La drague des voix des Français de l’étranger continue

Dix mois avant la fin de la mandature présidentielle, on nous annonce la création d’un secrétariat d’Etat aux Français de l’étranger.

Cette structure ministérielle aura-t-elle le temps en 10 mois de réparer tous les dommages causés à notre communauté depuis 2002, mais surtout depuis 2007 ? Nous en doutons : les consulats privés de personnels et de crédits fonctionnent de plus en plus mal, à notre détriment ; les institutions culturelles périclitent ou ferment. Les écoles sont de plus en plus chères. Notre fête nationale, le 14 juillet, est financée par des sponsors et la majorité des nôtres n’est plus admise. Au Parlement se succèdent les rapports et les projets de loi remettant en cause notre droit à la binationalité. La surtaxation de la maison où nous trouvons refuge lors de grande crises (Côte d’Ivoire, Libye) a failli être votée.

La nomination de M. Douillet, connu comme champion de judo, qui ne connaît rien à l’expatriation nous déçoit.
Est-il nommé pour nous servir ou en vue des futures campagnes présidentielles et législatives ? Sera-t-il un secrétaire d’Etat ou un agent électoral ? Nous en jugerons sur ses actes.

Monique Cerisier ben Guiga

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *