Heurs et malheurs du « couple mixte »

L’amour ne connait pas les frontières. C’est heureux et encourageant pour l’humanité. On voit ainsi de plus en plus de familles multicolores, multiculturelles, et c’est magnifique. Cependant, les différences culturelles partagées sont des richesses qui créent parfois quelques incompréhensions… Elles sont  enrichissantes les jours d’entente parfaite, exaspérantes les jours de conflit.

Certains ne rencontrent aucun problème, parce qu’il n’y en a pas, qu’ils ne les voient pas, ou qu’ils savent les résoudre. Naturellement, quand tout est bonheur la gestion est aisée et, puisque « les gens heureux n’ont pas d’histoire », nous n’allons pas en parler ici.

D’autres, trop nombreux hélas, voient ou créent des problèmes, et souffrent. Il est utile de le dire pour reconnaître les obstacles potentiels. Alors chacun, car il n’y a aucune recette miracle, inventera les moyens de les aplanir au lieu de buter dessus.

Ceux qui ont rêvé leur couple peuvent, confrontés au réel quotidien redescendre sur terre un peu brusquement. Même les plus pragmatiques peuvent rencontrer la part d’eux-mêmes, idéaliste ou pessimiste, qui va déstabiliser leur organisation. Voici  les principales difficultés rencontrées en consultation :

Communiquer en plusieurs langues ouvre l’esprit, mais peut aussi créer de la confusion lorsque ces langues et leurs structures accompagnent des visions du monde totalement différentes. Même deux francophones ne parlent pas toujours la même langue : il suffit pour s’en convaincre de consulter le dictionnaire de la francophonie ! Les gestes et les symboles ne sont pas non plus universels, ils renvoient à un consensus culturel. Les micro- ou maxi-incompréhensions peuvent alors susciter bien des rires ou… des tensions.

Les attrayantes différences culinaires et vestimentaires sont toutefois plus génératrices de conflits qu’il y paraît : ne pas pouvoir se réfugier dans l’enfance par le goût, dans une pseudo « normalité » par la tenue, prive de ces points de régression indispensables à l’équilibre des expatriés.

En fait, « l’exil ce n’est pas d’être loin de son propre territoire, mais de ne pas pouvoir vivre à sa juste note[i] ». Etre exilé de son pays, de sa culture, est provoquant, mais être exilé sous son toit, dans son lit, peut être terriblement déstabilisant. L’effort d’adaptation du couple mixte est permanent : impossible de se reposer sur les habitudes et l’implicite avant une longue cohabitation.

Il y a parfois une famille, un groupe social, qui refuse d’y croire, qui aurait préféré une situation plus « habituelle », qui éprouve un franc racisme ou qui lutte contre ce penchant et se comporte avec ambiguïté. Ce groupe-là n’a pas choisi, n’a pas l’amour pour liant. Il demande, voire exige, que rien ne le dérange dans ses habitudes, ses rites, ses croyances.

Quand tout va bien malgré ou grâce aux différences entre les époux, le couple fait barrage aux pénibles tentatives de destruction. Si le couple connaît déjà des difficultés, l’hostilité ajoutée peut soutenir des conflits, voire des ruptures. Et, lorsque la séparation devient indispensable, les conflits entre législations diverses ne la rendront ni facile ni moins douloureuse !

Si le couple mixte vit dans un troisième pays, il peut être uni, solidaire face au décalage, étant deux étrangers en ce lieu, devant cette culture.

Si le couple mixte vit dans le pays de l’un des deux, l’autochtone devra s’efforcer de comprendre les difficultés d’intégration de l’autre parfois perdu dans ce nouveau monde, sans repères facilitateurs ni liens familiers anciens. Il n’est pas toujours facile d’entendre que nos cultures sont incompréhensibles pour autrui, et nous pouvons réagissons comme le co-pilote qui, sachant où on va, oublie de guider le chauffeur… Reste un danger plus sournois : la sur-adaptation de l’expatrié. Il est rarement neutre d’aller chercher un conjoint loin de chez soi, cela peut être une façon consciente ou inconsciente de fuir les contraintes de sa tradition, de son clan. L’autre « plus royaliste que le roi » semble alors un reproche, un piège… Qui plus est, avec le temps, le naturel reviendra, amenant la frustration de s’être renié.

Même les façons d’exprimer la tendresse, la solidarité ou le mécontentement peuvent être peu compréhensibles. Non au moment de la rencontre, en période de séduction, mais ensuite, quand chacun reprend ses habitudes, et marche sur ses « rails ».

Les croyants risquent de buter sur les « incroyables croyances » de l’autre qui estime en retour que sa foi est « évidente » tandis que celle du partenaire est « étrange ». La tolérance, la curiosité, l’indifférence même, ne résolvent pas tout, surtout lorsqu’il s’agit d’éduquer des enfants.

Car l’éducation des enfants est un des challenges majeurs de tout couple. C’est là que se cristallisent les phénomènes de tradition, d’habitudes, de vision du monde, de souvenirs d’enfance. Plus ces éléments sont différents, plus il faudra s’adapter : joyeusement la plupart du temps, durement parfois.

Si vous connaissez une ou plusieurs des difficultés ci-dessus, sachez que ce n’est pas la fin du couple, juste une étape à négocier. S’il y a de l’incompréhension voire de la souffrance, n’hésitez pas à vous faire aider ensemble, car celui qui souffre manifeste souvent les symptômes du couple.  Gérez cela au plus vite. Garderiez-vous une bronchite non soignée ? Alors pourquoi ignorer une douleur morale ?

Si vous êtes déjà heureux, nous nous réjouissons tous avec vous !

Martine Quentric-Séguy,
Psychothérapeute au Centre Médico-social de Yaoundé, Cameroun


[i] Dicton ou auteur qui m’est inconnu

Imprimer

Commentaires

  1. Amas inutile de platitudes. A ce titre, le « dicton ou auteur qui m’est inconnu » est un sommet du genre, d’un comique involontaire du plus haut niveau !
    Lucas

  2. Bref, essentiel et excellent.
    Un grand coup de chapeau à l’auteure.

  3. j’ai lu votre article avec beaucoup d’interet, je dirais meme d’émotion. La délicate situation d’un couple mixte y est analysée avec beaucoup de justesse et d’équilible or c’est un sujet dont les difficultés ne ne sont pas souvent abordées dans leurs complexités et leurs nuances.

  4. Bonjour a tous,

    Je suis nouvelle a l’ADFE et je souhaite du courage et surtout beaucoup d’amour a tous les couples mixtes dans le monde. Francaise d’origine espagnole je suis mariee a un francais de parents algeriens et nous vivons en Chine! Etre un couple mixte epanoui ce n’est pas facile…cela demande de l’ecoute, de la communication, de la comprehension, de l’humour…et une bonne dose d’amour!…sans doute comme pour les couples ‘classiques’. J’ai remarque que les epreuves que nous avons du surmonter liees a nos ‘diffrences culturelles’ ont aussi eu l’effet de renforcer notre relation! Nous le voyons aujourd’hui en Chine, ici beaucoup de couples expats divorcent…du fait du choc culturel, d’ascension sociale soudaine…qui fait ‘peter les plombs’…etc etc. Donc notre environnement culturel joue sur l’equilibre du couple…il faut s’y preparer et surtout je pense, communiquer!

    A bientot,
    Cecile
    A bientot
    Ce

  5. L’auteure nous donne un panorama exhaustif de tous les problèmes connus, mais comme j’aurais voulu qu’elle nous donne des exemples concrets. Elle reste à un niveau général qui rend son texte trop général et parfois opaque.

    Ainsi je n’ai pas du tout compris en quoi la sur-adaptation de l’expatrié est un danger pour le couple mixte. Et que signifie l’idée que le conjoint, dans le pays duquel vit le « sur-adapté », serait plus royaliste que le roi?

    Cela signifie-t-il qu’il y aura des tensions dans le couple si par exemple le Français de Douala ayant épousé une femme du pays devient plus camerounais que les Camerounais et ne veut plus rien savoir de la France, au point même parfois de ne plus en parler la langue? (j’ai vu ceci en Finlande où je vis depuis plus de 30 ans!).

    Son épouse par contre le renvoie sans cesse à ses origines? Soit parce que celle-ci idolâtre la France et voudrait y vivre ou y passer toutes ses vacances soit au contraire parce qu’elle la déteste et que leur couple devient un match perpétuel France-Cameroun au corps défendant de l’époux français?

  6. Bonjour
    Je partage et je vis ces situations au quotidien .
    Je suis Francais et je vis en Chine et j ai un enfant avec une jeune femme chinoise.
    Je rencontre beaucoup de difficulte , le gouvernement chinois refuse de donner la carte d identite a l enfant car nous ne sommes pas marie. Ce qui veut dire que l enfant n a aucun droit en chine, il n existe pas. Il n a pas le droit d aller a l ecole .
    Que dois je faire ..

  7. Je suis en Russie.

    Tout est bien reflechi, excellent.

    Je voudrais me referrer a Victor Hugo.

    Je cite : « O insance qui crois que je ne suis pas toi. »

    Nous avons le memes problemes, les meme joies et les memes amertumes.

    Desole pour le clavier, les accents etc..

    Cordialement.

  8. Intéressant…
    Je suis Français, et vit en Angleterre depuis la fin des années 80. Je suis marié à une Japonaise, et nous avons un fils. Donc deux cultures différentes vivant dans un troisième pays. Ce que j’espère c’est que d’exposer notre fils à trois cultures (et trois langues) lui permettra plus tard dans sa vie adulte d’être tolérant, et d’avoir une vision large et des opportunités à la mesure.
    Cordialement.
    PS: J’espère que les problèmes de gaofei en Chine se résoudront.

  9. Article intéressant. Gaofei, la solution semble simple: marie-toi? Ou ai-je loupé quelque chose?

  10. Merci pour cet article qui brosse les principals problemes des couples mixtes.
    Cependant, je pense que les « gens heureux ont aussi des histoires » interessantes, ne l’oublions pas. Ces histoires peuvent probablement exposer les solutions de certains de ces problemes a d’aures couples! Quoi qu’il en soient, bon courage a tous les couples mixtes dans leur aventure!

  11. Bonjour,j’ai eu été un couple mixte,allemand/francais et nous avons vécu en Turquie,pays ou la mixité des couples est trés importante,surtout sur la zone cotiére,plus propice au tourisme.
    Selon les époques: anglaises débarquées das les années 80,russes ces dernières années.
    La mixité exacerbe les composants culturels de chacun,parfois jusqu’à la caricature!
    Il y aurait un autre sujet à ouvrir,la suite de celui ci ,qui concernerait les enfants nés de couples mixtes.Beaucoup de questions se pose,surtout au moment des études ou au moment de commencer à travailler: De quel pays suis je? Ou sont mes racines?
    Il faut un moment aux gosses pour se « caler » et trouver leur place.Ce sont des enfants du monde,ce qui est plutôt un avantage,même s’il ne le savent pas encore .Mais çà peut être aussi assez déstabilisant pendant une période.
    Bon courage aux couples mixtes!

  12. Article interessant, merci. Je m’y suis retrouvee. Cependant notre couple (francaise et afro-antillais anglais en Angleterre) n’a tenu que deux ans. Les petites differences n’en finissaient plus – ce qui donc faisait une grosse difference. C’est meme incroyable de decouvrir a quel point on peut etre different ! Mais je ne pense pas qu’on se separe a cause des differences, plutot par manque de choses en commun… enfin dans notre cas.

  13. Article interessant qui liste bien les challenges mais ne rentre pas dans les details ni dans les solutions.
    Si la citation est incertaine, les guillemets et la reference sont inutiles!

    A GAOFEI: J’ai vecu la meme chose dans un autre pays d’Asie. Un veritable casse-tete qu’on n’imagine pas en France! En fait ‘vivre maritalement’ n’est pas reconnu par la constitution de nombreux pays (hors Europe). Rien n’est prevu pour.
    Si vous ne pouvez vraiment pas vous marrier, reconnais l’enfant a l’ambassade. Il aura un passeport francais et pourra aller a l’ecole francaise.

  14. Français (père Polonais) marié à une Américaine (d’origine Asiatique) vivant en France, Thaïlande puis Vietnam, trois enfants, tout va trrrès bien, mais beaucoup d’échange, d’écoute, d’amour, de buts communs. Avant de se lancer à deux dans la vie, il est impératif de tout mettre à plat pour réussir ces vies! religion, éducation, loisirs, travail, etc… surtout ne rien oublier, ne pas remettre à plus tard ce qui fait peur maintenant: être Franc! il vaut mieux souffrir maintenant que pleurer toute une vie….

  15. Excellente analyse. Très intéressant. Un grand bravo pour l’auteure.

  16. merci Martine pour ce bel article . mariée à un ivorien depuis plus de 47 ans j »apprécie ton analyse tout en finesse. bravo.

  17. Bonjour,

    Je prépare un reportage sur les couples « mixtes » qui sera diffusé sur Chérie 25, la nouvelle chaîne de la TNT.

    Dans ce cadre, je recherche des couples qui accepteraient de témoigner pour partager leur expérience de vie sur le thème « tout accepter par amour », où comment concilier une double culture OU religion au quotidien dans sa vie de couple et pour l’éducation des enfants.
    L’idée générale est de montrer que c’est en acceptant et en conciliant les différences de l’autre qu’on avance dans sa relation de couple.

    Si vous êtes intéressé pour partager votre expérience, n’hésitez pas à me contacter par téléphone au 01 40 74 77 40 en demandant MARINA ou par mail à marina.enquete@yahoo.fr et à en parler autour de vous en partageant ce message.

    A très vite.

    Marina

  18. Bonjour, je suis étudiante en info-com. En cours de sciences sociales je dois réaliser un dossier pour mai, sur un « phénomène social qui nous touche ». J’ai décidé de parler du mariage mixte.Pour cela, j’ai réaliser un petit questionnaire qui me permettrait de mener à bien mon dossier… Ma question de départ serait : qu’implique le mariage mixte (plutôt religieux) au sujet de la famille? Y a t-il des personnes qui aimerait m’aider pour ce dossier? Ma prof m’a dit que je devais plutôt parler à des couples mixtes. Mais je peux aussi parler à une seule personne qui voudrait bien m’aider. Merci par avance si quelqu’un veut bien m’y aider, d’autant plus que c est un sujet qui me tient particulièrement à cœur.

  19. Bonjour,

    Dans le cadre de l’émission « toute une histoire » sur France 2, nous recherchons un couple mixte qui pourrait venir sur notre plateau parler de la vie quotidienne d’un couple qui a de grandes différences culturelles et qui le vit très bien.

    Vous pouvez me joindre au 01 53 84 30 61

    Merci

    David Oksenberg

  20. Bonjour,

    Je vois que cet article date d’il y a quelques années deja mais je me demandais si il etait possible de consulter Madame Quentric-Séguy en ligne ou si il y aurait un moyen de la contacter a ce sujet? Ou quelqu’un aurait des contacts similaires a me donner?
    Je recherche des professionels (psychologue, psychanalistes, etc) pouvant aider dans la mediation de conflits de couples mixtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *