Maths et sciences à l’ordre du jour

Dans un entretien à France Inter, le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, a dévoilé «son plan sciences». Il veut «s’attaquer à l’innémurisme, soit l’incapacité à réaliser les calculs de la vie courante». Il souhaite « la pratique quotidienne du calcul mental en classe et la récitation des tables de calcul » ainsi que le renforcement de la présence du jeu d’échecs dans les écoles, pour développer «le raisonnement logique».

Au collège, il propose «qu’il y ait un seul enseignant pour les sciences physiques, la chimie, les SVT et la technologie» pour que les élèves «comprennent la fluidité de la démarche scientifique». Il souhaite aussi «le prolongement de La main à la pâte» au secondaire. Pour cela, il missionnera «dans chaque département un inspecteur pour les maths et un pour les sciences. Il souhaite mettre en place des modules de formation aux sciences pour les professeurs stagiaires.

Le plan sciences de Luc Chatel ne suscite pas l’enthousiasme.
L’union des professeurs (UPS), qui déplore dans la réforme des lycées une baisse horaire des sciences en filière S, espérait une réaction plus conséquente.
Quand aux syndicats du primaire : le SE-UNSA y voit des effets d’annonce et un écran de fumée afin de faire oublier les 16 000 suppressions de postes pour la rentrée 2011 et le SNUIPP-FSU pointe «un recyclage de lapalissades».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *