Piraterie maritime : les recommandations du ministère des affaires étrangères

Des appels à la prudence sont constamment lancés à tous les navires croisant au large de l’Indonésie, dans le détroit de Malacca, dans le Golfe d’Aden, sur la façade atlantique de l’Afrique et dans la mer des Caraïbes. Si vous êtes résident dans le pays : pensez à vous faire enregistrer dès votre installation auprès du consulat de France ou de la section consulaire de l’ambassade de France.

Le ministère des Affaires étrangères recommande aux navigateurs de :
- s’informer auprès des ambassades et consulats français et des autorités portuaires ou maritimes compétentes avant d’entreprendre une navigation ou une traversée ;
- s’assurer que leurs moyens de communications (valises satellites, radio hf…) et que les moyens électroniques du bord (GPS, balise d’alerte, radar…) fonctionnent de façon optimale ;
- informer une personne restant à terre de la route qu’ils comptent emprunter, lui laisser un document qui présente le voyage initialement prévu ; tenir régulièrement informée cette personne restée à terre de la position et convenir des jours et heures des contacts téléphoniques ou par courriel ; laisser une consigne claire visant à prévenir la gendarmerie ou la police nationale ;
- maintenir une veille permanente anti-piraterie 24h sur 24 ;
- ne pas mouiller trop près des côtes dans les zones sensibles ;
- éviter le cabotage de nuit et la navigation isolée ;
- assurer des tours de garde dans les ports les plus sensibles.

Pour de plus amples informations, consultez la page « Piraterie maritime » du site Conseils aux voyageurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *