Binationaux et alors ?

Richard Yung, Monique Cerisier ben Guiga et Claudine Lepage, sénateurs socialistes représentant les Français établis hors de France, s’insurgent contre la tentative de certains parlementaires conservateurs de remettre en cause la pluralité de nationalités.
Le 29 septembre dernier, lors de l’examen à l’Assemblée nationale du projet de loi relatif à l’immigration, à l’intégration et à la nationalité, le député Lionnel LUCA – par ailleurs chef de file du collectif ultraconservateur de la Droite populaire – et quatorze de ses collègues du groupe UMP ont présenté un amendement tendant à empêcher toute possibilité de double nationalité.

Cette proposition est inacceptable car, si elle était adoptée, de nombreux Français établis hors de France se verraient contraints de renoncer à leur nationalité française. En effet, parmi les personnes inscrites au registre mondial des Français établis hors de France, on compte 44% de double-nationaux (76% au Proche et Moyen-Orient). La suppression de la double nationalité reviendrait à priver ces citoyens d’une partie de leur identité.

L’initiative du député LUCA est à rapprocher des tentatives de remise en cause du droit du sol et du processus de stigmatisation des mariages binationaux. Elle nie la diversité de la société française et vise à faire le « tri » entre, d’une part, les « bons Français » qu’Eric BESSON entend « fabriquer » et, d’autre part, les Français de « seconde classe », au premier rang desquels figurent les Français d’origine maghrébine.

Elle vise également à concurrencer Marine LE PEN, qui s’était prononcée pour la suppression de la double nationalité après les manifestations de liesse de nombreux jeunes Français d’origine maghrébine consécutives à la qualification de l’équipe algérienne de football pour le mondial 2010.

En outre, elle traduit une vision étroite de la nationalité à l’heure de la mondialisation et participe d’une politique de repli sur soi contraire à la tradition française.

Richard YUNG, Monique CERISIER-ben GUIGA et Claudine LEPAGE considèrent que l’adhésion aux valeurs de la République n’est pas exclusive de l’appartenance à une autre nation et que la France doit traiter de manière égale les binationaux et les autres Français.

Enfin, cette proposition scandaleuse va à rebours de l’évolution du droit de la nationalité en Europe. Les trois sénateurs rappellent que la France – à l’instar de la Belgique, de l’Italie et du Luxembourg – a dénoncé le chapitre premier de la convention du Conseil de l’Europe du 6 mai 1963 sur la réduction des cas de pluralité de nationalités et sur les obligations militaires en cas de pluralité de nationalités. Ainsi, depuis le 5 mars 2009, l’acquisition volontaire de la nationalité d’un des Etats parties à cette convention par un ressortissant français n’entraîne plus de plein droit la perte de la nationalité française.

Richard YUNG, Monique CERISIER-ben GUIGA et Claudine LEPAGE prennent acte du rejet de l’amendement présenté par Lionnel LUCA. Pour autant, ils restent vigilants car une contre-offensive pourrait être menée dans le cadre des travaux de la mission d’information sur le droit de la nationalité qui vient d’être créée à l’Assemblée nationale.

Richard YUNG, Monique CERISIER-ben GUIGA et Claudine LEPAGE
Sénateurs représentant les Français établis hors de France
Palais du Luxembourg – 75291 PARIS Cedex 06
http://www.senateursdesfrancaisdumonde.net/

7 commentaires sur “Binationaux et alors ?

  1. je suis pour la suppression de la double nationalité
    a titre personnel cela ne m’arrange pas mais il y a trop d’abus en france et donc je suis pour sa suppression

  2. Tout ça me fait penser aux citoyens chinois. Ils ne sont pas autorisés à avoir de double nationalité. Lorsque je suis allé demandé un visa de tourisme au consulat chinois à Toronto, la salle était bondée de canadiens d’origine chinoise qui, ayant perdu leur citoyenneté chinoise, doivent faire une demande de visa à chacun de leurs voyages en Chine… Est-ce ce qui nous attend ?

  3. le 20 novembre 2010
    Moi non plus je ne comprends pas le mail de Mme Hatzinotas. Je vis au Canada depuis 26 ans car qui prend mari (canadien) prend pays, Je reviens en France chaque année pour revoir ma famille et me replonger dans ma culture. Ce serait m’arracher le coeur si je perdais ma nationalité française, et je ne peux envisager les problèmes en cas de retour dans quelques années. On nous a déjà supprimé le consulat à Ottawa, de grâce laisser nous notre double nationalité.

  4. Question subsidiaire: la droite espère ainsi gagner des voix chez ces français?

  5. Si on supprime la double nationalité, ce sera autant de français, qui se verront exclus de la Caisse des Français de l´Etranger et donc de soins médicaux dans les pays où, comme au Brésil, la médecine est amplement privatisée a des couts prohibitifs, inaccessibles à la majorité de la population, surtout quand on avance en âge. Une autre question: la CFE pourra suporter cet exode d´une bonne part de ses affiliés?

  6. Je ne comprends pas que l’on puisse dire que la majorité des Français expatriés ont un comportement néo-colonialiste. Mon expérience de vie à l’étranger me fait m’insurger contre un tel jugement…ou bien je n’ai pas compris ce qu’a voulu dire Mme Hatzinotas car la suite de son texte semble dire le contraire…

  7. Je suis membre de l’ADFE d’Athènes. J’ai connu Monique Ben-Guiga en 1983. Les problèmes concernant les Français binationaux n’ont pas changé depuis. La majorité des Français expat.-sauf quelques exceptions-ont un comportement néo-colonialiste avec tout ce que cela peut représenter de négatif. Expats.et Binat.citoyens grecs vu l’emploi et le fisc,s’opposent par les différences énormes qui existent dans leurs profils economique et social. Dans toutes les lois et les statuts concernant les Français de l’Etranger,les Binat.Résidents définitifs du pays d’accueil ne sont pas exclus mais ignorés. On ne veut pas reconnaître qu’ils sont les piliers voire les tremplins de la langue et la culture françaises. Punition d’avoir osé quitter la France? Le problème de l’Education sera à l’ordre du jour lors de la visite de Mme Cl.Lepage. Je pense que Monique B.Guiga est à même de l’informer sur ce sujet. Merci de m’avoir lue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *