Communiqué de l’association Français du Monde-ADFE Tunisie

Tunis, le 18 janvier 2011 – En ce moment en Tunisie, nous vivons  une véritable révolution populaire. Ce mouvement spontané a été  initié par la jeunesse tunisienne de l’Ouest du pays avec un courage admirable et a été relayé par l’ensemble de la population, entraînant une adhésion massive, tous âges et toutes  classes sociales confondus. Les manifestations, pacifiques, témoignaient d’un niveau élevé de conscience citoyenne  et d’une détermination totale.

La dictature mafieuse de Ben Ali et de son clan, caractérisée par une corruption généralisée, par l’oppression et la violation des libertés publiques, a fait l’unanimité contre le régime.

Une violence policière meurtrière a été la réponse de celui-ci  à ces manifestations populaires, entraînant de nombreux morts et blessés.

La fuite précipitée de Ben Ali a été suivie par une tentative de déstabilisation du pays, menée par une milice à sa solde perpétrant des violences contre les personnes et les biens. Ces crimes visent à détruire dans les bâtiments incendiés tout document compromettant,  à terroriser la population et  à déconsidérer le mouvement auprès des opinions publiques locale et internationale.

L’armée joue parfaitement son rôle de protection de la population. Celle-ci a montré une capacité remarquable à s’organiser pour assurer son auto-défense. Les comités de quartiers, créés spontanément en vingt quatre heures, collaborent avec l’armée et participent à la protection des citoyens ainsi qu’à l’arrestation des suspects.

Aujourd’hui, même si les règles de prudence doivent toujours être observées, la situation est sous contrôle et il n’est aucunement question de chaos. Les difficultés d’approvisionnement constatées dans les premiers jours sont en voie de résorption. L’esprit civique et la solidarité  aident à surmonter ces difficultés.

En tant que Français, nous attendons de notre pays qu’il ne s’immisce pas dans le processus politique actuellement en cours en Tunisie.   Nous approuvons  le gel par la France des avoirs financiers et immobiliers du clan Ben Ali et le blocage de toute transaction suspecte. Nous demandons à l’Union Européenne d’en faire autant.

Un pas immense a été franchi vers la démocratie en Tunisie. C’est la première étape d’un processus de longue haleine pour concrétiser les aspirations du peuple tunisien qui a commencé à prendre son destin en main. Nous lui exprimons notre admiration et le soutenons dans sa lutte pour la liberté et la dignité.

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *