L’enfant bilingue

Il y a différents types de bilinguisme selon l’âge et l’environnement. Le bilinguisme précoce et simultané  est caractérisé par la présence de deux langues dès la naissance ; précoce et consécutif si la seconde langue est introduite dans l’environnement de l’enfant après 3 ans, tardif si le contact avec une seconde langue commence après 7 ans. Le rythme d’acquisition de l’enfant est  aussi fonction de l’âge au moment où il débute l’apprentissage de la deuxième langue et aussi fonction de l’aptitude de l’enfant pour les langues. Si les deux parents parlent la langue « étrangère » à la maison,  l’enfant aura plus de facilité. Si seulement le père parle la langue … »étrangère », l’acquisition sera probablement plus lente que si c’est la mère qui la parle, ce n’est pas pour rien que cela s’appelle une langue maternelle!

Les enfants ont des styles d’acquisition différents. Les enfants « holistiques » (expressifs) privilégient la communication sans attacher tellement d’importance à l’exactitude de l’énoncé. Ils s’intéressent aux personnes, connaissent des expressions compliquées.  Ils énoncent des phrases complètes tout d’un coup qui font rire et qui étonnent leurs parents. Notre fille ne parlait presque pas mais à deux ans, dans la voiture, elle a tout à coup déclaré : « Salut au monde ». Ce sont souvent des enfants extravertis. Les enfants analytiques (référentiels) sont plus intéressés par  les choses et par le contenu de la communication.  Ils utilisent plus de noms, connaissent beaucoup de mots.  Ils s’intéressent à la construction du langage, aux règles. Ce sont souvent des enfants plus introvertis, plus perfectionnistes, qui vont être plus scolaires.

D’après beaucoup d’études on dirait que la période la plus  propice à l’acquisition de deux langues (ou trois) va de la naissance à la puberté. Avant 7 ans une acquisition intuitive semble encore possible, après l’enfant va vouloir  plus connaître la grammaire, les règles. Il va apprendre plus comme on apprend une langue à l’école en sixième.

Mais le débat  sur la période la plus propice est ouvert, car il y a toujours des exceptions… Samuel Beckett, Vladimir Nabokov, Elsa Triolet, Julien Green, Nancy Huston et beaucoup d’autres sont devenus des maîtres dans l’usage du français  en plus de leur langue maternelle, après la puberté comme certains élèves dans le réseau de l’Agence de l’enseignement français à l’étranger, Jody Foster par exemple.

Durant mes 25 ans d’enseignement au Lycée Rochambeau à Washington j’ai eu quelques élèves (doués pour les langues) qui arrivant aux Etats-Unis en sixième  d’Iran, du Liban, du Vietnam  et de  la France sont devenus vraiment bilingues anglais-français au bout de trois ans aux Etats-Unis. C’est-à-dire ils parlaient (sans accent) comprenaient, lisaient et écrivaient comme des élèves américains de leur âge.

Kersti Colombant

Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *