Les difficultés posées par la réouverture du lycée franco-japonais de Tokyo

Monique Cerisier ben Guiga, Sénatrice des Français établis hors de France et présidente de Français du Monde-ADFE, a attiré l’attention du ministre chargé de la Coopération Henri de Raincourt sur les difficultés posées par la réouverture du lycée de Tokyo prévue lundi.

Elle a insisté vigoureusement sur les trois points  suivants :

  • Les enfants qui sont réfugiés dans le Kansaï doivent y rester et être scolarisés même si cela pose de sérieux problèmes. Il faut les mettre à l’abri des radiations qui sont plus fortes à Tokyo et qui menacent de s’aggraver encore.
  • Le lycée de Tokyo ne peut guère rouvrir que pour les enfants dont les familles ont décidé de rester dans le ville en dépit du danger.
  • Les enseignants ne peuvent être contraints par l’Etat à affronter un danger qu’ils jugent excessif et leur droit au retrait doit être respecté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *