Expatriation et cessation d’activité : quelles conséquences en termes de pension de retraite ?

Suivre son conjoint en expatriation implique des changements conséquents, parfois professionnels car certains sont obligés d’abandonner leur activité. Ce changement de statut augmente souvent la dépendance financière du conjoint sans emploi. Cette dernière se fait d’autant plus ressentir à la retraite.

Quelques chiffres pour commencer : aujourd’hui, un jeune cadre croit encore que sa retraite sera entre 60% et 70% de son dernier salaire. Or, les dernières simulations de l’INSEE donnent une moyenne comprise entre 40% et 50% du dernier salaire. Dans ce cadre, la réversion au conjoint survivant serait comprise entre 16% et 24% de la dernière pension du défunt.

Ainsi, on peut légitimement s’inquiéter du niveau des pensions pour nos compatriotes ayant cessé leur travail durant leur expatriation. Durant ce laps de temps, ils ne pourront en aucun cas bénéficier des points de retraite. Les mois ou les années sont donc perdus. Ce problème peut être en outre aggravé par une éventuelle séparation du couple, suivie d’un remariage. En effet, dans ce cas, la réversion est calculée au prorata des années de mariage.

Il devient donc impératif (dans l’attente d’une éventuelle réforme, qui améliorerait la situation), de penser à des solutions individuelles de protection sociale :

  • La Caisse des Français de l’étranger (CFE) : pour assurer une continuité avec le régime de retraite de base français, le conjoint peut s’inscrire auprès de la CFE, au régime d’assurance vieillesse des personnes chargées de famille. Cette solution est particulièrement intéressante pour les expatriations provisoires, car elle permet de garder un lien avec la Sécurité sociale française. Elle permet ainsi d’assurer une transition vers la reprise d’activité lors du retour en France. Cependant, cette solution reposant sur la cotisation volontaire est très onéreuse. Sans réforme de la CFE, il est préférable que cette solution soit provisoire. Sur le long terme, il convient donc d’envisager des solutions privées. Il existe ainsi de nombreuses sociétés françaises spécialisé dans le conseil prévoyance des français expatriés, qui peuvent être source d’appui pour nos compatriotes.
  • Le rachat de trimestres : de 1045 € à 6167 € en fonction de l’âge et des revenus. Il s’agit d’une dépense importante qui ne se justifie que si elle procure un gain de retraite.
  • Les contrats d’assurance-vie: il s’agit d’enveloppes juridiques et fiscales visant à constituer un capital à partir d’une épargne régulière ou ponctuelle. A terme, ce capital génèrera un revenu complémentaire sous forme de rente viagère ou de retraits partiels.
  • L’ immobilier : il s’agit la plupart du temps d’une acquisition à crédit. Les différentes lois fiscales sont également incitatives ; cependant, elles ne concernent que les expatriés qui paient leur impôt en France (c’est le cas des fonctionnaires). Une majorité d’investisseurs n’envisagent pas de revendre au terme de l’avantage fiscal. Ainsi, le loyer perçu permet de constituer un revenu d’appoint aux faibles pensions de retraite.

Cependant, ces solutions demeurent complémentaires et aléatoires :

  • Complémentaires, car elles viennent apporter un revenu supplémentaire qui vient s’ajouter à une pension retraite souvent basse. Elles ne doivent donc pas être perçues comme des revenus de substitution. Cela serait en effet dangereux car les revenus obtenus de tels placements sont très fluctuants et incertains. Ainsi, penser ces revenus en terme de substitution revient à prendre le risque de n’en avoir aucun au moment de la retraite.
  • Aléatoires, car ces placements demeurent des placements financiers. La valeur de l’assurance vie (surtout quand celle-ci est composée majoritairement d’actions) et de l’immobilier demeure conjoncturelle. De fait, l’épargnant n’est pas à l’abri d’un effondrement de la valeur de son épargne, comme le démontre le krach de ces derniers mois.

La solution optimale reste donc de repenser notre système de protection sociale, et en particulier les retraites, pour que celui-ci soit plus juste et plus solidaire.

Mehdi Benlahcen

24 commentaires sur “Expatriation et cessation d’activité : quelles conséquences en termes de pension de retraite ?

  1. OUKALA Djeloul

    Vous êtes gonflé, il n’y a pas d’impôts aux UAE alors payer 20% de 900 euros ce n’est pas la mère à boire par rapport à ce que vous gagnez là-bas.

  2. Bonjour , française de naissance et de nationalité je n ai jamais travaille en France mais ai travaille 5 ans en Grande Bretagne puis est suivi mon mari britannique en Afrique du sud et ai

    HomeWhat we doAbout Us Publications Projects EventsMedia Get involvedContact Us
    Focus 72 – Democracy and Its Discontents
    DOCUMENT
    PAGES
    TEXT
    Zoom
    p. 4
    LoadingLoading
    p. 2

    p. 3

    «
    Page 3 of 80
    »
    Close Fullscreen
    Original Document »
    Focus_72_MAR.pdf — PDF document, 1708 kB (1749374 bytes)

    comme enseignante ( recrutes locaux) en ecole française . Ai je droit a une pension minimale de l état français

  3. J’ai travaille seulement 2 ans avant de quitter la France pour l’Afrique du Sud il y a 17 ans. J’aimerais evaluer mes droits a la retraite en France. Avez vous un contact utile ?

  4. pour ceux qui ont travaillé à l’étranger, il peux exister des conventions entre +sieurs états et la France. Par ailleurs, il existe des sociétés privées spécialisées dans la reconstitution de carrière qui s’occupe de voir si vous avez les annuités nécessaire à l’obtention d’une retraite à taux plein. je pense qu’il est encore possible de racheter des annuités manquantes. (je l’ai fait auprès de la société NOVELVY à Nanterre, elle s’occupe de tout c’est bien pratique quand vous êtes encore à l’étranger. Une fois votre retraite acquise, vous avez la sécurité sociale française, il vous restera à prendre une mutuelle pour une couverture maladie complémentaire. Maintenant je ne sais pas comment couvre la sécu française qd vous êtes à l’étranger

  5. Bonjour,
    J’ai travaillé en France pensant 30 ans et ai cotisé au régime de retraite. J’Habite depuis 5 ans au Maroc et je cotise à la CFE uniquement pour les soins.
    Pourrais-je bénéficier à la retraite en son temps et combien?
    Est-ce intéressant pour moi de cotiser à la retraite CFE?
    Je suis allée en France il y a quelques mois et ai du subir une hospitalisation aux urgences du CHR de Lille.Il n’y a eu aucun acte chirurgical et on me réclame 600 euros de soit disant ticket modérateur!!!C’est un vrai scandale!!!
    Est-ce normal?

  6. Mais les français qui ont travaillé toute une vie à l’étranger par nécéssité en ayant des contrats locaux et qui en rentrant en France se retrouve sans rien, meme pas une retraite minime…..et auxquels on répond gentillement qu’il n’ont droit à rien….on les classe où?

  7. Ah ! comme je souscris ! J’ai travaillé 28 ans, usé de mon droit à congé sans solde (11 généreux mois…) puis ai dû me résigner à donner ma démission pour suivre mon mari. ce qui me dégoûte, c’est que si je rentre en France (ceal fait 6 ans maintenant…), non seulement j’ai perdu des points précieux pour ma retraite, mais je n’ai pas droit aux allocations chômage ! Alors que mes collègues du public … retrouvent leur emploi !!!! Egalité vous avez dit ????

  8. Bonjour,
    Merci pour cette information.
    Quelle est la cotisation moyenne à la CFE et dans quelles conditions et pour combien de temps peut-on cotiser.
    Y a-t-il des conditions particulières d’âge ou du nombre de trimestres déjà côtisés?
    Bonne journée et merci d’avance.
    Oscar NZORIJANA.

  9. Et que dire des fonctionnaires qui de plus en plus se retrouvent en contrat local pour exercer leur métier à l’étranger comme les enseignants? La CFE ne peut leur être utile puisqu’elle n’est pas liée à la retraite des fonctionnaires. Ainsi, si on travaille la moitié de sa vie active en France comme fonctionnaire, et l’autre moitié à l’étranger en contrat local, on obtient une retraite d’environ 900 euros en ayant cotisé la moitié du temps à la CFE (régime général) et l’autre moitié à la caisse des fonctionnaires….Là aussi réforme il doit y avoir: que ces 2 caisses puissent n’en faire qu’une au moment du calcul des annuités cotisées! Sinon, nous n’aurons plus pour nos enfants que des enseignants de l’Education nationale de passage, ou des enseignants non assermentés……

  10. Expatrie en Amerique Centrale depuis 35 ans .62 ans actuellement. Emplois en france Banque Populaire pendant 5 ans, Service militaire a Briancon en 1969 16 mois . Depuis 35 ans ai souscrit regulierement mes cotisations a la CFE Ass. Maladie. comme expatrie.
    A quoi ai- je droit? pour ma retraite? a quelle age peut on la solliciter? et que dois je faire pour avoir des renseignements a ce sujet dans mon cas precis?
    Si dans quelques annees je desire retourner vivre en France , sur quelles prestations pourrais compter dans mon cas d’ expatrie? ( marie pere de 3 enfants, tous Francais. )

    Merci pour votre aide , renseignements et reponse.

    Ange Antoine Bourda
    ange@angebourda.com

  11. Je vis avec toute ma famille, ma femme et mes 3 enfants, aux émirats depuis 4ans et n’ai que le loyer de ma maison en France, 900€ mensuel, pour vivre.
    Sur ce loyer, je dois m’acquitter d’une taxe foncière de 1500€ annuelle et surtout d’un impôt sur le revenu de 20%.
    Après avoir enlevé tout ceci, il ne me reste plus qu’environ 600€ mensuel pour faire vivre une famille de 5 personnes.
    Trouvez-vous cela normal que l’on nous enlève 20% sur le montant de notre revenu alors que j’ai 3 personnes à charge et que le calcul de l’impôt sur le revenu ne tient pas compte de ma situation familiale et que l’on ne bénéficie pas du même calcul que si je continuais à habiter en France.
    Y aurait-il une solution qui nous permette, à tous ceux qui sont dans ma situation, d’être moins taxé afin que l’on puisse vivre dignement et sainement à l’étranger et continuer à être considéré comme des Français à part entière.

    Merci par avance pour la réponse que vous allez m’apporter

    Cordialement,

    M.OUKALA
    E_Mail : djeloul@eim.ae
    Tél. : 00971507739386

  12. Bonjour
    je suis retraité (retraites françaises), domicilié aux U.S.A. depuis 14 ans. Je ne suis plus couvert par la Sécurité Sociale, mais mes pensions sont toujours grevées de déduction pour Assurance Maladie (Sécu) ; celà est-il normal ?
    Je vous remercie à l’avance pour vos commentaires
    Robert F. Carré

  13. Bien d’accord avec vous, je suis actuellement Residente au Mexique, j’ai suivi mon mari il y a de cela 18 ans, il allait mourir, il avoulu finir sa vie ici, j’ai suivi. Je vis avec 220 euros de pension de reversion et une petite societe qui ne me raporte pratiquement rien. Une aide de mes parents pour les billets d’avion pour la France, me permet de tenir le coup.
    A 65 ans je ne toucherai, si tout va bien que 400 euros par mois+ ma pension de reversion et je m’estimerai heureuse !!!!
    Cordialement
    Martine Audouin

  14. Merci pour cet article, il m’a eclaire un peu car j’avoue que je suis dans le vague en matiere de ma retraite.

    En 2 mots, je suis expatriee au Qatar depuis 9 ans, j’ai divorce depuis 3 ans et j’ai 51 ans maman de 3 grands enfants. J’ai eu une activite salariee en France durant 23 ans et maintenant je travaille au Qatar depuis 8 ans mais je dirais en tant que « local ».

    Auriez vous une recommendation a me faire ?

    Helene

  15. Merci pour votre article.
    Oui il y a bien des choses à faire en matière de protection sociale pour les femmes qui suivent leur conjoint à l’étranger. A l’arrivée, une retraite de misère et pas de droit à la sécurité sociale quand on vit toujours hors de France, même si l’on a travaillé et cotisé 20 ans dans notre beau pays. Quelle justice, quand on sait qu’un étranger arrivant chez nous après 60 ans – et n’ayant jamais cotisé – lui, y a droit.
    Je n’attends rien, je voulais simplement partager mon indignation avec une oreille ‘attentive’?.

  16. Ceci est tres interessant comme article. Dans ma situation, je n’ai pas de retraite en France puisque j’ai epouse un etranger et j’ai habite la majorite de ma vie en Angleterre et depuis quelques annees en Australie. Je travaille a mi-temps mais n’aurai qu’une faible retraite de l’Angleterre et un peu ici. Je n’ai droit a aucune retraite en France malheureusement mais j;ai de l’argent dans une banque française que je compte utiliser plus tard pour acheter un petit logement pour y ive une partie du temps et louer une autre partie du temps. Que sont mes droits minimum de retraite en France ?
    Bien cordialement.
    Monique Coombes

  17. Bonjour.

    J’aimerais savoir si je peux demander une reversion de pension de ma conjointe reconnue par l’Ambassade de France au Vanuatu?

    Merci à l’avance pour votre réponse.

    Seletti Claude

  18. Apres avoir lu cette lettre je me demande si vous pourriez m’aider a obtenir des renseignements sur paiements de la Securite Sociale pour francais/francaises ayant travailles en France et immigres aux Etats Unis. Je suis a la retraite et je touche un montant de la Securite Sociale americainemais selon un article paru sur le Web, il me semble que je serais qualifiee.
    J’ai envoye une lettre demandant des renseignements au Centre des Liaisons Europeenes et Internationales de Securite Sociale le 6 septembre 2011. Je n’ai recu aucune reponse et a nouveau j’ai envoye une seconde lettre le 26 octobre. C’est incomprehensible de ne rien recevoir de cette organization. Il semble que le fait d’avoir immigre de la France cela n’est pas important de suivre une lettre demandant des renseignements.
    J’espere que vous pourriez m’aider
    Sincerement
    Gisele N. Schaeffer nee Gerbault
    1471 Eagles Road
    Macclesfield, NC 27852
    giseleschaeffer@yahoo.com

  19. Bonsoir,

    J’ai lu avec une grande attention votre edito et je la trouve très pertinente.
    En effet j’ai quitté mon emploi en France où je travaillais depuis 13 ans. J’ai demandé un congé sabbatique (11 mois) faute d’une obligation légale plus importante (mon employeur un établissement bancaire pouvait m’accorder 2 ans dans ses statuts mais n’a pas daigné utile de me satisfaire malgré de bons et loyaux services…). Ma « concubine » (nous étions pacsé) , engagée sur une durée de deux ans en V.I.E où j’étais couvert. En suite embauchée en CDI dans une filiale elle prenait en charge ma couverture. Lorsque nous nous sommes séparés et sans ménagement je me suis retrouvé sans aucune couverture sociale et sans aide particulière (cf impot sur le revenu qui n’impose par le revenus perçus en détachement à l’étranger mais qui fait apparaitre cela en revenu fiscal de référence: base de reconnaissance pour les aides)je me suis donc retrouvé sans toit, sans revenus, sans aide, sans couverture social IMMEDIATEMENT après séparation (déclaration auprès de l’employeur du changement de situation). Enfin grace à une motivation écrite longue et compliqué j’ai pu enfin etre inscrit à la CMU + complémentaire.Ce que j’ai connu en tant qu’homme de nombreuses femmes l’ont connu aussi. Je souligne ici la carence de l’Etat à prendre en charge ceux qui ont suivi leur concubin en particulier en cas de séparation(e), epoux, épouse etc et qui se retrouve « à la rue ». Merci de m’avoir lu.

  20. Justement, à propos de divorce, puisque trois fois sur quatre c’est la femme qui lance la procédure.
    L’ex épouse qui reçoit 50000€ ne sait pas si c’est pour dix, vingt, trente ans …
    Alors pourquoi est-ce que la prestation compensatoire n’est pas remplacée par un rachat de points de retraite ? …

  21. Bonjour

    Y a t’il un nombre maximum pour le rachat de trimestres, si oui combien maximum ?

    Est-ce possible de faire une simulation ? rachats/gain retraite

    Merci

  22. Bonjour

    C’est tres bien de parler de la CFE et la CFE est normalement la meilleure solution.

    Le probleme, et c’est tres grave dans un etat de droit, c’est que la CFE refuse d’appliquer la loi.

    En effet les conditions d’adhésion à l’assurance volontaire vieillesse des salariés et des personnes chargées de famille (article L742-1) ont été modifiées par l’article 72 de la loi de financement pour la sécurité sociale pour 2010.

    La condition de nationalité française est supprimée mais elle est remplacée par une condition d’affiliation antérieure à un régime obligatoire d’assurance maladie. La durée exigée devait a ce moment etre fixé par décret.

    Finalement, la mesure reglementaire a ete prise par le gouvernement via le décret en Conseil d’Etat n° 2010-1776 du 31/12/2010 publié au JO du 01/01/2011.

    Le delai a ete long mais finalement la loi et le decret sont la, depuis debut janvier.

    Malheureusement, et toujours a ce jour la CFE (Caisse des Francais de l’Etranger) refuse d’appliquer la loi, en pretextant que son application n’a pas ete anticipee. Elle maintient egalement cette raison meme si on lui fait remarquer que cela fait pesque UN AN que la loi n’est pas appliquee.

    La CFE est un organisme prive charge d’une mission de service public.

    Cette sitution est scandaleuse. Apres avoir ecrit a la CFE et au ministre, je ne sais plus vers qui me tourner. Ces personnes se placent au dessus des lois et ne jouent pas leur role.

    Qui a deja eu affaire a eux ? Vous vous rendrez compte de quoi je parle.

    Qu’est ce que l’association des Francais du Monde pourrait faire pour que la loi soit enfin appliquee ?

    Merci d’avance

  23. Et pour ceux qui travaillent en Espagne (23 ans de cotisation en régime travailleur indépendant) après avoir travaillé une dizaine d’années en France, que se passe-t-il ? Comment sera calculée ma retraite ?
    J’aurai 32 ans de travail en Espagne et 10 ans en France…

  24. Bonjour, je suis nee en France et j’ai la nationalite francaise mais je n’ai jamais travaille en France et donc n’ai pas de securite sociale francaise. je recois une retraite des USA ou j’ai toujours travaille, et mon assurance medicale est aux USA aussi mais ne marche pas popur la France. Ceci dit, je souscris a la CFE. J’envisage de retourner vivre en France mais la securite sociale me dit que le no de securite sociale de la cfe ne correspond pas a la leur, et qu’il ne peuvent pas me couvrir medicalement meme si c’est un CMU de base ou, bien sur, je compte payer comme je le fais pour la cfe. J’ai tout essaye. Auriez-vous une piste? Je vous remercie, isabelle de courtivron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *