à la société internationale l’occasion de rendre hommage aux combats des femmes, seule celle du 8 mars a une portée humaniste et internationaliste dans laquelle nous pouvons nous reconnaître. En France, la fête des mères instituée par le régime de Vichy célébrait les mères pour mieux les maintenir dans leur statut de femmes dominées. Sa dimension affective a fait oublier ses origines mais comment accepter que la société marchande réduise aujourd’hui cette fête à un thème publicitaire porteur ?

Seule la journée internationale des droits des femmes correspond au féminisme d’aujourd’hui, journée des Femmes citoyennes, travailleuses, autonomes dans leurs choix de vie, dans leur sexualité.

La journée internationale des droits des femmes trouve son origine dans le militantisme et l’engagement de femmes du début du XXème siècle qui réclamaient entre autres, le droit de vote et de meilleures conditions de travail. En 1977, la journée internationale des femmes  est reconnue par les Nations Unies et en 1982 par la France.

Au delà de la riche histoire de cette journée, le 8 mars 2012 est avant tout l’occasion de faire un bilan de la mobilisation des femmes en 2011 et donc de s’intéresser à leur présence dans ce qui a dominé l’actualité : les révolutions arabes. En effet que ce soit en Tunisie, en Egypte, en Libye ou au Yémen les femmes ont joué un rôle important dans le renversement de ces différents régimes dictatoriaux.

A Benghazi par exemple, la révolution a commencé le 15 février par une manifestation des mères de prisonniers disparus en détention. A Tunis ou au Caire de nombreuses femmes étaient également présentes dans les manifestations et ont dû subir, elles aussi, la violente répression orchestrée par des régimes aux abois.

Dans les revendications de ces femmes, on ne trouve pas de demandes exclusivement féminines  mais, au contraire la défense de valeurs universelles comme celles des droits humains ou de la dignité.

C’est sans doute aussi pour récompenser toutes ces femmes que le prix Nobel de la paix a été remis à  Tawakkol Karman, l’égérie de la contestation yéménite qui pendant plusieurs mois a manifesté avec courage contre le régime du président Saleh dans un pays où les femmes sont soumises à la loi patriarcale en tous les aspects de leur vie personnelle et écartées de la vie politique.

L’appel des Femmes arabes pour la dignité et l’égalité d’aujourd’hui est aussi le nôtre. Femmes françaises expatriées nous connaissons les discriminations que subissent les femmes dans toutes les sociétés : emploi, salaire, droit à la maîtrise  et à l’intégrité de leur corps, droit à la dignité dans une sexualité libre et épanouie, lutte contre les violences sexuelles et domestiques , ce sont des combats jamais achevés, nulle part au monde. En ce 8 mars 2012, et en référence au cri « Nous sommes tous des juifs allemands »des étudiants de mai 1968 : En ce jour, nous sommes toutes des femmes arabes

Monique Cerisier ben Guiga

4 commentaires sur “8 mars, Journée internationale des droits des femmes

  1. J´ai parlé de respect le 20 mars . Et le respect s´enseigne trés tôt , et devrait être une règle de
    conduite instaurée dès la tendre enfance , dès le jardin d´enfant . Je sais que l´on m´a vouvoyée
    dès la première journée d´école !!!( jardin d´enfant ! ) . Et pas une seule institutrice , pas un seul
    professeur ne m´a tutoyée durant ma scolarité ! C´est un de mes plus vieux souvenirs qui prouve
    que j´en ai été consciente très jeune .
    Une religieuse qui aidait les enfants à traverser la rue s´est un peu fâchée sur un petit
    garcon turbulent , et lui a dit : ” Tu dois attendre , petit couillon ! ” J´avais 4-5 ans , et j´ai trouvé
    amusant qu´elle connaisse ce mot ” couillon ” , mais j´avais été étonnée qu´elle dise ” TU ” .
    Et c´est pourquoi je sais , depuis cette anecdote , que le vouvoiement est une marque de respect .
    Et j´ai toujours réagi quand on m´a manquée de respect ( magasin , hôpital , dans la rue ) ,
    très calmement , avec des mots percutants , et toujours les personnes se rendent compte que
    la ” mauvaise attitude ” est la leur . Je ne réponds jamais par une insulte , jamais avec des cris ,
    mais avec des mots précis et très ” justes ” .

  2. Les journées de la femme n´ont de sens que si les hommes sont éduqués à les respecter ( les femmes ).
    Qu on commence à les laisser porter une jupe en classe , sans que les petits garcons se permettent
    de les soulever !Sous peine de punition ! C´est l´éducation , le savoir-vivre , le respect de leurs camarades de classe qui les feront probablement respecter les jeunes filles , puis leur femme .

    Il faut aussi éradiquer complètement les maltraitances rituelles sexuelles ,comme l´excision , une
    véritable barbarie . Et là , ce sont les femmes qu´il faut éduquer : ce sont toujours des femmes ,
    sans exception , qui commettent ces excision , une torture , puis une souffrance pour toute la vie .
    Cette libération-là est du ressort des femmes , pas des hommes .

  3. Je seconde le commentaire de J.Segal

    “la journée de la femme” n’est pas sans rappeler “la journée des secrétaires”… autant dire que cela ne sert qu’à donner 24h de répit aux plus chanceuses qui ne feront pas la vaisselle aujourd’hui… je caricature un peu, mais à peine.

    il faut parler de DROITS et de LUTTE, car beaucoup reste à faire et rien n’est acquis.

  4. Bel article mais le titre ne va pas du tout ! C’est la “Journée internationale des droits des femmes”, ce qui est autrement plus militant et féministe que “journée de la femme” ! Il s’agit d’une LUTTE pour les droits et on parle DES femmes, dans leur diversité, pas de l’idéal de “la” femme… ce qui est bien expliqué dans le corps de l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>